• Manca alternativa et les élections territoriales

    Une exigence de clarté

     

    logoensemble

    Le 18 juillet deux de nos camarades participaient à la réunion organisée à Corte par les élus communistes et Front de gauche de la Collectivité territoriale de Corse. Le 30 juillet, la réflexion se prolongeait lors d'une rencontre dans les locaux de la Fédération de la Corse du Sud du Parti Communiste. Trois camarades de Manca Alternativa/Ensemble participaient à cette nouvelle réunion pour échanger sur le positionnement politique à l'occasion des élections territoriales de décembre prochain. Mercredi dernier, le 3 septembre à Casanova de Venaco les deux fédérations du PCF et Manca alternativa/Ensemble se réunissaient à nouveau pour s'informer mutuellement de l'état de la réflexion de chacun des mouvements. (4 animateurs de Manca alternativa/Ensemble participaient à cet échange avec 7 camarades communistes.)

    Lors de ces trois réunions nous avons précisé, que pour la Gauche Alternative/Ensemble le combat contre le libéralisme et donc l'austérité est primordial au premier comme au deuxième tour. Si nous considérons qu'il est important que des élus du Front de gauche puissent siéger, pour impulser des politiques sociales, il n'est cependant aucunement envisageable de se rassembler au second tour avec des candidats qui soutiennent les politiques d'austérité, au plan régional et national.   Pour Manca alternativa, la clarté de l'engagement sur ces questions anti-austéritaires, est aujourd'hui une nécessité, une priorité pour commencer à construire sur des bases nouvelles, le rassemblement de demain contre le social libéralisme, le capitalisme dont on vient  de constater une nouvelle fois les effets dévastateurs avec les diktats européens imposés au peuple Grec. 

    Il y a urgence à se démarquer pour créer dans le temps, les conditions d'une alternative crédible et progressiste.

    La gauche du 21ème siècle ne sera pas la gauche du 20ème siècle et il faut être capable d'en tirer tous les enseignements. La dérive du parti socialiste au pouvoir, le porte à tourner le dos aux aspirations populaires et épouser ainsi les thèses chères à la droite et au Medef. 

    Le positionnement de Manca alternativa a été une constante... Ni sectaire, ni opportuniste... Déjà en 2013 à l'occasion des élections municipales à Ajaccio,   et par la suite en 2014 lors des nouvelles élections qui ont suivi après l'invalidation, nous avons regretté que le Front de gauche ne puisse rassembler ses composantes sur un projet novateur et prenant plus en compte la question des communs, avec notamment un retour à une gestion publique de l'eau et une meilleur adéquation sur les transports en commun, pour ne prendre que ces deux exemples. Pour Manca alternativa, l'absence d'une liste Front de gauche unie a été tout à la fois une erreur stratégique et politique à l'occasion de ces élections municipales. Les résultats nous ont malheureusement donné raison et il convient de s'interroger pourquoi en 2015 il a manqué près de 4000 voix à la liste conduite par Simon Renucci à Ajaccio, alors qu'un an auparavant en 2014, celle-ci était battue par près de 300 voix. 

    Ce combat anti libéral et pour la clarté, pour construire une perspective alternative, nous l'avons poursuivi lors des élections départementales du mois de mars 2015. Les 16 pour cent réalisés par nos candidats dans les deux cantons d'Ajaccio et la mobilisation constatée sur le terrain pour la démarche novatrice engagée, nous ont une fois de plus confortés dans l'idée qu'il est impératif d'être clair sur les engagements politiques. "Il est préférable de perdre avec ses idées, que de gagner avec les idées des autres"... Pour reprendre une idée développée par un militant lors de la dernière élection départementale. 

    À l'occasion de ces élections nous avons vu se remobiliser des militants déçus et qui attendaient beaucoup d'une démarche claire et alternative à gauche.

    Pour Manca alternativa/Ensemble, les prochaines élections territoriales doivent être l'occasion de rassembler les différentes composantes du Front de Gauche, avec des militants de la société civile, (associatifs, syndicalistes, coopératifs, mutualistes...) sur des bases claires. L'innovation dans la démarche doit primer, comme le respect des différentes composantes, le programme de la liste, clairement à gauche et qui n'hésite pas à dénoncer les dérives droitières qui ont marqué la mandature, avec les politiques européennes et nationales... 

    Le programme de l'Humain d'abord garde toute sa pertinence et dans une région qui a vu progresser la précarité et la pauvreté, durant cette dernière mandature, il est impératif de dégager pour la région Corse de fortes actions économiques et sociales (voir étude Insee qui place la région Corse en queue de peloton sur le plan de la pauvreté). 

    En Corse comme ailleurs, nous avons besoin de plus de droits : 

    Droits à la santé, au travail, à l'éducation, au logement, à la culture... Droits aux transports publics. Les droits sociaux doivent être défendus, tout comme les services publics en grandes difficulté aujourd'hui. L'écologie doit aussi faire partie des priorités.

    Lors de ces élections nous souhaitons développer des axes politiques pour améliorer les conditions de vie en diminuant les inégalités. La région est une dimension d’échelle pertinente pour organiser les territoires et leurs populations et instaurer un autre mode de développement et d’activités. Plus qu’un programme, notre ambition est d’établir avec les citoyennes et les citoyens un projet pour la Corse en cohérence avec les revendications et les alternatives concrètes que développe le mouvement social et associatif. Nous sommes convaincus que la solidarité́, la démocratie, la lutte contre toutes discriminations et la justice sociale et environnementale doivent être les objectifs qui doivent plus que jamais et en toute transparence guider nos actions.

    Comme partout en Europe, ce sont les banques, les actionnaires et les grands patrons qui imposent leur politique.  C’est l’austérité aÌ€ tous les niveaux (chômage, précarité, bas salaires, difficulté pour les hôpitaux, fermeture de classes, manques de moyens pour les services publics...). La Sncm reste le révélateur de cette politique d'austérité et qui démontre que le gouvernement "prétendument de gauche" poursuit la politique de ses prédécesseurs. A propos de la compagnie maritime, il faut souligner le rôle peu glorieux tenu par l’exécutif de la Collectivité territoriale, en particulier par son président et le président de la commission des transports.

    Cette politique du pouvoir dit socialiste désespère nos concitoyens et crée le désespoir parmi la jeunesse qui subit de plein fouet le choÌ‚mage de masse et l’absence de perspectives. Nous voulons par notre politique faire de la région un rempart contre l’austérité et en finir avec ces inégalités révoltantes. Nous agirons pour une région solidaire et sociale, pour que les citoyennes et citoyens aient le droit aÌ€ la parole et aÌ€ la prise de décision.

    Dans cette perspective, nous proposons neuf axes principaux pour avancer vers une alternative écologique et sociale pour notre région et qu'il nous conviendra de développer :

    1. La solidarité par le développement et l’amélioration des services publics et l’emploi utile socialement. La transparence dans les embauches.

    2. La démocratie citoyenne partout. Le soutien aux associations qui constituent un élément vital pour faire vivre et développer le lien social et culturel dans nos villes et villages.

    3. La priorité aÌ€ l’écologie par la justice sociale et environnementale. 

    4. Le droit au logement et aux transports pour toutes et tous.

    5. Le droit aÌ€ l’éducation, aÌ€ la formation et aÌ€ la culture pour toutes et tous.

    6. En finir avec la caste, les dynasties politiques et le clientélisme, la spéculation foncière et immobilière, l'économie de la rente qui portent un coup sévère à la Corse et à la grande majorité des Corses.

    7. L’antiracisme et la lutte contre toutes les discriminations et les inégalités.

    8. La relance de l’agriculture corse et l’aide à l’installation de jeunes agriculteurs.

    9. La promotion de la langue corse et valorisation de notre patrimoine culturel et architectural.

    Ce rassemblement du Front de gauche, et au-delà, au premier tour, doit respecter toutes les composantes dans une juste répartition où chacun trouvera sa juste place, en dehors de toute volonté d'hégémonie. Enfin, il est nécessaire de rappeler que Manca alternativa se prononce pour le non cumul des mandats électifs, à tous les niveaux et pour un renouvellement équilibré des élus.

    La question du second tour doit se poser sans ambiguïté pour tenter de dégager une majorité contre l'austérité et respectueuse des idées exprimées au premier tour. 

    Une charte d'orientation pourrait être rédigée à ce sujet.

    Le groupe d’animation de Manca alternativa/Ensemble

    Jacques Casamarta, Christine Malfroy, Francis Peretti, Muriel Buisson, Jean Pierre Orsi, Pascale Larenaudie, David Frau, Françoise Heintz, Stéphane Leroy, Robert Armata, Christian Mela, Bruno Gogeon-Mondoloni, Jean-Pierre Bizon, Guy Lannoy

     

    Ajaccio le 9 septembre 2015

     

     

    CIMG1563
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :