• Laurent Wauquier drague moyen...

     

    wauquier_barrot

    Laurent Wauquier

    Cet élégant ministre, grand bourgeois hyper diplômé, programmé pour être professionnel de la politique,  voulait conditionner le RSA, minimum de survie mis en place par ses amis politiques, à une obligation de travaux d'intérêt général. Ce fils d’industriel est choqué que l'Etat aide un tout petit peu les plus démunis pour leur éviter de tomber complètement au fond du trou et ne pas crever de faim sous un porche ou une grille de métro. Depuis quelques temps, il s’érige en défenseur des classes moyennes et vient de publier un livre politique au titre cyniquement provocateur « La lutte des classes moyennes », documents, Ed.Odile Jacob, Novembre 2011. Ce livre lui a valu la critique outrée d'Audrey Pulvar chez Laurent Ruquier.

    Ce touriste des gouvernements Fillon, ministre stagiaire n’ayant jamais trouvé ses marques nulle part, a hérité de l’enseignement supérieur après avoir démontré son inutilité à l’emploi et aux affaires européennes, où il semblait s’ennuyer fermement malgré la crise de l’euro.

    Avant de devenir Maire du Puy-en-Velay, il a d’abord hérité du siège de Jacques Barrot, homme politique de Centre-droit dont la carrière n’en finit pas. Ce dernier a été nommé, le 23 février 2010, au Conseil constitutionnel  par le présidentde l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, succédant à Pierre Joxe.

    Dans la droite ligne de Sarkozy, Laurent Wauquier utilise le vieil adage « Diviser pour régner ». Il oppose ainsi ces chômeurs qui ont un HLM aux classes moyennes qui n’en ont pas à côté de leur entreprise pour éviter les trajets journaliers.

    Ce jeune politicard, ami auvergnat d’Hortefeux, a choisi son fond de commerce : la classe moyenne. Par la drague, il lui reste à s’y faire une clientèle dans une période de crise qui touche la France d’en bas dont fait partie la classe moyenne. Il s’agit de garder ceux qui ont un emploi sous l’influence de la classe dominante, celle dont il fait partie et qui s’accroche au pouvoir avec cynisme et mépris. Il n’a de cesse de s’attaquer à l’assistanat social pour défendre, dit-il, les gens qui travaillent. Il le fait par manœuvre de basse politique et passe sous silence que cet assistanat est la conséquence du chômage et de la pratique des bas salaires par des patrons qui ne cessent de s’enrichir. Nous ne pouvons penser qu’il l’ignore et c’est pour cela que son livre est affligeant de clientélisme cynique en direction d’une classe moyenne qu’il sait en partie prête à entendre ce genre de discours démagogique.

    Il avait préfacé L'esthète des lenteurs - Plaidoyer pour une France du milieu en 2008. Chez lui, il n’y a pas de France du milieu mais l’arrogance et l’outrance de la  bourgeoisie des affaires, une Droite masquée qui se sert des peurs de cette France qu’il voudrait d’un milieu assujetti à la Droite, c’est-à-dire contre la Gauche. Il est issu d'une famille d'industriels installée dans la région de Tourcoing, créateurs d'une tannerie en 1895, reconvertie en chantier naval en 1965 à la suite du déclin de l'industrie du textile. Il est le fils de Philippe Wauquiez, ancien directeur d'Indosuez Scandinavie, gérant d'une société de conseil en investissement, et d’Éliane Wauquiez-Motte, actuelle mairesse de Chambon-sur-Lignon. La politique est devenue une affaire de famille. Placé sous la protection de Jacques Barrot, le rejeton a fait ses universités. Espérons que ce stagiaire des ministères n’y trouvera pas une titularisation après mai 2012. Il aurait des ambitions encore plus haute, que cela ne nous étonnerait pas. Sarkozy a ouvert la voie à toutes les appétences.

    Signé: Pidone

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :