• Courage, résistons!

    guaino_romero

    Henri Guaino ne supporte pas la contradiction. On se souvient encore de ses emportements hystériques avec  le journaliste Joseph Macé-Caron sur i-Télé en janvier 2012 et un mois plus tard avec Jérôme Guedj, député PS, sur FR3. L’homme semble avoir une constance dans son comportement, c’est de clore un débat par la formule : « Courage, fuyons ! ». Il se drape, avant de claquer la porte, aux couleurs de la république tout en faisant un numéro d’ayatollah défenseur d’une charia politique dont il est l’auteur et le détenteur. Grotesque !

    Ce parvenu de la politique semble souffrir de troubles du comportement liés à son enfance. Il explique parfois qu’il n’a pas connu son père et porte le nom de son beau-père. Tout ce qui touche à la famille lui hérisse le poil jusqu’à en perdre les pédales face à Jean-Luc Roméro, député PS gay qui s’est marié grâce à la nouvelle loi que l’ex conseiller de Sarkozy combat. Avec le nom qu’il porte, Monsieur « gay no ! » ne supporte pas la proximité de Jean-Luc Roméro qu’il traite d’abruti de façon outrancière car le débat était paisible jusqu’à la crise et les logorrhées d’Henri Guaino qui ne laissait plus personne parler avant de se retirer de façon grotesque.

    Comme porte-parole des contestations réactionnaires portées par les manifestations nées contre le mariage pour tous, Monsieur Guaino apparaît mal à l’aise car on comprend qu’il ne s’agit pas chez lui d’une prise de position raisonnée mais d’une réaction épidermique. D’ailleurs comment expliquer que l’on cherche le vivre-ensemble et le bien général lorsque l’on combat un « droit » pour tous. Comment une clique de réactionnaires peuvent-ils prétendre représentés le peuple français lorsqu’une loi a été votée par les deux assemblées et entérinée par le Conseil constitutionnel ? Quelle est leur conception de la démocratie et de la république ? Sans doute, dans le fond, la même que les groupuscules d’extrême-droite qui les accompagnent dans leurs manifestations aux allures de grandes kermesses ? 

    Lorsque l’on réalise qu’Henri Guaino fut le conseiller de Sarkozy président, on mesure toute la nuisance de cette association névrosée. Ce fonctionnaire est entré en politique dans les coulisses de Sarkozy pour qui il rédigeait les discours dont celui de Dakar dans lequel Sarkozy explique que l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire… Pour Henri Guaino et Sarkozy l’Africain serait dont un homme préhistorique. Pourquoi pas un primate ? On ne s’étonne pas que d’autres n’hésitent pas à lui offrir des bananes. Jean-luc Roméro a dit à Guaino qu’il était un marginal de la politique. Pour ses loyaux service et son travail de nègre (c’est par ce terme que l’on désigne celui qui écrit pour un autre) le conseiller spécial a été récompensé par Sarkozy qui, tel un roi pour un vassal, lui a offert un siège de député dans les Yvelines, fief UMP où ses seuls adversaires étaient des dissidents locaux de l’UMP furieux de ce coup de force. Dans son camp, Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre de Chirac de 2002 à 2007, n’avait pas manqué de rappeler ce cadeau royal devant une caméra lors des dernières chamailleries internes de l’UMP.

    Lorsqu’on pense à l’autre conseiller spécial de Sarkozy, l’extrême-droitiste Patrick Buisson, on peut craindre le pire si la droite revient au pouvoir à cause de François Hollande et des Solfériniens qui ont déplacé vers la droite la ligne politique du PS jusqu’à sortir de ce qui rassemblait la gauche. La droite a trouvé les sujets sociétaux pour se démarquer de la politique de François Hollande et gagner les faveurs des électeurs d’extrême-droite. Les Solfériniens se servent des mêmes sujets pour rassembler l’électorat progressiste et faire oublier sa politique antisociale. Lorsqu'ils reculent devant une manifestation, c'est celle des réactionnaires. On vient de le constater.

    Nous voilà dans une société où le Front national joue cyniquement la défense du travailleur français et la droite manifeste contre les lois sociétales qui dérangent la morale bourgeoise. Pendant ce temps ce qu’il reste de la gauche divisée et les syndicats sont marginalisés par une presse acquise ou soumise au libéralisme économique. Toutefois, il n’y a pas de fatalité qui justifie un renoncement volontaire à l’action politique et syndicale qui a reçu en héritage le mot « résistance ».

    Face à des Sarkozy, Guaino, Buisson, Copé, Fillon… à des Le Pen, Philippot…mais aussi Hollande, Ayrault, Valls… Face à l’extrême-droite, à la droite extrême, au centre-droite, aux ultralibéraux et au ventre mou des socio-libéraux, il y a des femmes et des hommes qui ne font pas de la politique dans les coulisses du pouvoir. Rapprochez-vous de la gauche progressiste, celle qui ne trahit pas ses précurseurs qu’ont été Jaurès et Blum. Le mouvement Ensemble, troisième pilier du Front de gauche, vous attend d’abord comme des interlocuteurs et non pas comme des moutons à manipuler et à tondre.

    Œuvrons ensemble ! « Ensemble » œuvre pour un Front de Gauche moteur d’une alternative politique de gauche avec un impératif démocratique. Vous n’y rencontrerez pas un Guaino qui claque la porte pendant un débat ou une conversation mais des gens qui vous dirons : « Courage, résistons ! »

    Barbutu

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :