• Les échos de la campagne

    France3 Via Stella ou l'art de l'équité dans l'information

     

    Manca alternativa a adressé une lettre pour dénoncer l'attitude de France3 Via Stella face à certains événements politiques en Corse. Surtout des événements concernant notre mouvement.

     

    Monsieur le Rédacteur en chef,

    Nous vous écrivons cette lettre que vous lirez peut-être. Une lettre pour exprimer notre étonnement face à la manière dont la télévision publique, en l’occurrence France3 Via Stella traite les informations politiques, en particulier celles émanant de Manca alternativa, membre du Front de gauche.

    Deux exemples.

    Nous avons organisé une conférence de presse, avec le Parti de gauche, samedi 21 février 2015, place Abbatucci, à Ajaccio. Plus de soixante personnes étaient venues soutenir nos candidates et candidats et notre programme pour les prochaines élections départementales. Malgré notre invitation, point de France3 Via Stella. Réponse de votre part : « Nous n’assurons pas la couverture de ce genre d’initiative quel que soit le parti politique ». Par contre, vous disiez être prêt à couvrir les inaugurations des permanences électorales. Nous en avons pris acte.

    Deuxième exemple. Vendredi 27 février, en fin de soirée, nous avons inauguré notre permanence, 13 boulevard Maglioli, à Ajaccio, avec la participation de près de 140 personnes. Affluence exceptionnelle qui a dépassé largement nos espérances, pour nos organisations que d’aucuns qualifient allègrement et un peu facilement de dérisoires. Là encore, pas de France3 Via Stella !

    Dans cette affaire, ce qui nous chagrine, c’est que d’autres formations politiques n’ont pas eu le même traitement de faveur, en particulier le Front national qui a tenu sa conférence de presse, samedi 28 février. Le parti de la haine, du racisme et de l’antisémitisme qui surfe senza vergugna sur la désespérance de nos concitoyens, a eu droit, lui, à une bonne couverture de votre part. A force de faire de la publicité à ce parti, à le rendre fréquentable et honorable, à lui accorder une certaine bienveillance, on finit par assurer consciemment ou inconsciemment sa promotion, avec tous les dangers qui peuvent surgir demain. N’ayons pas la mémoire courte. Pourtant, à une certaine époque le père Le Pen n’eut même pas la possibilité de parader sur notre terre. C’était une autre époque.

    Une question se pose par rapport à l’affaire soulevée. Où est donc la parole donnée ? A-t-elle encore un sens pour un medium public dont la mission – croyons, peut-être naïvement – est de donner la parole à toutes les forces politiques, sans discrimination ? La question mérite d’être posée.

    Nous vous écrivons cette lettre aussi pour vous dire que nous engageons le combat électoral, ayant pour principale préoccupation « l’humain d’abord », et non pas la haine de l’autre, ni d’ailleurs la course à la place. Resistenza, sera notre mot d’ordre. Résistance contre la politique d’austérité et de régression sociale menée par le pouvoir dit socialiste. Résistance contre le libéralisme,  le social-libéralisme et les idées méphitiques du Front national. Mais aussi, lutte pour une autre Corse, authentiquement de gauche, démocratique et de progrès, débarrassée du clientélisme, des dynasties politiques, de la corruption et de la casta.

    Un souffle nouveau peut et doit souffler sur la Corse, à l’instar de ce qui se passe en Grèce et en Espagne.

    Veuillez recevoir, monsieur le Rédacteur en chef, nos salutations distinguées.

     

     

    Vous avez dit grosses pointures ?

     

    D’aucuns disent que la campagne électorale dans le 2e canton d’Ajaccio se fera entre deux doublettes, l’une de droite et l’autre social-démocrate. On parle même de « grosses pointures », à propos de Stéphane Vanucci et de François Casasoprana ! La troisième doublette, avec Jacques Casamarta et Patricia Curcio, présentée par Manca alternativa et le Parti de gauche, membres du Front de gauche, serait quantité négligeable, donc peu digne d’intérêt. « Grosses pointures »? L’expression est pour le moins osée. Sur quoi repose-t-elle ? Assurément sur du vent. L’une de ces pointures n’a rien d’original. Elle est la copie conforme des candidats Ump dont le seul souci est de pérenniser un système basé sur le clan et le clientélisme, et d’en profiter, mieux d’en abuser. L’autre pointure est un jeune loup, plein d’ambition, très proche de Manuel Valls, qui a eu le tort de tenter sa chance face à la liste Simon Renucci, lors des dernières municipales. Mal lui en a mal pris. Cette volonté de voler de ses propres ailes risque à nouveau de lui coûter encore quelques déboires pour les départementales. Face à ces deux « grosses pointures », il y a les candidats de la vraie gauche. Des candidats qui n’entendent pas compter pour du beurre, issus de la société civile, salariés et militants associatifs. Des candidats qui peuvent créer la surprise. Leur objectif n’est pas de faire carrière, mais de se battre sur de vraies valeurs de gauche, sur la base d’un programme alternatif. Leur souci est d’être près des gens, d’écouter leurs doléances, de montrer où sont les responsables de leur situation souvent précaire, voire catastrophique et aussi de déjouer le piège tendu par le Front national. Ce parti de la haine, du racisme et de l’antisémitisme, cornaqué par la dynastie des Le Pen, dont le seul objectif est d’exploiter la désespérance de millions de Français.

    Il est grand temps de donner un coup de balai à toutes ces « grosses pointures » et à tout le reste. Une autre manière de faire de la politique est possible en Corse du Sud. Les départementales constitueront un point de départ pour la construction d’une Corse démocratique, de progrès, débarrassée du clientélisme et de la corruption.

    Ié e pussibule.

    Angelo Leonetti

     

     

    CIMG1538

     

    La campagne des Départementales, c’est parti

     

    Manca alternativa et le Parti de gauche, membres du Front de gauche, ont organisé une conférence de presse samedi 21 février 2015, sur la place Abattucci, à Ajaccio, pour présenter leurs candidates et candidats et leur programme pour les élections départementales des 22 et 29 mars prochains, dans les 2e et 3e cantons de la Corse du Sud. Une soixantaine de personnes étaient venues apporter leur soutien. Les deux organisations ont poursuivi leur campagne avec l’inauguration de leur permanence, située 13, boulevard  Maglioli, à Ajaccio, vendredi 27 février 2015, à 18 heures. Là aussi, on a constaté une forte participation, évaluée à une centaine de personnes, parmi lesquelles des représentants d’organisations syndicales et du Parti communiste. A noter une fois de plus l’absence de France3 Via Stella, comme ce fut le cas lors de la conférence de presse. La télévision publique serait-elle seulement sensible au politiquement correct ? La question mérite d’être posée ?

    La campagne est désormais bien lancée comme l’a souligné Jacques Casamarta, candidat dans le 2e canton. Elle peut réserver de bonnes surprises, d’autant plus que Manca alternativa et le Parti de gauche, contrairement aux autres candidats, ne recherchent pas à occuper des postes et à bénéficier de rentes de situation, mais aspirent à se battre pour servir la grande majorité de la population de nos territoires, sur des bases claires, rejetant le clientélisme. Des bases authentiquement de gauche. Jacques Casamarta a montré le lien qui existe entre le niveau national et le niveau cantonal. Ils sont intiment liés. La politique d’austérité et de régression sociale a des répercussions négatives sur la vie des populations locales et sur le fonctionnement du Conseil général de la Corse du Sud. Il faut donc se battre contre cette politique et proposer une alternative de progrès tournant le dos au libéralisme et au social-libéralisme. Jacques Casamarta a abordé également la question de l’abstention. Cette question est grave. L'abstention ne peut qu’encourager le pouvoir dit socialiste à poursuivre sa politique et à accroître mécaniquement l’audience du Front national, parti de la haine, du racisme et de l’antisémitisme.

    La campagne est lancée. Tous les militants des deux organisations vont multiplier les initiatives et les rencontres avec les populations des territoires. Ils comptent aussi sur la contribution de leurs amis et sympathisants.

    Un vent nouveau peut et doit souffler sur la Corse.

    Et comme l’a souligné Jacques Casamarta, osons un avenir meilleur.

     
    CIMG1529
     
     
    CIMG1530
     
     
    CIMG1533
     
     
    CIMG1535
     
     
    CIMG1542
     
     
     
    CIMG1541
     
     
     
     
     
    S'abstenir c'est :
    - favoriser le Front national, parti de la haine, du racisme et de l'antisémitisme
    - accepter et subir la politique d'austérité du gouvernement dit socialiste
    - donner une nouvelle virginité à la droite
    - laisser cette droite s'accaparer de tous les pouvoirs dans nos cantons.
     
    Un vent nouveau doit souffler sur la Corse.
     
     Voter et faire voter pour les candidats du Front de gauche, c'est
    la seule alternative démocratique au clientélisme, aux dynasties politiques, à la casta et à la crise économique et sociale qui frappe notre île.
     
    Osons un nouvel avenir.
     
     
     
     
     
    départementales1
     
    Article paru sur le site Alta Frequenza en cliquant sur la photo ci-dessus
    avec entretien radiophonique de Jacques Casamarta
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :