• De la nécessité d'une force politique nouvelle

    Lourde sanction contre la politique gouvernementale

    Le verdict des urnes est tombé. Au premier tour des Départementales François Hollande et le gouvernement Valls ont été lourdement sanctionnés. L’Ump et ses alliés de l’Udi récoltent 30% des voix. Le Front de la haine atteint 26%. Le Parti socialiste est à la peine. Il avoisine les 20% avec ses alliés. Quant au Front de gauche, il frôle les 10%. A noter un taux d’abstention très élevé : près de 50%.

    Quelle peut être la signification de ce scrutin, à chaud ?

    On assiste indubitablement à une confirmation du rejet de la politique d’austérité et de régression sociale du pouvoir dit socialiste. La droite exulte en critiquant durement cette politique, en oubliant toutefois que la situation sociale et économique du pays puise également ses racines dans celle menée par Sarkozy pendant cinq ans lequel Sarkozy joue les vertueux et se voit déjà en haut de l’affiche.

    Les dirigeants du Parti socialiste, qui se sont succédé dimanche soir dans les media, se sont escrimés à rejeter la responsabilité de leur échec sur la division de la gauche – au passage peut-on encore aujourd’hui parler de la gauche ? – et en particulier sur le Front de gauche. En aucun moment ces dirigeants n’ont esquissé la moindre critique sur la politique gouvernementale. Certains se sont même payés le luxe et sans rire d’en appeler au rassemblement de toute la gauche au second tour des élections. Mieux d’en appeler au sursaut républicain pour faire barrage au Front national. Comme dirait nos cousins italiens : « prendere in giro la gente », prendre les gens pour des …

    Le Front de gauche, malgré un léger frémissement, n’a pas été en capacité de capter tout ou partie des déçus du « socialisme », de ceux-là même qui ont contribué à la victoire de François Hollande aux Présidentielles de 2012. Il est vrai qu’il n’a pas bénéficié de la même attention de la part des media, contrairement au Parti socialiste, à l’Ump et surtout à la dynastie des Le Pen. Il a manqué de lisibilité et a été handicapé par ses querelles internes.

    Le Front national continue son avancée. Bien évidemment, il se réjouit des résultats obtenus dans des centaines de cantons et la Marine éructe, comme à l’accoutumée. Certes, il n’atteint pas l’étiage pronostiqué par les sondeurs. Cette avancée se nourrit de la désespérance de millions de Français. Elle est aussi favorisée par le rôle joué par les media. Durant des semaines et des semaines, on a assisté à une fabuleuse campagne de promotion et de dédiabolisation de ce parti de la haine.

    De la nécessité d'une force nouvelle

    Devant une telle situation doit-on se résigner, se dire que tout est plié, qu’il n’y a pas d’autre alternative à la politique actuelle, que la France n’est pas la Grèce, etc ? Il n’en est nullement question. La lutte pour l’humain d’abord continue, plus que jamais. Un vent nouveau peut se lever, à l’instar de la Grèce et de l’Espagne. Des forces nouvelles, sortant du cadre traditionnel des partis, surgissent pour combattre la Troïka et les marchés financiers, comme leurs relais nationaux.

    En Corse, il est en train d’apparaître des signes intéressants. Par exemple, dans les 2e et 3e cantons d’Ajaccio, les candidates et candidats présentés par Manca alternativa et le Parti de gauche, membres du Front de gauche, ont obtenus des résultats très honorables, autour de 16%. Ils partaient de rien, sans moyens financiers et matériels. Cela dans un contexte défavorable caractérisé par des media aux ordres des partis de droite et des réseaux claniques. Ainsi, ces candidats ont fait l’objet de discrimination inadmissible de la part des media locaux, y compris de la télévision publique. On y reviendra plus longuement dans un autre article.

    Déjà, on peut dire que les résultats obtenus par Manca alternativa et le Parti de gauche devraient ouvrir de nouvelles perspectives de développement dans les prochaines semaines. L’objectif serait de créer cette force politique nouvelle s’appuyant sur le mouvement social, syndical et associatif. Force  au service des populations, pour un changement radical de politique.

    Oui, osons l’avenir.

    Osons une autre Corse débarrassée de la corruption, du clientèlisme et des dynasties politiques.

    Jean Antoine Mariani

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    robert Leroy
    Lundi 23 Mars 2015 à 13:46
    Bonjour le score du fdg (ananca aternativa et PG c'est 15.90 % dans le second et de 16.73% le 3 c'est tres encourageant pour une premiere participation et la possibilité de voir (avec du travail bien sur) une base solide pour l'avenir . je pense que le score du FN vu l'abstention 50% environ n'est pas extraordinaire ,il fait le plein des voix c'est aux FDG a mobilisé en défendant l'Humain d'abord Amicalement .RL
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :