• A viulenza basta

    Deux morts en vingt-quatre heures, en Corse. La violence continue, imperturbable. Des hommes – et même des femmes - tombent sous des balles de gros calibres. Notre île devient la région la plus criminogène d’Europe. Au compteur, cent assassinats en cinq ans ! Maître Antoine Sollacaro, membre éminent du barreau d’Ajaccio, a été abattu devant une station essence du parc Berthault alors qu’il achetait son journal. Jean-Dominique Allegrini-Simonetti, ancien militant nationaliste, a été victime d’un guet-apens à Aragno. On ne lui a laissé aucune chance.

    Ces deux assassinats ont soulevé une vive émotion et suscité beaucoup d’indignation et aussi, hélas, de la résignation. Il est temps de s’interroger sur la violence en Corse. Les condamnations ne suffisent plus, ni même les mesures qui ont été prises jusqu’à présent. Des mesures souvent inefficaces. La violence a des causes profondes et c’est à elles qu’il faut s’attaquer et non plus seulement aux effets.

    Pourquoi une telle violence ? Les causes sont à rechercher dans la structure même de la société insulaire. Pendant des décennies, se sont développés des rapports sociaux, économiques et politiques qui ont fait le lit de la violence : clientélisme, affairisme, copinage, corruption, spéculation immobilière et foncière, prévarication, aliénation d’une partie de la population, etc. Avec la bienveillance et parfois la complaisance du pouvoir central. Ces rapports ont contribué à la négation de la loi et des institutions républicaines et facilité le développement du grand banditisme et des dérives mafieuses actuelles. Il est grand temps de les bousculer, de les changer et d’en introduire de nouveaux, basés sur un développement démocratique de l’île, dans l’intérêt bien compris de la grande majorité des Corses. Rude tâche, mais combien nécessaire.

    Angelo Leonetti

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :