• La mobilisation grandit

    Le soldat Hollande à l’épreuve de la rue

     

    La mobilisation contre le projet de loi sur le travail ne faiblit pas, bien au contraire, malgré les quelques mesurettes octroyées par le pouvoir dit socialiste pour s’attirer les bonnes grâces de la Cfdt, malgré aussi des pressions de toutes sortes dans les entreprises, les administrations, les lycées et les universités. Sans oublier le rôle négatif des media aux ordres. D’aucuns rêvaient tout éveillés d’une décrue du mécontentement des principaux intéressés par la fameuse contre-réforme du Code du travail. Ils en seront pour leurs frais. Ils comptaient peut-être sur la pluie qui est tombée en abondance sur une bonne partie du territoire national, et sur la peur d’éventuels attentats terroristes. Les salariés, les lycéens, les étudiants ont répondu en grand nombre à l’appel des syndicats Cgt, Fo, Solidaires, Fsu, Unef, Unil, Fidel. On a même remarqué des drapeaux et des banderoles de sections syndicales de la Cfdt et de la Cgc. Ils étaient plus d’un million à battre le pavé des rues et boulevards de plus de 170 villes. Comme à l’accoutumée, les services du ministère de l’Intérieur se sont empressés de livrer des chiffres particulièrement savoureux. Tout au plus, estimaient-ils, il y aurait eu à peine 390.000 manifestants dans toute la France ! Faut-il en rire ou encore une fois pousser une bonne gueulante ? Tout cela est d’un ridicule. Le ridicule ne tue pas, dit-on, mais à force de poursuivre une politique sociale et économique au service exclusif des marchés financiers et du Medef, le soldat Hollande risque d’y laisser beaucoup de plumes.

    Prenons seulement un exemple qui prouve la mauvaise foi des services de police. Celui de Marseille. Ville réputée pour ses fortes mobilisations. Estimation de l’Evêché : 12.000 manifestants ! Pour les syndicats, il y en avait au moins 90.000. Quel bel écart. Qui a raison ? Pour qui connaît la ville, le nombre avancé par la police a de quoi faire sourire. Le parcours de la manifestation est évalué à plus de 3 kilomètres, soit 4 Canebière, entre le Vieux port et la Place Castellane en passant par le cours Lieutaud. La célèbre Canebière peut contenir 20.000 manifestants. Donc au bas mot, le cortège rassemblait près de 90.000 participants. Il y avait encore du monde sur le Vieux port quand la tête de la manifestation avait rejoint la place Castellane. Les estimations de la police relèvent sans doute d’une forte myopie. Pourtant, ce n’est pas les opticiens qui manquent dans la cité phocéenne.

    A Bastia, on comptait 800 manifestants. A Ajaccio près d’un millier. Il y avait longtemps qu’on n’avait pas vu une participation aussi forte. A noter que le Stc s’était joint à la Cgt, à Fo et à la Fsu.

    D’autres manifestations sont prévue les 5 et 9 avril prochains. Un seul mot d’ordre : retrait pur et simple de la contre-réforme du Code du travail. Il faut le souligner cette contre-réforme – en cas d’application – dynamiterait  tous les acquis sociaux des salariés, obtenus lors de dizaines d’années de luttes sociales et politiques. Et dire que c’est un pouvoir dit socialiste qui ose faire ce que la droite avait tout juste rêvé de faire. Les Français, n’ayant pas la mémoire courte, sauront assurément récompenser les « audacieux ».

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :