•  

    Stiv_Naumov1
     
    La Chorale  mixte “Stiv Naumov” de Bitola Macédoine

    En tournée en Corse du 16 au 24 juin 2013

    Du 16 au 24 juin 2013, la chorale Stiv Naumov, de Bitola en Macédoine, se produit en Corse à l’invitation de l’association Per a Pace, Pour la Paix qui depuis plus de 20 ans développe des actions solidaires et culturelle avec la région des Balkans.

    La chorale a été créée le 06 novembre 1944, deux jours après la libération de Bitola, au cours de la  Seconde Guerre Mondiale. De renommée internationale, cet ensemble vocal participe à de nombreux festivals et concerts dans toute l’Europe, dont la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Turquie, la Grèce, la Serbie, la Croatie et la Slovénie. Il a ainsi remporté 26 prix internationaux et créé l’événement au cours de plus de 3500 spectacles.

    Le chef de la chorale, M. Ljubomir Trifunovski, dans une harmonie parfaite avec son ensemble, participe à la promotion des auteurs compositeurs macédoniens et du monde entier. Il donne à écouter et à aimer les chants slaves des Balkans, émaillés d’harmonies grecques. Chef de chœur depuis plus de 45 ans, il dirige cet ensemble. La venue de ce groupe est le résultat d’une rencontre, entre des trajectoires de femmes et d’hommes investis dans l’action culturelle et la solidarité depuis plus de vingt ans entre la Corse et les Balkans. L’association Per a Pace a développé, depuis sa création, 22 actions en Macédoine.

    En  juin 2004 et en juin 2006, notre île a déjà pu apprécier la chorale Stiv Naumov. C’est la jeune chorale, créée en 1971, et composée essentiellement des voix cristallines de jeunes femmes qui avait alors enchanté, lors des tournées organisées à Ajaccio mais aussi à Cauro, Bastelica, Sainte Lucie de Tallano…, les nombreux corses venus les écouter.

    Harmonie, précision, perfection telles sont les commandements que transmet M. Ljubomir Trifunovski du bout de sa baguette. Cette année du 16 au 24 juin 2013, nous avons pu et pouvons encore apprécier la chorale mixte, composée de 42 personnes. L’association Per a Pace qui a organisé leur venue, invite les amoureux de ces chants puissants à plusieurs voix à venir nombreux les écouter lors des dernières représentations qui auront lieu les :

    Vendredi 21 juin 2013 (Fête de la Musique) (21h00) – Eglise de Pietrosella

    Dimanche 23 juin 2013 (20h00) – Salle des fêtes de Bastelicaccia

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Festival International du Grand Reportage
    d'Actualité et du documentaire de société

    du 20 au 24 Mars 2013
    Le Touquet Paris-plage

    Escale à Marinca : « Regards sur le DOC »


    « Regards sur le DOC »

    du 12 au 14 JUIN 2013 : Marinca Centre de Vacances CCAS Porticcio

    Grâce  au  soutien de la CCAS, de l’UT-­â€CMCAS Corse

    6 documentaires seront Projetés :  cliquez ICI pour découvrir le programme

    En présence des réalisateurs : (Cliquez sur le titre pour découvrir le film)

    Ferme à Vendre, de Edouard Bergeon- PRIX DU REPORTAGE 2013

    Argentine,  les 500 bébé volés de la Dictature , d’Alexandre Valenti – GRAND PRIX FIGRA 2013

    Naples, le salaire des enfants ,de Cécile Allégra

    Nicaragua , une révolution confisquée, de Clara OTT

    Les Enchaînés, d’Alexis Duclos et Roger Motte ( Présentation par la production : Anne Gintzburger)-
    MENTION SPECIALE DU JURY

    La cour des Miracles , de Jean-Christophe Adnet – PRIX DU PUBLIC Autrement Vu

    Regards_ccasRegard_CCAS

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Image_Appieto

    Conférence Art et psychanalyse et projection du film The Other à l’Espace Diamant

    Dans le cadre des conférences proposées par la Société Corse d’Etudes Freudiennes, Dr Jean-Pierre Luciani, psychiatre, anime une rencontre sur le thème du double. Image et identification spéculaire basées sur l’analyse de The Other réalisé par Robert Mulligan.

    Projeté avant la conférence, The Other  est une des réalisations les plus fascinantes sur les liens mystérieux et insondables de la gémellité et du double dans ce film brillant et inquiétant.

    Aujourd’hui, cette image du double continue de nourrir les mythes de création de cosmogonies ou de civilisations. Ainsi, référence est faite à Narcisse s’abîmant dans la contemplation de son reflet, devenu sourd aux lamentations d'Echo. Ce thème nourrit aussi de nombreuses représentations artistiques plus particulièrement picturales, littéraires ou cinématographiques. C'est dire s'il concerne et touche au plus vif de chaque être. Et chacun se reconnaît dans une image qui contribue à instituer le sentiment de son identité et ce sous la forme d'une évidence contribuant à l'élaboration d'un monde de représentation qui vaut réalité. Mais à y regarder de plus près, qu'en est-il des enjeux et ressorts de cette institution ?

    C'est à travers les avatars de la psychopathologie de la vie quotidienne et de certaines formes symptomatiques de psychoses qu'on tentera d'en savoir plus, les articulant aux concepts psychanalytiques et à l'expérience de la cure.

    18h00 : projection du film  The Other de Robert Mulligan (1972) – 1h35 – entrée libre

    19h45 : conférence et débat animés par Dr Jean-Pierre Luciani

    Espace Diamant – renseignements : 04 95 50 40 80

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 2012-12-21aragon-humanite

    Le mercredi 29 mai à 18 h 30 au numéro 4 rue du Commandant Bonelli à Bastia, la Brigade d’Interventions Poétiques de Corse célébrera l’œuvre de Louis ARAGON en proposant une lecture de quelques-uns de ses textes à l’occasion du 30ème anniversaire de sa disparition. Cet événement à l’initiative de Terre Corse, se déroulera au numéro 4 rue du Commandant Bonelli où il séjourna chez Justine et Arthur Poletti, militants communistes. Intellectuel engagé au Parti communiste français, romancier et poète de l’avant-garde littéraire, le « Fou d’Elsa », disparu le 24 décembre 1982, a profondément marqué le siècle de son empreinte poétique et de sa pensée émancipatrice. De grands chanteurs, tels Jean Ferrat ou Léo Ferré, ont mis en musique certains de ses chefs d’œuvre à jamais gravés dans notre mémoire collective. Alain HAYOT, dirigeant national du Parti communiste français, rendra hommage à l’homme communiste que fut Aragon et dévoilera une plaque rappelant son séjour à Bastia en 1952.

    Entrée libre. Un apéritif sera servi sur place à la fin de la manifestation.

    Plusieurs poèmes d’Aragon ont été traduits en Corse et chantés. Nous avons retenu celui sur l’affiche rouge traduit par Jacques Fusina : Quellu affissu zifrati , chanté par Jacky Micaelli.

     

    Le groupe U populu corsu a chanté un autre poème traduit : celui en hommage à Pablo Naruda… Aragon en a écrit d’autres sur des Corses célèbres :  Carco et Gabriel Péri. Nous avons retrouvé la traduction en corse de « Que serais-je sans toi »  sur le site Vox Poési.

    Eru quellu chì ne sà, solamente esse contru,
    è quellu chì scumette, sempre annant'à u neru,
    Chì seriu senza tè, chì vinisti à u scontru,
    u riloghju à u tempu, hà suspesu da veru,
    Chì seriu senza tè, un core à u cunventu,
    un stridu silenziosu, un ghjarghittume squentu…


    Agrandir le plan

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • karlkraus

    L’Autriche a donné Hitler et se débat encore avec ses vieux démons même si l’extrême-droite, lors de l'élection régionale en Carinthie (sud-est de l'Autriche) vient de perdre en mars dernier, au profit des sociaux-démocrates, le fief historique de son dirigeant Jörg Haider, mort en 2008.  Elle a donné aussi Karl Kraus qui est une figure illustre de la “contre-culture” viennoise du début du XXe siècle. Karl Kraus est un écrivain autrichien né le 28 avril 1874 à Jičín (aujourd'hui en République tchèque) et mort le 12 juin 1936 à Vienne, ville dans laquelle il a vécu toute sa vie. Auteur d'une œuvre monumentale qui n'est que très partiellement traduite en français, dramaturge, poète, essayiste, il a aussi et surtout été un satiriste et un pamphlétaire redouté qui dénonçait avec la plus grande virulence, dans les pages de Die Fackel, la revue qu'il avait fondée en 1899 et dont il a pendant presque quarante ans été le rédacteur à peu près exclusif, les compromissions, les dénis de justice et la corruption, et notamment la corruption de la langue en laquelle il voyait la source des plus grands maux de son époque et dont il tenait la presse pour principale responsable.

    Très critique à l’égard du journalisme conventionnel, Kraus accuse la presse de participer à l’hypocrisie générale et de se soumettre au mercantilisme, au matérialisme et au bellicisme qui envahissent la société, une prise de position particulièrement marquée à la veille de la Première Guerre mondiale. Très lus mais aussi très critiqués, les pamphlets de Karl Kraus suscitent parfois l’indignation, notamment lorsqu’il évoque avec colère l’antisémitisme tout en remettant en cause la doctrine sioniste. Démuni face à la montée d’Hitler au pouvoir, choqué par la signature de l’Anschluss, l’écrivain avait pourtant annoncé la tragédie du nazisme dans une œuvre « La troisième nuit de Walpugis » datant de 1933 et adaptée à la scène par José Lillo. L’écrit vient d’être publié dans une version scénique abrégée par les éditions Agone  sous le titre « Je n’ai aucune idée sur Hitler ». La lecture de Karl Kraus fait l’effet d’un coup de poing ; parce que, à la suite de l’annonce programmatique en forme de prétérition Je n’ai aucune idée sur Hitler, sont annoncés les prémices de l’apocalypse que déclenche le IIIe Reich. Peu traduite en France, les écrits de Karl Kraus les plus connus sont surtout deux monuments : « Les Derniers Jours de l’humanité » et « Troisième nuit de Walpurgis », deux fresques qui témoignent de la lucidité, de la tristesse et de la révolte qui animent cet auteur. La pensée de Kraus s’exprime principalement dans Die Fackel. Surnommée le “cahier rouge”, cette revue s’est imposé comme un véritable brûlot satirique.

    « Je n’ai aucune idée sur Hitler » est le pamphlet d’un satiriste à la plume corrosive. Son ironie cinglante démasque les faux-semblants et la propagande d’une presse à la solde du pouvoir en place, une propagande mensongère et abrutissante. A la presse écrasée et dominée, il oppose la littérature  qui reste la seule forme d’expression libre et visionnaire. Ses propos sont parsemés de citations glanées dans Faust de Goethe et Machbeth de Shakespeare. Souvent les bourreaux se posent en victimes et les victimes peuvent devenir des bourreaux. La volonté d’abrutissement de la population passe par la destruction des intellectuels, la désinformation et le lavage de cerveau. Malgré tous les signes avant-coureurs qui n’ont pas échappé en 1933 à l’auteur (premiers camps, destruction des commerces juifs, jeunes filles allemandes tondues parce qu’elles sortent avec des Juifs), la dictature s’installe dans les esprits d’abord…

    Pierre Deshusses écrit sur le site de l’éditeur : « Troisième nuit de Walpurgis  est le dernier grand texte de Kraus. Il l’a écrit en 1933, précisément de mai à septembre 1933, donc cinq mois après l’arrivée de Hitler au pouvoir en janvier de la même année. Et ce texte est vraiment stupéfiant. On peut dire qu’en mai 1933 Kraus a tout vu et tout compris. Je ne dirai pas qu’il a tout prévu parce que tout était déjà là dans l’actualité du moment. Mais il a su tout analyser et tout comprendre. Si je dis que c’est stupéfiant et qu’il a tout vu et tout compris, c’est qu’en 1933, quelques mois donc après l’arrivée de Hitler, Kraus parle des persécutions contre les Juifs, il parle de la ségrégation sexuelle, il parle des camps de concentration, il parle des détentions préventives, il parle de l’exil, il parle de la torture et il parle du système fasciste. C’est la première réaction que j’ai eue à la lecture de ce livre. Je me suis dit : comment pouvait-on prétendre, en 1945 ou en 1947, qu’on ne savait pas ? Kraus en 1933 savait déjà tout ».

     « Les soumissions et les conformismes ordinaires des situations ordinaires annoncent les soumissions extraordinaires des situations extraordinaires » commentait Pierre Bourdieu aux journées sur l’« Actualité de Karl Kraus », organisée en 1999 par Gerald Stieg et Jacques Bouveresse à l’Institut culturel autrichien (Paris).

    Il y a un passage à retenir dans l’intervention de Pierre Bourdieu sur des prétendues bonnes causes dont d’aucuns essaient de tirer profit. Il écrit  « c’est un signe, à mon avis, de santé morale d’être furieux contre ceux qui signent des pétitions symboliquement rentables. Kraus dénonce ce que la tradition appelle le pharisaïsme[1]. Par exemple le révolutionarisme des littérateurs opportunistes dont il montre qu’il n’est que l’équivalent du patriotisme et de l’exaltation du sentiment national d’une autre époque… »

    Extrait :Combien de temps cela va-t-il encore durer ? Devant les yeux fatigués du meurtre, devant les oreilles fatiguées de la tromperie, devant tous les sens qui ne veulent plus et sont révulsés par cette mixture de sang et de mensonge viennent encore tituber et brailler ces décrets quotidiens d’une violence de peste qui établit contre elle-même tout ce qu’il est possible d’imaginer. J’avais l’impression d’entendre ce cri : « Ne dormez plus. Macbeth assassine le sommeil ! » Un pauvre peuple lève la main droite, en signe de conjuration, vers cette mèche qui déclenche les calamités : « Combien de temps encore ? » Moins de temps que durera le souvenir de tous ceux qui ont souffert l’indescriptible ici commis : coeurs piétinés, volontés brisées, honneurs souillés, toutes ces minutes de bonheur ravies de la Création et tous ces cheveux défrisés sur la tête de ceux qui n’ont commis d’autre faute que d’être nés ! Le temps que les bons esprits d’un monde humain se raniment pour passer à l’action à l’heure des représailles…

    Comment ne pas réfléchir à notre époque qui offre bien des similitudes avec celles des années Trente ? Crise financière, montée des nationalismes et de la xénophobie… Bien des signes devraient nous alerter ! Comment expliquer la dédiabolisation de l’extrême-droite par les média ? Qui veut tirer profit des manifestations pharisiennes contre le mariage pour tous ? Qui alimente l’homophobie et toutes sortes de phobies ?

    Cet ouvrage incite le lecteur à être attentif aux signes. Les mécanismes de l’installation d’une dictature sont analysés. Stéphane Hessel nous a laissé un message avant de partir : « Indignez-vous ! » parce qu’il a lui aussi connu le nazisme. Ce livre nous dit : soyez lucide ! Révoltez-vous avant qu’il ne soit trop tard car vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas et que vous n’avez aucune idée sur le Front national.

    Hitler est arrivé légalement au pouvoir après la crise de 1929 et ses conséquences : pauvreté et chômage. Il n’a pas été élu mais le président de la République allemande, le maréchal Hindenburg, l'a nommé chef du gouvernement et tous les partis de droite lui ont apporté leur soutien, pour mener une politique qui visait à briser les puissantes organisations de la classe ouvrière allemande. Dès sa nomination en 1933, les nazis ouvrirent les premiers camps de concentration, pour y enfermer par milliers des militants ouvriers, communistes, socialistes, syndicalistes, tous ceux qui s'opposaient à eux. Quinze ans après la crise révolutionnaire qui avait secoué l'Europe et abouti à la naissance de l'URSS, le Alliés ne voyaient pas d'un mauvais œil l'instauration d'un régime qui avait brisé les organisations de la classe ouvrière allemande. Ce ne fut que lorsque l'invasion de la Pologne montra que l'expansionnisme nazi était sans limite, qu'ils se découvrirent antihitlériens. L’ultranationalisme et la xénophobie ont conduit à la Shoah. C'est cela dont il faut se souvenir et du fait que les classes possédantes sont prêtes à utiliser l’extrême-droite et les nostalgiques du nazisme pour défendre leurs privilèges. Plus près de nous, on se souvient des dictatures argentine et chilienne. La barbarie n'appartient pas qu'à un passé révolu et elle peut se parer d'autres signes que la croix gammée. Une partie de la droite conservatrice est devenue poreuse aux idées de l’extrême-droite. Ils sont prêts à gouverner ensemble.

    Pidone

     

    kreaus_livre1

    Karl Kraus, Je n'ai aucune idée sur Hitler

    Version scénique établie par José Lillo
    Traduction de l’allemand par Pierre Deshusses
    Préface de Thierry Discepolo

    Marseille: Agone

    15 mars 2013, 128 pages

    • EAN13: 9782748901863
    • 10 euros


    [1] Attitude de celui/celle (caractère de ses actes, de ses idées) qui, croyant incarner la perfection morale, porte des jugements sévères sur l'attitude ou le comportement d'autrui. C’est aussi celui/celle qui, comme un Pharisien, fait montre d’une piété ostentatoire et hypocrite.

    Google Bookmarks

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique