• Elections territoriales - tribune libre

    REUSSITES ET AUTOCRITIQUES

     

    Par Francis Peretti

     

    Nous n’avons pas réussi à déposer notre liste aux élections territoriales, mais pour autant ce n’est pas un échec.

    Notre liste était attendue par le message politique qu’elle portait et en premier lieu par le rassemblement inédit en Corse de différentes organisations et de simples citoyens de Gauche sur une orientation politique claire contre la politique d’austérité d’Hollande / Valls, du combat écologique, et de l’implication citoyenne pour la démocratie.

    Un rassemblement plein d’espoir.

    Une démarche en rupture avec le système clanique qui gangrène la Corse depuis des décennies et qui, dans le cadre futur de la collectivité unique, aggraverait encore plus la situation, économique et politique de notre région avec un système de type féodal et cela quel que soit la force politique au pouvoir.

    Une réussite, car arriver dans un laps de temps aussi court, moins d’un mois, et notamment depuis la publication du sondage, à constituer une liste de femmes et d’hommes, de parcours politiques différents mais partageant les mêmes valeurs et prêts à participer à la construction d’une force alternative à la dérive libérale de la société, c’était presque impensable.

    Il nous reste donc à poursuivre ce combat, c’est notre but avec d’autres ; ce sera difficile, comme toujours lorsqu’on veut contrarier les habitudes.

    Nous ne serons pas présents pour les Territoriales de décembre, surtout nos idées ne seront pas défendues, car nous ne concevons pas un combat contre l’austérité avec de possibles compromissions avec cette politique.

    C’est, il est vrai, une rupture mais nous ne pouvons plus accepter d’entendre dire la droite et la gauche c’est la même chose.

    Les hommes sont ce qu’ils sont,  les valeurs de Gauche demeurent.

    Que chacun prenne ses responsabilités.

    Si d’un point de vue politique nous avons marqué notre empreinte dans le débat politique insulaire et en particulier à gauche, il nous faut aussi ne pas occulter le nécessaire débat autocritique, car il est vrai, nous sommes tous sous la déception du non dépôt de la liste de rassemblement, mais je rappelle que notre objectif reste d’organiser une force alternative crédible d’ici 2 ans sur la base de la lutte anti austérité et sans compromissions, une force alternative dans la défense de notre environnement, de la démocratie citoyenne.

    Tout cela n’est pas impossible et nous l’avons démontré.

    Pour essayer de comprendre ou ont été nos difficultés.

    Plusieurs raisons s’entrecroisent : difficulté dans un laps de temps très court après la rupture unilatérale du PCF, début octobre. Mais, dès le mois de juillet, date des premières réunions,

    nous avons compris que l’union serait difficile. Le Parti communiste a tout fait pour avancer seul, concevoir que leur priorité était de sauver le maximum d’élu.e.s et donc pas de possibilité d’accord avec nous. Mais ce scénario, même si différent dans la forme, était aussi celui des municipales à Ajaccio en 2013 et 2014….On a vu ce que ça a donné.

    Notre désir de voir notre message politique représenté pour ces élections, la rencontre nécessaire avec d’autres organisations et de simples citoyens, l’accord sur une base politique claire, l’engagement sur une liste dans un laps de temps aussi court, tout cela représentait un défi, difficile à surmonter.

    Se rajoute la division chez nos partenaires d’EELV mais qui aboutira à une clarification positive.

    Nous devons faire notre autocritique, la première c’est que seul nous ne sommes pas en position de force (vous me direz les autres aussi), que notre présence sur le terrain régional est insuffisante, que notre organisation doit être renforcée, et concernant la liste ne pas insister pour la déposer au dernier moment.

    La non présentation de la liste, nos adversaires politiques s’en servent pour essayer de casser ce début de dynamique et au fond, dire qu’aucune alternative n’est possible face à la politique d’austérité, face à la dérive libérale de la société : tout est utilisé pour nous affaiblir, tout est prétexte et nous devons faire très attention à nos expressions personnelles ou communes afin de ne pas prêter le flanc à des critiques, car nous n’aurons pas de « droit de réponse ».

    Francis Peretti  

    Animateur de Manca alternativa/Ensemble

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :