• En réponse à un tweet de Jean-Luc Mélenchon

     

    Créer les conditions d'une alternative, tout à la fois crédible et claire

     

     

    Nous publions un texte signé par  plusieurs membres de Manca alternativa/Ensemble insoumis en réponse à un tweet de Jean-Luc Mélenchon, condamnant, sans consultation préalable, un accord éventuel entre la Corse insoumise et diverses organisations politiques de la vraie gauche, en vue de la constitution d'une liste unique pour les prochaines élections territoriales.

    "Le 03 septembre, á 20 heures, Jean-Luc Mélenchon, dans un tweet, a condamné les militants de la Corse Insoumise qui depuis deux mois créent les conditions d'un rassemblement avec les forces anti-libérales, dont le PCF autour d'un programme anti-austérité et pour l'Intérêt Général Humain. En effet, en Corse au mois de décembre prochain, auront lieu les élections territoriales. Elections très importantes pour l'avenir de l'île et sa population, dont une personne sur cinq se trouve en situation de précarité extrême, en dessous du seuil de pauvreté. 

    Il s'agit de la première consultation nationale depuis les élections présidentielles et législatives. Nous avons considéré, qu'en dehors de tout esprit politicien, il était important de créer les conditions d'une alternative, tout à la fois crédible et claire, pour changer le cours des choses et influer positivement sur la situation. Á toutes les étapes de nos discussions, nous avons, en ce qui nous concerne, appliqué la démocratie citoyenne.

    Les militants de la Corse Insoumise et de Manca Alternativa/Ensemble Insoumis ont rencontré á trois reprises le PCF, EELV à une reprise á travers le réseau VIA, et le POE une fois, pour avancer sur le nécessaire chemin du rassemblement. 

    Nous avons discuté avec les responsables de la France Insoumise, et proposé un document d'analyse des particularités politiques de la Corse, dès le mois d'octobre 2016. Deux réunions ont été organisées á ce sujet avec notamment Manuel Bompard et des discussions ont eu lieu avec Raquel Garrido, lors de sa venue en Corse pour l'élection présidentielle. 

    En juillet dernier, nous informions la France Insoumise de nos démarches ouvertes pour les élections territoriales. Au cours de l'été, profitant de la présence de Martine Billard en Corse, une réunion a été organisée pour informer et rendre compte des discussions. 

    Fin août, une rencontre a été organisée à Marseille dans le cadre des universités d'été de la FI. 

    Il n'est pas juste de dire comme l'a fait JL Mélenchon dans son tweet, que "des Insoumis ont engagé une liste avec le PCF en Corse sans prendre aucun avis. Je ne soutiens pas cette initiative. Je la condamne."

    Il est peu de dire que cette remarque nous a surpris, blessés dans sa formulation et nous alarme pour l'avenir. Jean-Luc Mélenchon a ainsi tourné le dos à la Corse malgré nos nombreuses sollicitations. Nous n'avons, depuis le début des campagnes électorales, reçu de sa part aucun mot de soutien ou d'encouragement. 

    D'un point de vue politique, ce n'est pas un hasard, si seule la Corse est concernée aujourd'hui par l'élection d'une collectivité unique. Elle continue à être un laboratoire dans les politiques libérales de démantèlement et de balkanisation des territoires voulue par l'Europe fédérale et libérale.  C'est la solidarité nationale et la nécessaire péréquation de l'Etat qui sont frontalement remises en cause pour continuer à affaiblir les services publics. 

    Le jeudi 7 septembre, profitant d'une présence à Paris, Jacques Casamarta a été reçu par une délégation de 5 personnes de l'Espace Politique dans les locaux de la France Insoumise, pour préciser de nouveau, le sentiment politique des militants de Corse. La délégation a écouté notre camarade en précisant qu'elle n'était pas mandatée par l'Espace politique. Il en ressort tout de même qu'elle ne serait pas forcément favorable à l'élaboration d'une liste commune. 

    Ne pas être présents lors de cette élection territoriale comme certains l'ont émis, serait une impasse politique, voire une erreur politique. Ne pas chercher le rassemblement sur la base d'une rupture avec les soutiens du libéralisme en serait une autre. 

    Cette situation désagréable nous pose question. Elle doit trouver une issue positive, sous peine de paralyser le Mouvement. 

    La question de l'unité sur un positionnement politique clair, est et reste une condition essentielle à l'émergence d'une perspective. Cette question éminemment politique doit être rapidement débattue, il en va de notre avenir et pas seulement en Corse. 

    Il y a urgence, le 9 septembre prochain les Insoumis d'Ajaccio  et de Bastia doivent en débattre en assemblée générale. C'est pour cela que nous tenons  á informer les militants d'ENSEMBLE INSOUMIS. 

    Cette question doit être discutée au sein de notre Mouvement et portée au niveau de l'espace politique.

    Merci de votre soutien et engagement."

    Pour Manca Alternativa/Ensemble Insoumis

    Jacques Casamarta, Francis Peretti, Robert Armata, Pascale Larenaudie, Jean Pierre Orsi, Muriel Buisson, Guy Lannoy, Claude Franceschi, Amélie Raffaelli, Aldo Siddi, Xavier Bernardini, Catherine Laurenti, Bernard Bouquet. Jacques Coti.

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Jacques Defranchi
    Vendredi 8 Septembre à 13:28

    D'accord avec vous camarades insoumis de la première heure .

     

    2
    Olivier
    Samedi 9 Septembre à 23:48
    Je soutiens totalement la démarche et l'analyse du groupe Manca Alternativa/Ensemble Insoumis. Le tweet de JL Melenchon a blessé le groupe Corse Insoumise, d'autant qu'il est inexact sur les faits, puisque le National a bien été averti à chaque étape des rencontres et discussions, notamment avec le PCF.
      • Michelli Louise
        Mardi 12 Septembre à 14:37

        Vous mentez, le national a été mis devant le fait accompli une fois les négociations entamées. 

         

    3
    DIAZ MELSIO
    Dimanche 10 Septembre à 03:51

    Vous commencez à récolter les  conséquences du but de Mélenchon(grand admirateur de François la Francisque) et ennemi juré du PCF et des classes populaires , en bon trotskiste(Clandestin de l'OCI comme Jospin et une belle brochette de ministres ou ex ministres socialistes).La Cia qui avait lancé l'OCI avait pour but d'affaiblir le PCF alors très fort. Bon, elle y est arrivée avec Mélenchon en détruisant le PCF, tout comme Berlinguer avait détruit le PCI et Carillo le PCE. Ne soyez donc pas étonnés qu'il s'oppose et condamne une réunion des forces populaires en Corse. Comme en Grèce avec son copain ,le traître et sous-marin de la finance Tsipras il s'agit d'empêcher tout prise du pouvoir par les classes populaires.

      • Rafael Avilés
        Dimanche 10 Septembre à 09:43

        Camarade, tu oublies, les martiens !

    4
    DIAZ MELSIO
    Dimanche 10 Septembre à 03:52

    J'ai oublié de mettre mon email à ma réaction

    5
    Rafael Avilés
    Dimanche 10 Septembre à 09:42

    100 % d'accord avec... Jean-Luc Mélechon qui ne fait que maintenir LA position, pour laquelle, lui et quasiment tous les Insoumis, ont étés honnis par l'oligarchies national-financière, pendant l'entre deux tours des présidentielles : PAS d'ACCORD DE PARTIS. Cela fait 40 ans que ces alliances ont fait le lit des fascistes antidémocratiques que sont les Frontistes de MLP, et voilà qu'en corse, vous nous tirez, à tous les Insoumis, une balle dans le pied.

    Ensuite votre communiqué, vous précisez-vous mêmes: "Il en ressort tout de même qu'elle ne serait pas forcément favorable à l'élaboration d'une liste commune."et pour cause, simple principe de cohérence ai-je envie de rajouter. 

    De plus le tweet de JLM est clair "sans consulter personne". Cela veut bien dire, qu'une fois les accords sur la table, vous les avez signés tous seuls. Informer, n'à jamais voulu dire recevoir un accord.

    Enfin, "créer, une alternative, crédible et claire"... en faisant des alliances d’appareils, vendus mille et une fois, bel exemple d'oxymore. Au final, vous courrez les postes d'élus, comme n'importe qu'elle autre organisation politique qui après, nous expliquera que les spécificités, spéciales, uniques et endémiques de votre pays de beauté, ne permettent pas, dans l'immédiat d'envisager une évolution positive dans la direction d'un AVENIR EN COMMUN ! Tout comme un certain Robert Hue qui en 1997 militait contra la privatisation de Renault et qui, une fois élu député lors de la dissolution chiraquienne, à la fête de l'Huma suivante, expliquait à la grande tribune, que la privatisation c'était une bonne chose.

    Conclusion, votre mouvement, de fait est devenu, une branche extérieure de l'appareil politique du PCF.... vous en avez parfaitement le droit, mais uniquement en votre nom personnel.

    Vous venez de mettre un pied sur une planche savonneuse, sur laquelle, les Insoumis, nous ne pouvons pas vous suivre !

      • LoBo
        Mardi 12 Septembre à 12:13

        Je n'aurai pas dit mieux!!! Nous devons à tout prix garder le cap. Tout arrangement de ce type ne participe que à nous discréditer.

         

    6
    Jean-michel Baudry
    Lundi 11 Septembre à 10:49

    Bien que nous pouvons faire preuve d'initiative(s) la chose qui est certaine c'est qu'elles doivent être en accord avec LAEC et si JL Melenchon condamne cet "union" c'est qu'elle ne répond pas aux "critères" voulus par les INSOUMIS.......... On doit faire non pas une gauche unie sur la base d'une "alternative crédible et claire", c'est revenir en arrière et laisser de côté tous nos combats, mais unir le peuple..... L'union pour l'union ne sera jamais la solution, elle oblige à faire des manœuvres et compromis que nous, INSOUMIS, ne souhaitons plus voir, elles sont l'héritage d'un système qui doit disparaître avec la 5è République

    Les Insoumis ne sont pas un parti comme les autres ce n'est d'ailleurs pas un parti et mener des alliances qui sont à l'encontre de notre mouvement sera toujours un boulet que tout les autres INSOUMIS devront trainer après vous.

    Salutations insoumises et résistance!!!!!!! 

    7
    Françoise
    Lundi 11 Septembre à 13:51
    J'ignore comment évolueront les échanges entre les camarades de la CI et ceux du PC et / ou des autres organisations, mais je voudrais rappeler aux auteurs de certains commentaires que jusqu'à ce jour aucun accord n'est intervenu avec personne et que les militants des groupes d'appui de la Corse dont je suis - n'accepteront aucune alliance qui pourrait s'éloigner de notre programme de l'Avenir en Commun.
    Nous sommes assez grands et responsables pour décider démocratiquement en assemblée générale d'un accord ou non avec différentes organisations politiques à l'occasion de ces élections territoriales qui ne concernent que la Corse.
      • Rafael Avilés
        Lundi 11 Septembre à 19:58

        Puisque cela ne concerne que la Corse, faîtes quand même en sorte que cela n'affecte pas, au passage, tous les Insoumis de France et de Navarre. Car quand bien même, cela venait a être voté en Assemblée générale de manière démocratique par des grands et responsables que vous êtes, dé lors que votez une union d'appareil vous franchissez la ligne rouge fixée par tous les Insoumis : vous vous excluez vous mêmes du Mouvement. Ne vous racontez pas d'histoires !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :