• En 2014, l'âme agit!

    La tombera (abattage saisonnier du cochon), le solstice d’hiver et Noël 2013 sont déjà derrière nous. Les boudins, les prisutti, les lonzi,  les figatelli et le ghialaticciu sont fabriqués. Et surtout n’évoquez pas le saucisson d’âne ! L’âne Manfarinu du conte de l’Avent écrit par Angèle Paoli pourrait venir vous mordre les fesses et vous donner son coup de pied.

    Pour l'homme de la terre corse, Noël reste une fête solsticiale, un moment magique consacré aux présages, à la transmission des "incantesimi" et à la lecture de l'avenir, dans les sauts des grains de blé, des feuilles d'olivier, chauffés sur la grille chaude du foyer, ou dans les cendres de la grande bûche. La transmission des dons des Signatore s’est faite dans les temps. Si l'on dévoile les prières ("e prigantule") du rituel, ou si on les transmet hors de la date voulue, le pouvoir est perdu. Cette date est dans toute la Corse, celle de la nuit de Noël. Dans certains endroits, on étend la période de transmission aux sept derniers jours de l'année (de Noël au jour de l'an). Les dons de la Signatora ne se limitent pas à conjurer le mauvais œil, ils soignent aussi certaines maladies auxquelles on n'attribue pas de causes magiques : piqûres d'insectes par exemple.

    Capu d’Annu ! Ce soir, on arrive au bout de l’An 2013. On s'affaire aux préparatifs pour essayer de faire mieux que l'année précédente Dans les maisons, on s’affaire et on fait l’inventaire des provisions. In palmentu (à la cave) on décroche le plus beau prisuttu (jambon corse) conservé pour l'occasion. On choisit un vin di sottu scala pour accompagner le cabri. Voilà, le grand jour est arrivé. On se rase de près et on enfile de beaux habits. Toute la famille va se réunir dans le salottu où l’on dresse une grande table réservée pour les grandes occasions. Après le repas bien arrosé, certains entonneront une paghjella, la main en forme de conque portée à l'oreille. Les plus vieux se livreront à un chjam’e rispondi en improvisant une histoire à laquelle chacun à son tour, donnera la réplique et ajoutera son épisode. On ne danse plus la tarantella, la manfarina ou la moresca mais les jeunes ont d’autres danses internationales plus modernes et vont en boîte de nuit. Bien sûr, nous leur recommandons la prudence lorsqu’ils reprendront leur véhicule car les routes corses tuent trop. Après les embrassades et les « Pace é salute », dans la fraîcheur de la nuit, la fête s'achèvera en 2014.

    Que cette nouvelle année nous préserve de l’Occhju (œil), des forces occultes et de toutes ces sorcelleries financières qui sont les causes des grands maux de notre société. En 2014, n’écoutez pas toutes les prières électorales qui ne sont que des incantations trompeuses d’un rituel ultralibéral.  « Travailler plus pour gagner plus » n’a rien de magique, pas plus que le lyrisme des anaphores présidentielles.

    Selon Albert Goshman, la magie ne se trouve pas dans la main du magicien, mais dans l’œil de celui qui regarde… Et La vraie magie, c’est quand « l’âme agit », ce qui nous amène à méditer une citation de Romain Rolland : « La fatalité, c'est l'excuse des âmes sans volonté ». La crise économique n’est pas une fatalité et le chômage non plus. Les acquis sociaux sont l’œuvre de la volonté humaine.

    Bon Annu !  Pace e salute !

    A ringraziavi di a vostra fedeltà cù e nostr'ome per u 2014…

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :