• Elections territoriales

     Les Territoriales en débat

     

    Les élections territoriales se dérouleront en décembre prochain. Malgré les vacances, au demeurant bien méritées, elles doivent dès maintenant retenir toute notre attention. C’est l’affaire de tous les électeurs et non pas seulement celle de gens qui pour la plupart sont plus préoccupés par la lutte des places. Il n’est plus question de laisser un petit nombre d’individus décider de l’avenir de la Corse. Aussi, Manca alternativa/Ensemble, membre du Front de gauche, lance une campagne de débats et d’initiatives pour définir avec les populations les grandes lignes d’un programme alternatif de gauche. Il faut en finir avec les politiques basées sur le clientélisme, synomyme d'assistance et d'aliénation et de dépendance. Il faut en finir avec une économie de la rente et du tout tourisme. E pussibule. C’est possible. Il faut en finir avec les professionnels de la politique, les dynasties qui sévissent dans notre île depuis bien trop longtemps.

    Dès aujourd’hui, nous ouvrons les colonnes de notre site à tous ceux qui le souhaitent. Nous sommes partisans de la plus grande transparence dans les rapports entre les composantes du Front de gauche. Aussi nous donnerons en direct toutes les informations concernant les rencontres entre les différentes composantes du Front de gauche.

     

     L’heure de vérité pour le Front de gauche
     

    Par Francis Peretti, animateur de Manca alternativa

    Le collectif Manca alternativa, 3ème composante du Front de gauche, dont une des portes paroles au plan national se trouve être Clémentine Autain, a mandaté deux camarades pour la réunion de Corté, du samedi 18 juillet. Cette rencontre était organisée par les élu-e-s sortants communistes et apparentés de la Collectivité Territoriale de Corse.

    Avec David Fau, j’étais l’un des deux délégués de notre mouvement.

    Il me semble important, vu les enjeux politiques pour notre région, d’en donner un compte rendu.

    Nous avions déjà rencontré, il y a une dizaine de jours, à notre demande, la Fédération communiste de la Corse du Sud pour exprimer notre position politique (voir communiqué sur le site de Manca alternativa), mais aussi notre critique concernant l’organisation de la réunion de Corté .Nous avions alors proposé la tenue d’une assemblée citoyenne des militants et sympathisants du FDG , à l’invitation de ses trois composantes , dans les principales villes de Corse , afin de créer une dynamique pour les Territoriales.

    Notre demande a essuyé un premier refus, les responsables du PCF considérant que la réunion de Corté était en quelque sorte déjà une assemblée citoyenne !!!

    Nos divergences, cette fois plus politiques, plus profondes, reposaient sur une question de clarté auprès de nos électeurs : lors des dernières élections départementales, nous avons mené un combat contre l’austérité, contre la dérive libérale de la société du gouvernement Valls/Hollande. Nous avons été les seuls face à la droite et au FN à affirmer qu’il n’y aurait aucune compromission pour les élections départementales, comme pour les Territoriales à venir, au premier comme au second tour, avec les soutiens locaux de cette politique d’austérité.

    Là , deuxième refus, il y a un désaccord sur ce point avec le PCF qui semble être prêt à négocier au second tour !

    Malgré cela nous avons décidé de participer à la réunion de Corte pour défendre notre ligne politique.

    Les événements récents en Grèce et la mise au pas de tout un peuple  par les institutions européennes, soutenues par la France, nous mettent en garde.

    Il n’existerait pas en dehors de la politique d’austérité d’autres alternatives.

    Nous considérons qu’il faut marquer le pas de la rupture avec tous les tenants de l’austérité à commencer par les élus socialistes et radicaux qui soutiennent le gouvernement.

    Sans surprise, nous avons confirmation de la position du PCF et apparenté qui se résume en quelques mots : les élu-e-s ont bien travaillé, la liste se fera autour des élus sortants, la tête de liste est toute désignée, le FDG, c’est le PCF, on négocie au second tour.

    Aucune réponse à notre demande d’assemblée citoyenne organisée par les composantes du FDG.

    Que le PCF désigne sa tête de liste pourquoi pas ! Mais n’est-il pas plus urgent d’abord de rassembler les militants et sympathisants, de définir tous ensemble notre ligne politique, de créer une dynamique ?

    Le combat contre l’austérité, ne se mène pas qu’au premier tour !

    Nos électeurs ont besoin de savoir quelle sera notre attitude au second tour et n’accepterons pas des alliances avec ceux qui soutiennent cette politique libérale.

    Il est encore temps de rassembler notre Gauche, il suffit de le vouloir.

    Notre mouvement de la gauche alternative continue son combat. N’attendons pas d’être au pied du mur, comme les Grecs pour agir.

    Pour ce combat nous avons besoin des citoyens qui partagent nos idées

    Rejoignez-nous, indignez-vous.                                                   

     

    Nous voulons travailler à

    développer un

    souffle nouveau pour la Corse

     

    Par Jacques Casamarta, animateur de Manca alternativa

     

    Après la réunion organisée à Corte le 18 juillet par les élus du Parti Communiste et du Front de Gauche de la collectivité territoriale de Corse ou deux de nos camarades étaient présents (voir compte rendu Francis Peretti), une nouvelle rencontre entre les deux fédérations corses  du PCF et Manca Alternativa/Ensemble a eu lieu à Ajaccio au siège de la fédération de la Corse du sud du PCF le 30 juillet.  

    Pour le parti communiste participaient à la réunion : Maxime Nordee, Jean Pierre Maginot,  Gilles Larnaud, Charles Mariani et Gerard Gagliardi  pour la fédération du sud et Michel Stefani, Francis Riolacci, Marc Luciani et Guy Luciani, pour celle du nord.

    Pour Manca Alternativa/Ensemble  Jean Pierre Bizon, David Frau et Jacques Casamarta composaient la délégation.

    Le Parti de Gauche invité n'a pas participé à la rencontre.

    - C'est Maxime Nordee secrétaire de la fédération et qui nous recevait dans ses locaux qui a ouvert la séance en rappelant le cadre dans lequel a été élaborée cette réunion. "Elle fait suite à celle organisée à Corté le 18 juillet où il a été souhaité de travailler à un large rassemblement anti-austérité et dans une démarche de progrès social, écologique et démocratique pour la Corse. Un rassemblement contre la droite et les idées du FN". 

    Pour le PC, il s'agit de mener cette campagne à tous les tours du scrutin, au premier, au second, voire au troisième. Il faut mener cette campagne en lien avec les citoyens... Pour le Parti communiste, les résultats à l'issue du 1er tour restent la clé du second.  La question reste de transformer les rapports de force "à gauche" pour avoir une politique plus sociale.

    Francis Riolacci a insisté sur le besoin d'un combat contre l'austérité et dans la clarté avec les électeurs, Michel Stefani a montré le rôle joué par les élus du Front de gauche (7 élus, dont 3 communistes) dans la défense des travailleurs, la défense des services publics et plus précisément dans les transports (SNCF, SNCM) ...

    Deux contributions sont disponibles pour le PC, le bilan des élus du groupe communiste et citoyens du Front de Gauche à l'assemblée de Corse et un document remis en séance intitulé "ouvrir le débat et faire renaître l'espoir à gauche". 

    Jacques Casamarta, David Frau et Jean Pierre Bizon ont rappelé  la position du mouvement déjà exprimée par communiqué et encore dernièrement lors de la réunion de  Corté. 

    Sur le document remis en séance par le PC, il a été rapidement parcouru et ne semble pas poser de grosses interrogations  sur la ligne développée. 

    - Pour la Gauche Alternative/Ensemble, le combat contre le libéralisme et donc l'austérité est primordial au premier comme au deuxième tour. Si nous considérons qu'il est important que des élus du Front de Gauche puissent siéger, pour impulser des politiques sociales, il n'est cependant aucunement envisageable de se rassembler au second tour avec des candidats qui soutiennent les politiques d'austérité, au plan régional et national. Pour Manca Alternativa, la clarté de l'engagement sur ces questions anti austéritaires est aujourd'hui une nécessité pour construire sur des bases nouvelles, le rassemblement de demain contre le social libéralisme, le capitalisme dont on vient  de constater une nouvelle fois les effets dévastateurs avec les diktats imposés au peuple Grec. Il y a urgence à se démarquer pour créer dans le temps, les conditions de l'alternative progressiste.

    La gauche du 21ème siècle ne sera pas la gauche du 20ème et l'Union de la Gauche aujourd'hui avec la politique du gouvernement socialiste n'est certainement plus le cadre dans lequel un rassemblement émancipateur peut se construire.  Nous concernant, c'est aussi tirer enseignement du message que les électeurs dans les 2ème et 3ème cantons d'Ajaccio  nous ont transmis lors du scrutin de mars dernier. 

    Nous ne sommes pas des jusqu'au boutistes, nous voulons travailler à développer un souffle nouveau pour la Corse,  mais la question du rassemblement au deuxième tour nous impose de rester cohérents sur nos idées et avec notre bataille du premier. Le cas échéant, un contrat de gestion anti austérité devra  être élaboré dans la clarté et valorisé à cette occasion pour tout rassemblement. Il restera un incontournable.

    Comme pour le PC, le débat se mène aujourd'hui avec Manca Alternativa/Ensemble au plan local, mais aussi national pour affiner les positions. C'est dans cet esprit que des militants de Corse participeront aux débats organisés dans le cadre de l'université d'été d'Ensemble fin août à Bordeaux. 

    Après 1h30  d'échanges et de débats, la séance a été levée après avoir décidé de se revoir à nouveau à la rentrée. 

    Les deux fédérations du PCF tiendront leurs conférences départementales le 29 août et une conférence régionale le 5 septembre. 

    Manca Alternativa/Ensemble organisera son Assemblée Générale le 4 septembre. 

    Une prochaine réunion de FDG est envisagée le 3 octobre prochain.

     

    Compte rendu du Collectif d'élaboration du programme et de la liste du Front de gauche réunion du 30 juillet 2015 à Ajaccio

     

    Par Fédération du Parti communiste de Corse du sud

     

    Pour la fédération du PCF de Corse du sud :  Maxime NORDEE - Jean-Pierre MAGINOT - Gilles LARNAUD- Charles MARIANI - Gérard GAGLIARDI

    Pour la fédération du PCF de Haute Corse: Michel STEFANI - Francis RIOLACCI - Marc  LUCIANI – Guy LUCIANI   

    Pour Manca alternativa Ensemble : Jean-Pierre BIZON- David FRAU - Jacques CASAMARTA

    Maxime. NORDEE rappelle le cadre de cette réunion dont le principe a été retenu lors de la dernière réunion des animateurs du Front de gauche à Corte le 18 juillet. Il y a été décidé de travailler

    1- à un large rassemblement fondé sur une implication citoyenne capable de s'opposer à la mise en œuvre au plan régional de la politique d'austérité gouvernementale et de porter une démarche de progrès social, écologique et démocratique pour la Corse,

    2- à mener la bataille contre la droite qui, éventuellement épaulée par le FN, entend mener une politique encore plus libérale. Nous voulons travailler cette question du rassemblement et du second tour , voire du troisième, avec les citoyens eux-mêmes et porter le combat antiaustéritaire à chaque phase du scrutin avec eux.

     

     3- à enrichir le débat des contributions des organisations se réclamant du Front de gauche et des forces désireuses de s'impliquer dans une implication citoyenne et porteuse d'une véritable alternative de gauche.

     Deux contributions sont déjà disponibles dans le débat : le bilan d'activité des élus du groupe communiste et citoyen du Front de gauche à l'Assemblée de Corse et une première réflexion sur le contexte nouveau dans lequel vont intervenir ces élections, "ouvrir le débat, faire renaître l'espoir à gauche", proposé par les 2 fédérations du Parti Communiste.

     Michel STEFANI présente le bilan des élus du groupe. Ce bilan confirme l'importance du rôle des élus communistes et du Front de gauche. L'engagement pris de faire un compte-rendu de mandat par trimestre, lors des territoriales de 2010, a été tenu. C'est pourquoi les réunions du Front de gauche se sont organisées de cette manière en liaison avec les membres du groupe (7 élus du Front de gauche dont 3 communistes).Ce mode d'organisation peut être amélioré.

    D. FRAU (M-A-E) annonce une assemblée générale de son mouvement le 4 septembre et précise que ce dernier s'est positionné contre une alliance au second tour qui renoncerait à la lutte contre l'austérité.

    L'échange des points de vue a permis de mieux comprendre les diverses positions et d'arriver aux constats suivants :

    1- la réflexion des fédérations du PCF- qui s'inscrit dans une démarche régionale- est largement approuvée notamment sur le constat de la situation politique de même que sur la stratégie de rassemblement antiaustéritaire.

    2 - les résultats à l'issue du 1er tour restent la clé du second pour le PCF et le rassemblement contre l'austérité dès le 1er tour reste indispensable. La question est de transformer le rapport de force politique "à gauche" mais aussi de lutter contre la droite et le FN. La politique de rassemblement et d'ouverture doit présenter une offre qui symbolise la sensibilité politique que nous représentons.

    3 - Pour Ensemble, la réflexion s'élabore également sur le plan national. L'importance du rôle des élus du Front de gauche est évidente mais dans le contexte où "l'union de la gauche est terminée, il faut reconstruire sur la base de nos valeurs". L'idée générale est de s'adresser aux électeurs dans la clarté. Le débat a permis de mieux comprendre la position du pcf et c'est l'AG  du 4 septembre qui se prononcera sur la stratégie et se positionnera sur le rassemblement au 2éme tour sur une base anti –austèritaire.

     La réflexion se poursuit car les points de convergence sont nombreux.

    Une prochaine rencontre entre le PCF (qui tiendra ses conférences départementales le 29 août et sa conférence régionale le 5 septembre 2015) et Manca Alternativa Ensemble se déroulera entre le 28 Août et le 5 septembre. Une prochaine réunion du Front de gauche est envisagée le 3 octobre 2015

     (Résumé synthétique destiné à l'information des militants)

     

    Une occasion pour initier une nouvelle époque

     

    Point de repos, ni de vacances dans le landernau politique corse. De ci de là on s’agite, on consulte, on grenouille, on recherche des alliances et on en défait d’autres, en vue des prochaines élections territoriales. Au cœur de ce remue-ménage, la lutte des places. Mais où sont donc passées les préoccupations de la grande majorité de la population insulaire, à savoir le chômage, le pouvoir d’achat, le logement, etc. ?

    Quant à la vraie gauche, elle est placée devant un dilemme : ou faire comme les autres, rechercher des places, même au rabais, en s’alliant au second tour des élections avec des représentants ou des alliés du pouvoir dit socialiste qui mène allègrement le pays sur la voie de l’austérité et de la régression sociale ou s’en tenir à une ligne claire, sur la base d’un programme alternatif qui tourne le dos à la logique économique que subit la Corse. Logique du tout tourisme, de la spéculation foncière et immobilière et de l’économie de la rente. Il en va de son avenir.

    Les élections municipales devraient nous éclairer sur notre comportement futur. Des alliances douteuses, avec des forces dites de gauche et des éléments clairement situés à droite ont semé le trouble chez beaucoup de nos électeurs. Ces derniers se sont réfugiés pour une bonne part dans l’abstention. On connaît le résultat. Pourtant Manca alternativa avait prévenu du danger qui nous guettait. Elle n’a pas été entendue. Ne renouvelons pas la même erreur. Allons aux Territoriales, au premier comme au second tour dans le cadre d’une coalition sociale et politique inédite, constituée des différentes composantes du Front de gauche (Parti communiste, Manca alternativa/Ensemble, Parti de gauche) et des représentants des syndicats, des associations, des mutuelles et du mouvement coopératif. Une forte attente existe. Ne laissons pas passer l’occasion. Un fort besoin de changement se manifeste de plus en plus en France, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Irlande et en Grèce, malgré l’odieux coup d’Etat financier organisé par la Troïka, contre le peuple grec. Initions une nouvelle époque pour une autre Corse. Il faut en finir avec la casta, les dynasties politiques, le clientélisme qui ont fait des ravages considérables dans notre île, non seulement aux niveaux social et économique, mais aussi au niveau des consciences. Finissons-en avec la soumission aux caciques insulaires. Céder une nouvelle fois à certaines sirènes, c’est contribuer involontairement à la pérennité des vieilles pratiques politiques.

    Cette nouvelle coalition irait aux élections sur la base d’un programme élaboré en étroite liaison avec les populations. A notre connaissance, nous sommes les seuls à proposer une telle démarche.

    Oui, c’est possible, à condition que toutes les composantes du Front de gauche marchent du même pas et en ressentent le besoin et la nécessité. Créons les conditions pour y parvenir.

    Pudemu.

    Jean Antoine Mariani

     

     

     

     

     

     

     


     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :