• Le père la Morale et son chœur.

    copé piscine_seafrance

    Quelques vociférateurs de  l’UMP orchestrés par Jean-François Copé et relayés par une presse qui était plutôt discrète par les affaires du quinquennat Sarkozy ne cessent d’attaquer des membres du nouveau gouvernement sur des affaires qui ne mettent pourtant pas en cause leur probité. La dernière attaque concerne le nouveau ministre Armand Montebourg qui vient d’être condamné pour « injure publique »  à l’euro symbolique et aux dépends sur plainte du sieur Fa,  ancien patron de Sea France, lui-même condamné en 2003 à neuf mois de prison avec sursis et 40 000 euros d'amende" pour avoir "assisté au détournement de 305 millions d'euros de fonds publics" dans l'affaire Elf, dont il était directeur de l'audit. Le ministre Montebourg a employé le terme d’escroc au lieu de patron-voyou Le tribunal a estimé que, dans sa défense,  c’était vainement qu'Arnaud Montebourg invoquait cette condamnation de 2003, car "il n'est en effet pas prétendu que cette condamnation aurait été prononcée pour des faits d'escroquerie et soit en lien avec la situation de la société Sea France". Voilà toute l’affaire d’Etat dénoncé par la clique à Copé et quelques journaux de Droite.

    La liquidation définitive de Sea France, la dernière compagnie française à relier Calais et Douvres (Royaume-Uni), a été prononcée le 9 janvier dernier après plusieurs semaines d'incertitude sur son avenir. Elle fait partie des sociétés qui n’ont pas survécu au quinquennat de Sarkozy. Les Sarkozystes ont une fois encore manqué l’occasion de se taire. Celui qu’ils considèrent comme un grand capitaine dans la tempête a fait couler quelques bateaux français et mis à mal une autre compagnie maritime la SNCM. Des milliers d’emplois ont été perdus et d’autres sont menacés.

    A force de vouloir maintenir le débat politique au raz des pâquerettes pour allumer des contrefeux, le feu semble couver au sein de l’UMP. En tout cas l’explosion a été amorcée par Fillon qui semble ne plus supporter son ennemi Copé. Il n’y a plus de leader naturel à la tête de ce parti qui pourrait s’en chercher un dans la nouvelle vague bleu Marine.

    Nous ne prendrons pas le risque juridique de traiter n’importe quel patron-voyou d’escroc. Toutefois nous nous réservons le droit de penser qu’il l’est au moins au sens vulgaire du mot. On pourrait tout aussi bien utiliser fripon, magouilleur, intriguant, canaille, racaille, bandit, filou, brigand, aigrefin, gredin, arnaqueur, détrousseur… mais surtout pas escroc. Maître Mondebourg, trop habitué au langage juridique, a commis une infraction langagière mais ni trafic d’influence ni corruption… Il n’a pas été photographié dans la piscine d’un intermédiaire douteux bien que franco-libanais. Mais il paraît que, comme le dit Topor : « La morale, avec de l’argent, ça se change. »

    Laissons à leur rancœur le père la Morale et son chœur !... Le Front de gauche est présent dans le vrai débat politique. Dans l’affaire Sea France, il était dans le camp des salariés, comme il l’est pour la SNCM, pour Air France…

    Autre article: Sarkoscop SEAFRANCE 

    Signé: Battone

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :