• Le projet auroritariste de FillonUne vidéo qu'il faut passer en boucle pour bien saisir le langage que tient Fillon face au patronat. Sa "guerre éclair" contre les acquis sociaux, la sécurité sociale, le code du travail, la fonction publique... il veut la faire avec tous les moyens antidémocratiques de la constitution de 1958 : ordonnances et article 49.3. Il prévoit même un référendum attrape-coullions ( dont il reconnaît à mi-mot le côté volontairement démagogique de certaines questions pour faire avaler la couleuvre ) en étant certain de trouver suffisamment de couillons pour ne pas mettre en péril le pouvoir fillonniste. Une grande démonstration du mépris qu'il a pour la démocratie et pour le peuple français. Il a même prévu de réduire au silence la moindre contestation. C'était le «Grand oral» de François Fillon devant un panel de dirigeants d'entreprises, réunis par la Fondation Concorde, le 10 mars 2016. 

    Sur le journal en ligne "Le grand soir" , Bernard Gensane rappelle que François Fillon, est un vieux routier au service du patronat avec quelques souvenirs de ce professionnel de la politique. Nous le citons : "Cela fait désormais 35 ans que Fillon (dont la seule action subversive aura été de jeter une ampoule lacrymogène dans son collège) a entamé, discrètement mais obstinément, une carrière antisociale. Comme ministre de l’Enseignement supérieur au début des années 90, il avait tenté de donner aux universités leur autonomie pleine et entière (en d’autres termes, les privatiser), ce qu’avait refusé le Conseil constitutionnel. Il réussit son coup comme ministre de la Poste en organisant la fin de son monopole, en transformant cette administration en entreprise publique, mutation achevée par le solférinien Lionel Jospin. En 2002, il est nommé ministre des Affaires sociales du gouvernement Raffarin (Nicole Notat, patronne de la CFDT l’avait chaudement recommandé à ce poste auprès de l’éminence du Poitou). Dans cette fonction, il va « réformer » les retraites (avec la complicité de la CFDT) et « assouplir » la loi sur les 35 heures en modifiant le calcul des heures supplémentaires au détriment des travailleurs".

    On ne s’étonnera pas que Fillon soit un admirateur de Thatcher et de Schröder, deux grands démolisseurs des systèmes sociaux de leurs pays.



    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  "Les temps durs ne s'accommodent pas d'une pensée molle", juge l'essayiste Raphaël Gluksmann, fils de feu André (associé au courant des « nouveaux philosophes ») dans un article intitulé « La gauche sociale libérale est morte » publié dans l’OBS le 24 décembre dernier. Il part sur l’exemple de Matteo Renzi qui vient d’être balayé en une journée de référendum.  Il prédit que « les sondages flatteurs d’une autre étoile "progressiste", Emmanuel Macron, n’y changeront rien : la crise politique, idéologique, philosophique du social-libéralisme surpasse les questions de casting. Elle révèle – paradoxe terrible pour une gauche dite "moderne" – une profonde inadéquation à l’époque. La "modernité" d’hier est devenue ringarde ». 

    Il se souvient des années 1990 quand « la mondialisation du marché, de la démocratie, de la culture occidentale constitue l’horizon indépassable du genre humain », quand les "progressistes" célèbrent leur triomphe.  Pour eux, « ceux qui s’obstinent à ne pas comprendre la marche du monde sont des "ploucs", des "attardés", une espèce en voie de disparition. Puisque tout roule, plus besoin de grande question, de grand combat ou de grand projet. A l’heure du laisser-faire, du laisser-aller, la puissance publique s’offre aux gestionnaires et aux communicants. Goldman Sachs et Euro RSCG mènent la danse. L’épanouissement personnel tient lieu de philosophie politique ». En décembre 1998, un sommet de l’Union européenne rassemblait à Vienne Gerhard Schröder, Lionel Jospin, Tony Blair et Massimo D’Alema. Il ne se passe rien. Ou presque. "90% de nos discussions furent consacrées à la question des magasins « duty free », regrette a posteriori Massimo D’Alema.

    Les origines de la débâcle se trouvent là, à Vienne. Les "progressistes" occidentaux sont restés dans une béatitude conceptuelle : le seul monde souhaitable possible est le leur.  La crise financière, le chômage de masse, les attentats djihadistes, le poutinisme ont fait exploser leur certitude mais pas leur entêtement. Les idées, les slogans, les partis sont devenus inaudibles.

    Et Raphaël Gulksmann constate : « Nous évoluons dans un champ de ruines idéologique, social et politique... »

    Il a raison d’ajouter « qu’il faut d’abord admettre que l’émancipation individuelle a supplanté l’horizon collectif ou que le multiculturalisme le plus fainéant a remplacé le récit à écrire et le projet à porter ensemble. Le social-libéralisme n’était qu’un renoncement à transformer un monde qui convenait parfaitement ». Il a raison de prescrire « qu’il est temps de remettre le commun au cœur de nos préoccupations. Ou le césarisme l’emportera partout. Les temps durs ne s’accommodent pas d’une pensée molle. L’esprit cool n’a plus droit de cité lorsque l’hiver est là. Nous sommes à l’année 0 du progressisme européen. Tout est à réinventer ».

    Fin de série du social-libéralisme Bien sûr, cet article est un raccourci orienté vers une conclusion en forme de prescription pour l’avenir. On y trouve cependant une analyse intéressante et une conclusion qui aurait dû s’imposer, dès 2012, à François Hollande. Martine Aubry avait parlé de « gauche molle » en visant l’actuel président de la république. Il a fait illusion par ses discours électoraux. Cette « gauche molle » est la continuation de la réunion de Vienne en 1998. François Hollande n’a rien réinventé. Il n’a été qu’une alternance dans la continuité de ses prédécesseurs. Il a tourné le dos à la gauche radicale. A l’heure du laisser-faire, du laisser-aller, la puissance publique s’offre encore aux gestionnaires et aux communicants, pour reprendre une phrase de Raphaël Gluksmann. Il a offert un ventre mou aux réacs et au populisme de l’extrême-droite. La crise politique, idéologique, philosophique du social-libéralisme surpasse les questions de casting, dit encore l’essayiste de père en fils. Elle révèlerait – paradoxe terrible pour une gauche dite "moderne" – une profonde inadéquation à l’époque. La "modernité" d’hier est devenue ringarde. Quelle modernité ? Quel progressisme ? Que ce soit la Droite, Hollande, Valls et la bulle médiatique Macron, ils n’ont que ces mots à la bouche. Suffit-il de dire qu’on est moderne et progressiste pour renvoyer la gauche dite radicale dans l’archaïsme, alors qu’elle n’a jamais exercé les pouvoir. Mitterrand a fait son virage libéral en 1983 et, depuis cette date, le parti socialiste est devenu un parti libéral qui s’est éloigné des valeurs de la gauche chaque fois qu’il a été au pouvoir. On l’a vu avec Jospin qui a été balayé aux élections présidentielles. Hollande n’aura fait qu’un seul quinquennat et laisse le parti socialiste divisé au point que son existence en est menacée. Mitterrand, Jospin et Hollande ont raté leur rendez-vous avec l’Histoire. Ils ont poursuivi une politique « faite à la corbeille », avec les ficelles du monde de la Finance dans le dos, à l’image d’une Europe sous influence.

    Quel progressisme ? Certainement pas social puisque les acquis ne cessent d’être remis en cause. Même pas économique si l’on regarde les résultats de la croissance et de la lutte contre le chômage. Et la Droite veut accélérer la régression sociale.

    Quelle modernité ?  Est-il moderne de revenir sur la durée légale du temps de travail, de l’âge de la retraite ? Est-il moderne d’aggraver les inégalités ? Fillon et Macron sont-ils plus modernes que Valls et Hollande ? Les déréglementations sont-elles des mesures modernes qui sécurisent les salariés ?

    Fin de série du social-libéralisme Raphaël Gluksmann a raison de dire que la gauche sociale-libérale est morte. Elle est morte parce qu’elle n’a été que libérale, en laissant croire que c’était le seul choix possible. Hollande et Valls ont voulu tuer le socialisme. Ils se sont tiré une balle dans le pied mais aussi ont divisé la gauche, entre le centre libéral qu’ils ont voulu incarner et le canal historique de la gauche. Ils se sont exclus d’une gauche qui ne les reconnait pas comme des leurs. Ils se sont laissé infiltrer par un cheval de Troie : Emmanuel Macron. Ce dernier nous joue une partition ni droite ni gauche. Ce paléo-moderne racole avec des slogans derrière lesquels on peut voir venir une politique ultralibérale voisine de celle de François Fillon. Quant à Valls, il est le frère siamois de Mateo Renzi et il subira le même sort, comme le PS subira celui du parti démocrate italien en pleine implosion.  

    2017, c’est l’occasion de changer la donne et de mettre fin à l’alternance libérale qui conduit à l’ultralibéralisme et la régression sociale. C’est une chance mais cela peut devenir un piège tendu par la comédie du langage des réactionnaires qui utilisent les mots « modernisme » et « progressisme » comme un vernis sur les vieux meubles d’un capitalisme rétrograde. Avec des modernes et des progressistes comme François Fillon, c’est le retour au 19ème siècle et à la restauration. Emmanuel Macron et Mabuel Valls, nous les avons vus à l’œuvre avec les lois Macron et la loi Travail dite El Khomri. Avec eux, les mots « révolution » et « révolte » perdent leur sens. Ils représentent un fin de série sociale-libérale qui solde son échec avec un Beaujolais nouveau, Emmanuel Macron. Un vin jeune mais pas nouveau.  Une piquette étiquetée "médaille d'or" par la presse de Patrick Drahi.

    Ne nous laissons pas abuser par le casting que nous vend la presse libérale, cette presse qui essaie de faire croire qu’il y a trop de fonctionnaires en France alors que les pays européens, souvent désignés comme exemplaires, en ont davantage par habitants, cette presse qui ment, en concert avec les politiciens, et veut faire croire que les chômeurs sont mieux indemnisé en France que dans les autres pays européens. C’est faux. Ils vont jusqu’à expliquer qu’il faut moins rembourser les frais et les congés de maladie pour lutter contre l’absentéisme. Ce sont des partisans de la double peine. Le malade doit aller travailler. Cela rejoint la privatisation de la Sécurité Sociale proposée (puis occultée pour raison de campagne présidentielle) par François Fillon qui prévoit que la Sécurité sociale ne rembourserait plus que les frais des longues maladies et des maladies graves. On peut supposer que le reste passant dans l’escarcelle du privé (en ce qui concerne les cotisations) sera nettement moins remboursé et incitera les travailleurs à être moins malades… ou, plus exactement, à moins se soigner, car c’est de cela dont il s’agit. Nous avons à faire à des technocrates libéraux qui ne regardent rien sous l’aspect humaniste. Ils n’ont qu’un dieu : le profit. Tout est produit à vendre avec un bénéfice, y compris la santé. Le travail entre dans les coûts à faire baisser. Le citoyen est devenu un consommateur.

    La Grande table de France Culture a reçu le philosophe Pierre Dardot, qui a co-écrit avec Christian Laval "Ce cauchemar qui n’en finit pas : comment le néolibéralisme défait la démocratie" (La Découverte, mai 2016), un ouvrage dans lequel les auteurs entendent démontrer que le néo-libéralisme n’est pas seulement une doctrine ou une politique économique, mais un « système politico-institutionnel » dans lequel la crise serait devenu un « mode de gouvernement » Voici l'enregistrement audio de l'émission radiophonique..


    Fin de série du social-libéralisme En attendant les élections présidentielles, pour celles et ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales, vous avez jusqu’au 31 décembre pour le faire auprès de votre mairie. Ne restez pas passifs !  Les abstentions et les votes blancs n’ont aucun point après les élections puisqu’ils ne remettent pas en cause la légitimité des élus. Chaque candidat peut entrer à l’Elysée, même si seulement 40% des électeurs se sont déplacés. Vous pouvez agir pour que François Hollande soit le dernier monarque républicain en choisissant de vous joindre au vote de la « France insoumise » qui s'oppose à ce cauchemar qu'est le neo-libéralisme qui défait la démocratie.

    Jean Frade

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Notre pouvoir: le vote !Bonjour 

    Les élections présidentielles d’avril et mai 2017 approchent à grand pas ! Ce vote s’annonce crucial. Plus que jamais, la démocratie doit se conjuguer avec les voix de ses citoyens. Les jours venus, nous devons pouvoir nous exprimer et faire le choix de nos dirigeants. Mais pour cela, nous devons tous être inscrits, avant le 31 décembre 2016, sur les listes électorales de nos communes !

    L’Autriche nous a montré que la cohésion populaire pouvait l’emporter sur la déroute nationaliste. En France, berceau des droits de l’Homme, nous pouvons également faire triompher l’humanisme ! Alors, si ce n’est déjà fait, il est encore temps de s’inscrire sur les listes électorales.

    Sauf cas particulier, vous avez jusqu’au 31 décembre de cette année pour vous inscrire sur les listes électorales de votre commune, et pouvoir ainsi voter aux présidentielles à venir ! Pour ce faire, vous pouvez procéder à une inscription directement au sein de votre mairie de commune en téléchargeant le formulaire requis, ou en ligne en vous munissant simplement de la version numérisée de votre pièce d'identité, ainsi que d'un justificatif de domicile.

    Ce vote sera décisif pour l’avenir de la France ! Il vous concerne, vous et vos enfants. Vos acquis sociaux sont l’enjeu d’une marche forcée vers l’ultralibéralisme qui menace vos conditions de travail, votre santé, votre sécurité et votre liberté. Elle menace aussi l’avenir de vos enfants, leur éducation et l’accès pour tous à la culture.

    Votez est plus qu’un devoir, c’est un droit que l‘on est en devoir d’exercer pour sauver notre démocratie et la cohésion sociale dans une période difficile que les réactionnaires de la Droite et de l’extrême-droite instrumentalisent pour installer la régression sociale.  

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Le Journal "Le Canard enchaîné" a mis en ligne sur son site le programme de Fillon, avec ce commentaire: 

    Les vraies intentions de Fillon sur la Sécurité socialeAttention, document col­lector ! Une fois n’est pas coutume, « Le Canard » a décidé de mettre en ligne sur son site Internet une œuvre majeure, un document pour l’Histoire : le programme santé de François Fillon ! Car cette perle est devenue introuvable sur le site du candidat, qui ne contient plus qu’un inoffensif résumé. Au soir du 13 décembre, après le grand rétropédalage de Fillon sur la Sécu, son équipe a supprimé du site de campagne ses 16 pages de « propositions détaillées » sur la santé. La fleur au fusil, Fifi y promettait rien de moins que la mort de la Sécu, laquelle serait « foca­lis[ée] » sur les « affections graves ou de longue durée ». Tout « le reste » passerait entre les mains des mutuelles et des assurances privées, annonçait le programme détaillé, aujourd’hui balancé aux oubliettes.O sort cruel ! Pour éviter les trous de mémoire, le Volatile a décidé d’offrir un jardin du souvenir à ce morceau d’anthologie. Un grand cru, ça se conserve !

    Fillon a déjà supprimé la Sécurité Sociale!

    Demandez le programme !

    Google Bookmarks

    5 commentaires
  • Valls séme la haine et la calomniePour faire suite à la calomnie répétée par Manuel Valls sur elle, Clémentine Autain fait la énième mise au point puisque ses précédentes ne sont jamais reprises par les journalistes devant les mensonges de l'ancien Premier ministre qui entame sa campagne présidentielle de la plus mauvaise des façons, ce qui n'est pas une surprise. 

    "Une nouvelle fois, ce matin sur France Inter, Manuel Valls m’a personnellement attaquée en alléguant des mensonges particulièrement inouïs : « Clémentine Autain s’affiche et passe des accords avec Tariq Ramadan et les Frères musulmans ». Rien que ça ! Les journalistes sur le plateau de France Inter ce matin n’ont pas réagi à ce propos faux et diffamant. J’ai pourtant publié plusieurs tribunes et donné différentes interviews suite aux mensonges que répètent depuis des mois Manuel Valls et ses amis. Ils le savent : je n’ai jamais rencontré Tariq Ramadan, ni organisé de meetings avec lui, ni partagé de tribunes avec lui ou qui que ce soit des Frères musulmans. Je n’ai aucune leçon à recevoir d’un homme dont le gouvernement a remis la légion d’honneur à un prince héritier de l’Arabie Saoudite et renoncé à l’ABCD de l’égalité à l’école sous la pression des intégristes religieux. Et pourtant, lui et ses proches mènent une véritable campagne contre moi : à plusieurs reprises, Valls et ses amis m’ont même qualifiée « d’islamo-gauchiste ». Un vocabulaire digne des fascistes des années 1930 qui traitaient les communistes engagés contre l’antisémitisme de « judéo-bolcheviques ». On connaît la triste suite de l’histoire…

    Le projet de Manuel Valls est de liquider le PS pour lui substituer un parti recentré, loin de la gauche. Pour 2017, il préfère le débat sur l’identité à celui sur l’égalité. Valls ne veut pas affronter la réalité de nos profondes divergences de fond et pense pouvoir s’en dispenser en recourant à l’injure pour disqualifier un courant de pensée sans lequel aucune victoire de la gauche n’est possible Avec son gouvernement, Valls a plongé le PS dans le chaos et redoute aujourd’hui la percée de notre gauche - et il a bien raison. Faute de bilan et de projet porteurs dans le pays, il croit pouvoir nous écraser par ses insultes répétées. L’acharnement personnel de Manuel Valls à mon endroit est à la mesure du crédit grandissant d’une gauche bien à gauche dans le pays comme alternative à la politique menée par François Hollande et Manuel Valls depuis 2012. Nous progressons en dénonçant la loi travail, les milliards donnés avec le CICE aux grandes entreprises sans contrepartie en matière d’emploi, la proposition de déchéance de nationalité... Nous progressons en traçant une voie nouvelle reposant sur une rupture démocratique, le partage des richesses, la transition écologique, la relance de l’égalité sociale et territoriale. ..

    Le registre de la calomnie est visiblement le dernier outil disponible pour l’ancien Premier ministre d’un gouvernement qui a désespéré le pays et laminé la gauche. Ses propos mensongers portent un coup à la qualité du débat démocratique, mais l’homme du 49.3 se moque éperdument de la démocratie. Cette attitude est à la fois pathétique et indigne d’un homme d’Etat. Je continuerai à m’opposer à Manuel Valls politiquement. Et j’ai saisi mon avocat pour étudier la suite judiciaire qui pourrait être donnée."

    Clémentine Autain

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pour répondre encore une fois à ses détracteurs, Jean-Luc Mélenchon fait une mise au point sur les accusation qu'on lui fait d'être poutiniste... C'était dans l'émission matinale de Jean-Jacques Bourdin...

     

    Il y a plusieurs mois,, France Télévision avait diffusé un extrait de l'émission « On n'est pas couché » et titré : « Mélenchon félicite Poutine pour ce que fait la Russie en Syrie ». Étrangement, toute la fin de la séquence n'avait pas été diffusée en même temps comme chacun peut le constater en suivant ce lien : http://bit.ly/1Q66kxl. C'est pourtant dans ces 4 minutes « manquantes » que Jean-Luc Mélenchon détaille son point de vue sur la situation et explique quels sont les intérêts de la France : l'éradication de Daech, le retour rapide de la paix et une coalition universelle sous l'égide de l'ONU. Pourquoi n'avoir pas mis la séquence en entier si ce n'est pour faire du buzz avec un titre accrocheur, qui a ensuite été largement repris par d'autres médias ?  

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique