• Tribune de discussion

     

     

    Manca alternativa ouvre une tribune de discussion consacrée aux prochaines élections municipales en Corse. Chacune ou chacun pourra y participer pour donner son opinion sur les enjeux, l'importance de ces élections, le type souhaité d'alliances à gauche.

    Nous publions ci-dessous les premières contributions.

     

    Municipales à Ajaccio

    L'alternative à gauche est encore possible

    Inseme à Manca a rencontré, dans le cadre des prochaines élections municipales, les responsables du Parti communiste et leur a proposé une démarche innovante.

    Citoyenne, démocratique, écologique, elle s’appuie sur le monde associatif, syndical et culturel. Nous avons proposé une liste « Ajaccio, ville solidaire » soutenue par les organisations politiques de gauche sur la base d’un programme solidaire, anti libéral, refusant les compromissions sociales-libérales.

    Il est dommage que cette proposition ait été rejetée par le PC. Il n’y a eu aucune prise en compte de nos propositions, même pas celle d’accepter une tentative d’appel à cette démarche citoyenne. Nous comprenons aujourd’hui à travers leurs prises de position (communiqué commun PC/PS) que les discussions étaient déjà très avancées avec les sociaux-libéraux du Parti socialiste. 

    Pourtant, vu l’état de la gauche, c’était l’occasion de proposer une méthode nouvelle impliquant les citoyens dans la vie politique, de dépasser le cadre restreint mais indispensable des organisations politiques, pour un rassemblement porteur d’espoir et de changement.

    Mais cela ne peut se réaliser que sur la base d’un programme et d’un rassemblement clair, en tenant compte des erreurs commises.

    Les élections sont importantes, car les élus déterminent les orientations politiques, orientent la société, solidaire ou pas, égalitaire ou inégalitaire.

    Pourquoi la gauche malgré les graves attaques contre les acquis sociaux n’arrive pas à proposer une alternative crédible ? Pourquoi le rejet des organisations politiques ? Pourquoi un fort taux d’abstention ?

    Pourquoi les gilets jaunes ? Pourquoi cette colère populaire ? Pourquoi la multiplication de démarches citoyennes ? Oui, pourquoi ?

    Quelles différences font les citoyens, aujourd’hui, entre Sarkozy (LR), Hollande (PS) et Macron (LERM) ?

    Qui ne tient pas compte de ces problématiques commet une grave erreur.

    Ne pas tenir compte de cette réalité, c’est se fourvoyer dans une impasse.  

    Une élection municipale n’est pas une simple question de gestion. Croire que l’on peut opposer une gestion à une autre, alors que l’on a déjà perdu auparavant, c’est se tromper à nouveau.

    Ne pas essayer une démarche nouvelle, c’est repousser l’espoir d’une construction alternative.

    Pour autant, l’alternative à gauche est encore possible, en acceptant cette démarche citoyenne, en renouvelant la représentation politique.

    Les élections sont au mois de mars, il est encore temps.

     

     Francis Peretti                                                            

     

     Ajaccio, le 25 novembre 

     

    Municipales à Ajaccio :

    POUR UNE VRAIE LISTE DE RUPTURE À GAUCHE



    Triste constat, national d'abord. Qu'il s'agisse de gouvernements de droite, de "gauche"ou de nulle part (Macron),les contre-réformes scélérates et la démolition sociale battent leur plein depuis trop longtemps, au gré d'un
    ultra-libéralisme débridé.
    Localement, la ville d'Ajaccio s'étiole lentement dans sa vétusté, sans véritables structures populaires, au profit d'un périphérie essentiellement commerciale et bétonnée.
    Dans le cadre - important ! - des prochaines élections municipales, la gauche se doit donc de jouer une partition nouvelle. Deux thèses ici s'affrontent.
    D'un côté, PCF et PS, qui ont conclu un accord bipartite purement électoraliste depuis le 30 septembre dernier, nous refont le vieux coup de la gauche plurielle sociale-libérale, à laquelle tout le monde devrait se rallier, au nom de l'habitude et de l'"efficacité". Cette pratique d'un autre âge brouille le message et tue tout espoir de changement.
    De l'autre, INSEME À MANCA - Ensemble à gauche propose du neuf : une liste citoyenne anti-capitaliste, défendant les vraies valeurs de gauche, sans compromissions, donc sans sociaux-libéraux macron-compatibles. Son programme (transports gratuits, logements sociaux, maison de santé communale, etc.) doit être discuté avec tous les Ajacciens, les syndicalistes, les associations, etc. Un véritable espoir.

    Et si l'on choisissait enfin le renouveau et l'éthique solidaire, plutôt que les sempiternelles tambouilles et magouilles ?
    Bernard Bouquet

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Basta

     

     

    Le pouvoir macronien poursuit allègrement sa politique de casse tant au plan économique qu’au plan social. Casse des services publics, accélération de la privatisation de biens communs (Sncf, Edf, barrages hydrauliques, Française des jeux, etc.). Le droit à la retraite remis fondamentalement en cause. Le système d'Allocations chômage sévèrement malmené. Dans le même temps cadeaux prodigieux aux plus riches.

    La colère monte de toutes parts

    En Corse nous souffrons autant qu’ailleurs, sinon plus, des conséquences de cette politique qui s’inscrit dans un processus mortifère mis au point et imposé par l’Union européenne, les marchés financiers et les multinationales. On en mesure les effets néfastes dans notre île avec un niveau record de pauvreté et de chômage.

    Nous vivons un moment d’exaspération intense. La colère monte de toutes parts. Le mouvement des gilets jaunes en a été et est en toujours une expression forte. De nombreuses mobilisations se développent à travers le pays (cheminots, pompiers, hospitaliers, enseignants, salariés de la Général Electric, de Conforama, agriculteurs, postiers, etc.), avec un moment très fort, annoncé pour le 5 décembre 2019.

    Sans convergence point de salut

    Inseme à Manca soutien et entend participer à ces mobilisations. Croire  que Macron et sa clique arrêteront la casse, tous seuls comme des grands, relève d’une illusion mortelle. Il faut les y obliger, massivement, dans l’unité bien comprise des intérêts des petites gens. Il n’y a pas d’autres moyens pour faire reculer le pouvoir politique que la lutte. Il nous faut la convergence des différents mouvements sociaux qui traversent le pays. Une convergence dont l’objectif est de créer un vaste mouvement populaire pour s’opposer à la politique ultralibérale actuelle et pour proposer une véritable alternative de gauche, sur la base d’un programme clairement de transformation sociale, économique et écologique. Un programme pour redonner confiance, espoir à ces millions de concitoyens, écoeurés, dégoutés, désespérés par tant d’années de politiques austéritaires menées sans état d’âme par la droite et une certaine pseudo gauche, au seul profit des plus riches.

    Le 5 décembre, une étape importante

    Le 5 décembre sera une étape importante dans la construction de ce puissant mouvement populaire. D’autres échéances compteront et pèseront lourd dans cette recherche de la convergence, entre autres, les élections municipales.

    Au-delà de leur caractère local, ces élections seront aussi le moment et le moyen de dire basta à Macron et sa bande de corrompus.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  image.png

     

    Ajaccio Ville Solidaire

     

    Inseme à manca - Ensemble à gauche a réuni à nouveau ses militants le 24 octobre 2019 pour une réflexion globale afin de prendre position sur les prochaines élections municipales.

    Cette élection n’est pas une simple question électorale ! c’est tout d’abord une réponse politique aux choix de société.

    Alors que la casse sociale initiée par les gouvernements Sarkozy, Hollande bat son plein avec le président Macron, alors qu'Ajaccio et sa périphérie sont livrées aux spéculateurs et bétonneurs de tous ordres, Inseme à manca - Ensemble à gauche propose une stratégie, celle de construire avec toutes les énergies collectives et individuelles un avenir commun, permettant à chacun de trouver sa place dans une société solidaire. II est important que les citoyens s’impliquent dans la vie politique. Les élections municipales sont l’occasion d’ouvrir cette perspective, avec une liste de large rassemblement et que nous proposons d’appeler      « Ajaccio Ville Solidaire ».

    Une liste citoyenne, sociale, laïque, écologique et démocratique, composée de femmes et d'hommes investis dans leur vie quotidienne au service de la cité et de l'intérêt général.

    Une liste citoyenne porteuse des valeurs de gauche, en rupture avec les approches traditionnelles essentiellement partisanes.

    Après de longues années d’échecs, de recul de la gauche, d’individualisme, de casse des acquis sociaux, de destruction de notre environnement, nous devons montrer une autre image que celles des pratiques électorales de l’union de la gauche. Les schémas tactiques d’un autre siècle tuent l’espoir d’un véritable changement.

    Les convergences sont possibles. Pour cela nous proposons la constitution d’une liste en rupture avec les politiques libérales d’austérité, en rupture avec le social libéralisme. Contre le capitalisme.

    Une liste renouvelée, rajeunie, de large rassemblement, respectueuse de la diversité, soutenue par les organisations, les mouvements, les associations, favorable à cette alternative portant ces valeurs de gauche.

    Plusieurs axes seront proposés dans différents domaines de la vie publique quotidienne, notamment :

    La gratuité des transports urbains, la priorité donnée au logement social de qualité sur le logement spéculatif, une régie municipale de l'eau, un centre de santé communal, une maison des associations sur le principe de la cogestion municipalité/associations, etc.

    Cette proposition « Ajaccio Ville solidaire » et la stratégie qui va avec, seront soumises à la discussion avec les forces de progrès, partis politiques, syndicats, associations qui se reconnaissent dans cette démarche pour qu'à Ajaccio vivent demain les valeurs d’une gauche qui renoue avec l’idée d’émancipation et d’intérêt général.

    Inseme à manca – Ensemble à gauche

    Ajaccio le 29 octobre 2019

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le déficit de la Sécurité sociale

    un mensonge d'Etat

     

    Nous publions un article fort intéressant d'Henri Sterdyniak, économiste atterré.

    Selon le Projet de Loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), les comptes de la Sécurité sociale présenteraient un déficit de 5,3 milliards d’euros en 2019, ce qui a permis à la grande presse de titrer : « Le trou de la Sécurité sociale se creuse » ou « La Sécu en rouge après les gilets jaunes ». La Cour des comptes écrit de même : « En 2019, le déficit va fortement s’aggraver ». Ce déficit proviendrait des mesures « gilets jaunes » et de l’explosion des dépenses de maladie et de retraite, qu’il conviendrait donc de réduire au plus vite. 

    Il s’agit d’un mensonge d’Etat. La Sécurité sociale est en réalité en excédent de 11,7 milliards d’euros ; elle ne souffre pas d’une hausse de dépenses, mais d’une baisse de recettes.

    Pour lire la note dans son intégralité, téléchargez la note ci-dessous.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Turquie déclare la guerre au peuple Kurde

     Communiqué de presse de Per a Pace

    Le peuple Kurde, femmes, hommes, enfants, subit depuis de nombreuses années une répression, une violence qui  atteint aujourd’hui son paroxysme. Vouloir vivre dignement aujourd’hui dans son pays est une lutte quotidienne, devenue meurtrière, à l’instar hélas d’autres peuples.

    Les persécutions, les arrestations et les bombardements dramatiques de ces derniers jours, dans la région du Rojava, sont imposés par la Turquie, dont l’armée se trouve être la deuxième armée en effectifs de l’OTAN.

    Quelle résistance faut-il alors à ce peuple kurde qui mène le combat pour la reconnaissance de son identité politique, sociale et culturelle. En errance, depuis le début du XXème siècle, sur plusieurs pays, Turquie, Syrie, Irak, Iran, son combat s’est toujours inscrit dans une volonté de dialogue et de Paix. Au-delà, la résistance Kurde a démontré qu’elle est la plus combative dans la région pour s’opposer aux islamistes et promouvoir une société démocratique. On pense au courage de ses nombreuses femmes engagées en faveur de la liberté et de l’égalité et contre la politique de guerre.

    Notre solidarité doit se manifester pour soutenir les résistant(e)s Kurdes face á la guerre que le régime fasciste turc du président Erdogan a, une nouvelle fois, déclenchée. La France et l’Union Européenne doivent condamner ces agressions et mettre sous protection les citoyens Kurdes. L’ONU doit parler fort et si besoin envoyer une force d’interposition.

    Outre notre soutien, c’est aussi de nos actions qu’a besoin le peuple kurde. La mobilisation des citoyennes et citoyens doit être le rempart à toute forme de barbarie qui renvoie l’humanité dans les ténèbres. Trop souvent, nous sommes amenés à dire « plus jamais ça », et tout continue. L’association Per a Pace, qui considère qu’à la force des armes il faut substituer la force de la raison et du dialogue, lance un appel aux forces démocratiques insulaires afin de créer les conditions d’un rassemblement solidaire pouvant faire écho jusqu’au Rojava.

     

    Pour la Paix  - Per a Pace. B.P.80214 - 20179 Ajaccio Cedex 1 

    www.perapace.eu.e-mail : perapace@yahoo.fr

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Vous avez dit "réforme" des retraites !

    Fini les bains de soleil sur la plage de Portigliolo, le sable fin, fini les roupillons dans un hamac sous un olivier. Fini les vacances. Voici venu le temps du boulot et des mauvaises nouvelles. Prenons qu'un seul exemple : la fameuse « réforme » des retraites. Tiens, parlons-en de la « réforme » des retraites ! Elle fait l’objet, en cette fin du mois de septembre, d’un grand tintouin. D’éminents spécialistes – les mêmes que ceux qui naguère nous vantaient les vertus de l’austérité – se répandent sur les radios, la télé, dans la presse, pour nous expliquer, sans rire, qu’il faut impérativement « réformer » notre système de retraite, trop avantageux, trop coûteux, et comble de l'ironie trop injuste,  par rapport à d’autres pays européens. Notre gouvernement emboîte le pas en proposant des mesures « justes et équitables ». N’étant pas très douée pour la sémantique, je me suis ruée sur le Petit Robert et j’ai cherché la définition du mot réforme. "Réforme, amélioration de l’existant". Bigre. Je me suis posée la question de savoir si ce qu’on nous propose améliorera l’existant. La réponse est toute simple. C’est tout le contraire. On assiste à une vraie régression sociale, à un démantèlement progressif de notre système de retraite, à une rupture historique et monumentale. Quelques exemples : l’allongement de la durée de cotisations à 44 ans à partir de 2035. Dans le même temps on nous dit la main sur le cœur qu’il n’est pas question de toucher au droit de départ à la retraite, à 62 ans. Alors comment dans ces conditions peut-on partir à la retraite à taux plein, d'autant plus qu'on a tendance à entrer dans la vie active plus tard ? On voit se profiler le principe du bonus malus. En outre, le montant des retraites serait calculé sur la totalité de la durée du travail et non plus sur les 25 meilleures années. Bonsoir les dégâts, surtout pour les petits salaires et les emplois précaires. Enfin, on introduit le système par point. Le montant du point serait fixé par le gouvernement au gré des fluctuations des marchés financiers. Géniale avancée sociale. Au passage notons que ce principe est cher à la Cfdt.

    On est obligé de dire que le président Macron et le gouvernement Philippe ont cédé une fois de plus aux pressions de Bruxelles et des multinationales, poursuivant allègrement, comme leurs prédécesseurs une politique de régression sociale. 

    Il nous reste une seule solution contre la remise en cause de nos acquis sociaux : la mobilisation massive de tous les salariés. 

    Maria Maddalena Lanteri

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique