• La dernière ligne droite

    La seule vraie force du changement

    Aujourd'hui, les électeurs éliront leurs conseillers départementaux. Manca alternativa/Ensemble et le Parti de gauche, membres du Front de gauche, présentent des candidates et des candidats dans les 2e  et 3e cantons de la Corse du Sud. Ils faisaient, ce jeudi 19 mars 2015, un dernier point  de la campagne électorale, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Ajaccio 13, boulevard Maglioli.

    Il a été souligné que ces élections revêtent une dimension à la fois locale et nationale.

    Locale, parce qu'il s'agit d'élire des Conseils départementaux qui auront la lourde tâche de répondre aux besoins des populations dans des domaines comme le logement social, l'environnement, le social, le sanitaire, les transports, etc.

    Nationale. On ne peut pas dissocier les deux niveaux. Les politiques gouvernementales ont une incidence sur la gestion des Conseils départementaux, ne serait-ce que par le biais des dotations de l’État. Dotations en chute libre, il faut le souligner. Et qui dit baisse des dotations dit augmentation des impôts locaux.

    En outre, la politique d'austérité et de régression sociale, qui tourne le dos aux engagements du candidat François Hollande lors des dernières présidentielles, aggrave encore plus la situation sociale et économique de la grande majorité de la population du pays (augmentation du chômage, en particulier des jeunes, baisse du pouvoir d'achat des salariés et des retraités, difficultés à se loger, insécurité, etc.). C’est particulièrement vrai en Corse.

    Cette politique est néfaste pour le pays. Elle doit être combattue avec la plus grande fermeté et sans compromission, même si Manuel Valls et tous les caciques du parti dit socialiste, appellent à serrer les rangs derrière eux, en raison du péril que constituerait l'accroissement de l'influence du Front national. Et bien évidemment de voter utile, c'est-à-dire pour les candidats socialistes. Fallait y penser ! Cette politique engendre également une désespérance. Celle-ci est criante. Les candidates et candidats la rencontrent lors de leurs nombreux porte-à-porte avec les habitants des différents quartiers des 2e et 3e cantons d'Ajaccio. Ces habitants souffrent, souvent en silence. Ils ne voient pas venir de solution à leurs problèmes. La désespérance peut se traduire par de l'indifférence par rapport à la vie sociale et politique. C'est le repli sur soi. Il y a aussi le rejet de la politique. Les candidates et candidats sont confrontés au fameux « tous pourris », avec pour conséquence, soit le refuge dans l'abstention, soit la tentation du vote pour le Front national, parti de la haine, du racisme, de l'antisémitisme. Ce parti tente de lancer une OPA sur cette désespérance. C'est ce qui se passe en particulier  dans le 3e canton. Ignoble.

    Dans le même temps, et face à la situation économique et sociale du pays et à cette désespérance, les candidates et candidats s’appliquent à démontrer qu'il y a des causes profondes à tout cela. Ces causes sont à rechercher dans la politique actuelle de François Hollande et de son gouvernement, sans oublier celle de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

    Quant au « tous pourris », ce n'est pas entièrement vrai. Fort heureusement, il existe encore des forces de progrès qui se battent pour un vrai changement de politique, contre la corruption, le clientélisme et le clan. Manca alternativa et le Parti de gauche en font partie. Ils s'engagent à partir d’un principe fondamental : « l'humain d'abord ».

    Les candidates et candidats démontrent également  que l'abstention n'est pas la bonne solution. Bien au contraire. Elle donne au pouvoir actuel des arguments supplémentaires pour poursuivre allègrement sa politique, comme elle renforce mécaniquement l'audience du Front national.

    Il reste trois jours pour convaincre. Trois jours pour amener les électeurs à voter pour les candidates et candidats du Parti de gauche et  de Manca alternativa. Des candidats, tous issus de la société civile, des non professionnels de la politique, des salariés, des militants syndicaux et associatifs dont la seule mission sera  de servir et  non pas de se servir. Une fois élus, ces candidats se mettront à la disposition des populations et des territoires et s'appliqueront à mettre en œuvre leurs propositions.

    Osons inventer l'avenir.

    Osons une autre Corse.

    Un vrai changement est possible.

     

    CIMG1563
     
    Paroles de candidat(e)s, de militant(e)s et d'élect(rices)eurs

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :