• Le Crash de Concorde!

    oblisque_sidaSarkozy affectionne la place de la Concorde avec son obélisque égyptienne qui ne rappelle aucun événement politique. Peut-être veut-il rendre hommage à un événement du 6 février 1934: la manifestation des ligues d’extrême-droite se concentre place de la Concorde. Les affrontements avec les forces de l'ordre font 20 morts et 2 300 blessés? C’était aussi un choix fait par Chirac en écho à la victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981, fêtée sur une autre place symbolique : la place de la Bastille. Il est sûr que les symboles sont différents puisque la Bastille rappelle la révolution alors que la Concorde marque l’oublie de la Révolution et de la Terreur. C’est sur cette place de la Concorde anciennement Place de la Révolution que la guillotine a tranché des têtes dont celle de Louis XVI. Sarkozy, peut-être aussi pour faire plaisir à Carla, citait longuement l’Italien Curzio Malaparte et notamment en reprenant: « La place de la Concorde n'est pas une place, c'est une idée. ». Qui était l’homme Malaparte ? Un Toscan qui s’est d’abord engagé dans l’armée française. Dès 1920, il adhère au parti fasciste et, en septembre 1922, participe à la Marche sur Rome. En 1923, dans L'Italie contre l'Europe, traduit en français en 1927, il interprète le fascisme comme un syndicalisme politique. Il a été un temps théoricien du fascisme pendant l’entre-deux-guerres. Est-ce cette période de l’écrivain que Sarkozy affectionne? A moins que ce soit celle de la fin de sa vie quand il s’est vu refuser son adhésion au parti communiste ?

    « Me voilà comme un con, place de la Concorde !.. ». En regardant la vidéo du meeting de Sarkozy, j’ai au en tête Claude Nougaro et ces quelques mots de sa chanson « La petite fille ». C’est ce qu’aurait dû penser le badaud égaré dans la foule des militants que l’UMP a fait venir de toute la France et d’Outre-mer.  A cette foule BC BG, il a dit qu’elle était le peuple, qu’elle était la France silencieuse et, utilisant l’oxymore périlleux, il ajoutait : « Vous êtes les porte-parole de ceux qui n'ont jamais la parole, de ceux qui ne demandent jamais rien, qui ne se plaignent jamais, mais qui sont fiers de la France, fiers de sa culture, fiers de sa langue, fiers de son identité…» La France silencieuse porte-parole de ceux qui n’ont pas la parole ! Il fallait oser. Il a osé. Sarkozy cherche un soutien silencieux parce qu’il n’a lui-même plus rien à dire en dehors de ses slogans pétainistes à peine déguisés. Dans le nauséabond «  Travail, Famille, Patrie », il a remplacé « Patrie » par « Nation »  et va jusqu’à dire que la France est une civilisation. Il emploie à dessein le mot « civilisation » à plusieurs reprises dans son discours. Pour faire écho à la France universelle évoquée par Mélenchon, il ajoutera que la France est au service de toute l’humanité. Un concept nouveau dans sa bouche mais, chez lui, le mot humanité s’accompagne de la réaffirmation du droit à la propriété, à l’héritage, à l’ordre… autant de mots qui dépendent de l’idéologie qui se cache derrière. La sémantique de Sarkozy, on la connaît bien. L’idéologie de Sarkozy est évidente lorsque l’on fait le bilan de son quinquennat.

    contorsion_sarkoDans ses discours électoraux, nous l’avions déjà compris pour 2007, Sarkozy s’évertue à, faire le grand écart en glanant des promesses chez ses concurrents. Hier, ce n’était plus des grands écarts mais des sauts périlleux. Hier, il n’a pas hésité à dire l’inverse de ce que lui et son premier ministre défendaient avant-hier.  Alors qu’il est le signataire du traité de Lisbonne, pour la première fois hier, il s’aligne sur ce que réclame la Gauche. Lisez bien ce qui va suivre et revenez aux discours qu’il tenait avec Merkel… Quel revirement à quelques jours du premier tour des élections ! Voici le nouveau Sarkollande : « Si la Banque centrale ne soutient pas la croissance, nous n'aurons pas assez de croissance», a-t-il insisté, pointant du doigt les «limites des règles fixées (à la BCE) dans le traité de Maastricht». En vertu de ce texte européen, la BCE a pour principale fonction d'être la gardienne de l'orthodoxie monétaire et budgétaire des pays de la zone euro et d'y surveiller l'inflation. Nicolas Sarkozy marche ainsi dans les pas de Jean-Luc Mélenchon et de François Hollande. L’idée de renégocier le traité de discipline budgétaire qu’il a signé en mars dernier est une bonne idée le 14 avril. Etonnant ! Non ?... Il envisage la possibilité que la BCE prête aux états au même taux qu'aux banques. Quelle cohérence dans les actes et les paroles !

    Sarkoszy veut le soutien d’une masse silencieuse, inerte, masochiste et sans mémoire. Voilà sa conception du peuple. Pour lui : «  Qui ne dit mot consent. ». Dans son idéologie droitière, le salarié qui défend ses acquis sociaux est un conservateur. Le réformiste est celui qui donne toujours plus de pouvoirs aux puissants et aux riches. Dans son discours, il s’en est pris directement aux syndicats et en particulier ceux des enseignants en laissant penser qu’il s’en prendrait à leur statut. En ce qui concerne l’Education nationale, il a employé le terme de formation et non pas d’éducation. Le mot culture n’est pas non plus dans son vocabulaire et, comme tous ceux qui n’en ont pas beaucoup, il a étalé une série de citations qui ont comblé un discours vide selon le précepte connu qui dit que la culture, c’est comme la confiture, moins on en a et plus on l’étale. 

    La vérité de Sarkozy et la réalité de ce qu’il prépare en cas de réélection, on la trouve dans une promesse qui en dit long. Dans son nouveau modèle français qui n’a rien de neuf, il propose à chacun de nous de bénéficier de la procédure qui prononce la faillite… « Tout le monde aura droit à une deuxième chance et toute famille de bonne foi, confrontée à un accident de la vie dont la conséquence est le surendettement, pourra, comme une entreprise, bénéficier de la faillite civile telle qu'elle existe en Alsace afin de pouvoir redémarrer dans la vie», a-t-il déclaré. Les milliers de chômeurs qu’il compte laisser sur le bord du chemin de l’austérité auront la satisfaction de savoir qu’ils pourront ne plus payer leurs dettes lorsqu’ils n’auront plus les moyens de le faire. Mieux encore, lorsqu’un chômeur se suicidera, la famille pourra bénéficier de la faillite civile et ne pas hériter des dettes.

    maquette3La Concorde s’est vidée, mais Nicolas Sarkozy et son équipe se sont attardés pour la caméra, serrant des mains à des militants sans doute priés de rester sur place’. Quelques célébrités oubliées, en mal de promotion et inquiètes pour leurs fortunes étaient présents : Nadine Trintignant, Véronique Genest, Claude Lelouch… Nous n’avons pas vu Françoise Hardy. Il est vrai que son fils et François Hollande l’ont rassurée lorsqu’elle a dit  sa peur d’être mise à la rue à cause de la Gauche.

    Hier, on aurait bien remis un préservatif à l’Obélisque de la concorde lorsque Sarkozy demandez leurs « aides » à ces silencieux qui portent la parole de ceux qui ne l’ont pas. Cela aurait été notre message.

    DSC00336

    Pendant ce temps, à la lisière du bois de Vincennes, François Hollande réunissait un autre peuple qui avait battu le pavé parisien pour venir se rassembler… Sous le pavé il y a la plage du Prado. C’est à Marseille que mon cœur s’est remis à battre. A Marseille, c’est Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche qui ont donné de l’espoir…

    Signé: Pidone

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :