• On continue

    Non, ce n'est pas de la tambouille

    On continue

    Les groupes d’appuis de la Corse insoumise du grand Ajaccio se sont réunis samedi 9 septembre, toute la journée, dans les locaux de la Ccas/Edf, à Porticcio.

    La matinée était consacrée à la situation politique  et sociale, avec, entre autres, la loi XXL sur le travail et les manifestations prévues et en particulier sur la question d’une alliance éventuelle avec d’autres forces qui s’opposent à la politique d’austérité et de régression sociale menée par le pouvoir macronien, en vue des prochaines élections territoriales.

    L’après-midi était réservé au débat sur la structuration future du mouvement de la France insoumise.

    On continue

    Un tweet inopportun

    Rappelons au préalable quelques faits. La presse régionale a diffusé une information, le 2 septembre, selon laquelle un accord aurait été conclus entre le Parti communiste et la Corse insoumise pour la constitution d’une liste commune dans la perspective des prochaines élections territoriales, prévues pour le mois de décembre. Information inexacte. Au passage qui a donné ce type d'information à la presse et pour quel motif? Il n’existe à ce jour aucun accord, mais des consultations entre différentes organisations politiques. D’ailleurs, une nouvelle rencontre est prévue pour le 12 septembre.

    A partir de cette information et sans se renseigner auprès des groupes d’appuis de la Corse insoumise, Jean-Luc Mélenchon s’est fendu d’un tweet pour le moins inopportun et discutable. Tweet qui a provoqué chez la grande majorité des militants de la Corse insoumise émotion, étonnement, et surprise. Que dit ce tweet, en date du 3 septembre 2017 : « Des insoumis ont engagé une liste avec le PCF en Corse sans prendre aucun avis. Je ne soutiens pas cette initiative et condamne cette tambouille » !

    On continue

    Le risque d’une absence de la vraie gauche à l’assemblée territoriale

    La plupart des intervenants, une trentaine, a rejeté cette attitude pour le moins inappropriée, voire méprisante, de la part de Jean-Luc Mélenchon qui nous avait habitués en d’autres circonstances à des comportements beaucoup plus positifs. Là aussi, rappelons que la direction de la France insoumise a été informée dès le départ des différentes rencontres, entre autres, avec le Parti communiste en Corse. Plusieurs documents l’attestent. Jean-Luc Mélenchon a sans doute sous-estimé l’importance des prochaines territoriales. Il en va de l’avenir de la vraie gauche en Corse, en particulier de la Corse insoumise. Non. La possibilité d’avoir une liste commune, sur la base d’un programme de rupture, anti capitaliste, anti clientéliste, ne relève pas de la tambouille politique. Cette liste permettrait d’avoir une présence au sein de l’assemblée territoriale afin d’y faire entendre la voix d’une véritable alternative de gauche, comme le font fort bien les élus de la France insoumise à l'Assemblée nationale.. La Corse en a grandement besoin, après des décennies de politiques politiciennes, au service exclusif de dynasties politiques et de clans, sous le regard bienveillant des différents gouvernements. Ne pas aller à ces élections ou y aller seuls comme des grands, comme d’aucuns le suggèrent, c’est prendre le risque d’être exclus de l’assemblée territoriale, compte-tenu du rapport de force actuel. Pour le plus bonheur de tous ces larrons de la droite traditionnelle, du Front national et de gens qui rêvent à une Corse plus intégrée dans cette Europe ultralibérale et antisociale.

    Donc, les négociations vont se poursuivre. Ainsi en a décidé, à une très large majorité, les membres présents de la Corse insoumise du grand Ajaccio. En cas d’accord et seulement en cas d’accord, le texte définitif sera soumis pour validation ou non à l’ensemble des membres des différents groupes de la Corse insoumise.

    On continue

    Quelles structures et mode de fonctionnement pour la France insoumise ?

    L’après-midi a été consacré au débat sur les futures structures du mouvement la France insoumise. Plusieurs grandes questions se posent. Quelques exemples.

    Quel degré d’autonomie accorder aux groupes de base ? Ceux-là ont-ils la possibilité d’avoir des liens aux niveaux local et régional ? Quelle relation de la direction nationale avec les différents groupes ?  Quelle légitimité pour les collectifs à mettre en place et les porte-parole ? N’y a-t-il pas un risque de trop de verticalité ou encore de reproduire à terme les mêmes structures que les partis traditionnels, fortement centralisés ? Etc.

    Autant de questions de fond qui méritent de longs débats à tous les niveaux afin de dégager à terme ce que sera un vrai mouvement pour une vraie transformation sociale, politique et écologique dans notre pays.

    Participer aux journées d’action contre la casse sociale

    La réunion s’est terminée par un appel à participer à la journée d’actions, de grèves et de manifestations, le 12 septembre, à l’initiative de la Cgt, de Solidaires et de la Fsu, à laquelle s’associent de nombreuses organisations de base de Force ouvrière et de la Cgc. De même pour le 23 septembre, pour la marche sur Paris, contre le coup d’Etat social organisé par le pouvoir macronien, lancée par la France insoumise.

    Jean-Pierre Orsi

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Oberlé Marie-Christi
    Dimanche 10 Septembre à 16:18

    Insoumise d'un groupe d'appui d'Ajaccio, je m'insurge contre cet article qui se présente comme un compte-rendu de l'AG à laquelle j'ai assisté hier ! Je suis scandalisée par ce procédé car aucun compte-rendu de cette réunion n'a, à en jour, été proposé aux participants de cette réunion et de fait validé par aucun d'entre nous ! Trouver sur le site d'une organisation autre que la nôtre un tel écrit relève de la manipulation ! Le contenu de cet article n'est que le reflet de la position de certains insoumis ! D'autres positions ont été énoncées, d'autres argumentaires ont été développés qui s'inscrivent dans une opposition totale à ce qui est relaté ici !

    Ce procédé  m'apparaît relever de la plus grande  malhonêteté intellectuelle ! 

    Aussi, en attendant de donner une autre suite, je prends à mon compte le terme de M. Mélenchon : la tambouille !

    Marie-Christine Oberlé

     

      • Dimanche 10 Septembre à 18:01

        Plusieurs remarques à la suite du commentaire de Marie Christine Oberlé.

        1. Cet article est signé. Donc, il n'engage que celui qui l' écrit.

        2. Le site Manca alternativa est libre de publier les articles de son choix.

        3. L'article n'est pas un compte-rendu de la Corse insoumise. Il dit simplement que la très grande majorité des participants à la réunion de samedi s'est prononcée pour la poursuite des discussions avec avec les forces qui se proclament contre la politique antisociale du pouvoir macronien et pour une rupture sans équivoque avec le système capitaliste. Les minoritaires ont pu exprimer leurs positions en toute liberté. Mais un point de vue minoritaire reste un point de vue minoritaire.

        4. Manca alternativa est à l'origine de la Corse insoumise. Sans elle il n'y aurait eu ni soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, ni candidats aux élections législatives en Corse.

        5. Certains propos tenus dans le commentaire sont à la limite de l'outrance. La langue française est une langue précise. Attention aux mots qu'on utilise.

        Jean-Pierre Orsi

      • Oberlé Marie-Christi
        Dimanche 10 Septembre à 18:33

        Juste quelques précisions.

        Ta réponse est tellement prévisible qu'elle pourrait presque me faire sourire !

        Le procédé qui consiste à jouer sur ta double appartenance est tellement  caricatural et d'un autre âge que je ne ferai pas plus de commentaire sur ce site ! Je m'exprimerai dans d'autres espaces.

        Quant à mon utilisation de la langue française, ne me donne s'il te plaît aucun conseil, je mesure et assume mes écrits.

    2
    jacques
    Dimanche 10 Septembre à 17:33

    Bravo Jean Pierre , très bon article , je soutiens !

     

    Jacques Defranchi.

     

    3
    Françoise
    Lundi 11 Septembre à 11:25
    Chère Marie-Christine,
    J'ai bien reçu ton SMS et plutôt que t'appeler, je préfère écrire...La permanence des écrits revêt parfois un certain intérêt, ne serait-ce que celui de pouvoir être relu!...
    Je n'ai pas pu participer à l'AG, mais j'ai toute confiance en l'ensemble des militants.
    Par contre, j'ai regretté de ne pas avoir, encore à ce jour, reçu les comptes-rendus des rencontres avec les organisations avec lesquelles la CI (Corse Insoumise) envisage un rapprochement pour les territoriales.
    Je sais que notre mouvement est jeune et sans grands moyens matériels, que nous sommes tous bénévoles, mais je pense que certaines actions sont prioritaires, et notamment les comptes-rendus, garants du fonctionnement le plus démocratique possible de notre jeune organisation.
    Pour en revenir à l'article de JP Orsi sur le site de la Manca, je ne pense pas qu'il faille confondre le travail fait par Jean-Pierre à la Manca, et le compte-rendu de l'AG de la CI corse du sud, qui doit être proposé (par Pascale Larenaudie et Muriel Buisson, je crois). Si un membre de la Manca, également militant de CI, écrit un article sur le site de la Manca, il me paraît évident que les positions de la Manca seront mises en avant; il en serait bien entendu tout autre s'il avait présenté cet article comme "LE" compte-rendu de CI, et sans le faire valider de surcroît !
    Les militants de CI peuvent porter deux casquettes...et même davantage pour certains; et je dirais même que c'est souhaitable car cela enrichit les débats ; souhaitable à conditions qu'on ne confonde pas les lieux ...alors, oui, l'exercice est sans doute plus difficile, mais il est de la responsabilité politique de chacun d'y veiller.
    Afin de mettre un terme à ce "problème ", je souhaite que le compte-rendu de l'AG nous soit transmis dans les meilleurs délais.
    Mais je voudrais aussi revenir sur le tweet de JL Mélenchon.
    Tout d'abord et pour la forme, je le trouve insultant pour les militants que nous sommes, comme si le travail énorme que nous avons fait jusqu'à présent ne comptait pas ou qu'il était le résultat de je ne sais quels tripatouillages entre gens irresponsables! Insultant aussi pour la Corse, car il renvoie au cliché si néfaste DU corse tricheur...pensionné et fainéant : la tambouille se fait dans des arrières cuisines sales et sans lumière...
    Il semblerait que Mr Mélenchon ne porte pas le même jugement sur les alliances possible...si ce sont des militants de la base, ou si c'est lui-même qui les envisage...
    Je ne reviendrai pas sur le fait que rien encore n'a abouti, ni avec le PC , ni avec les autres organisations, c'est du moins ce que j'en sais.
    Sur le fond, je n'accepte pas que Mr Mélenchon se permette de dicter ainsi, du haut de la pyramide , la conduite à suivre par les groupes d'appui de la FI
    Quid de l'horizontalité ? Quid du fonctionnement démocratique ? Quid du travail des militants de base de la France entière ?
    Je n'ai absolument pas l'intention de me ranger aux ordres d'une direction parisienne, et je ne pense pas que les Insoumis - par définition - adhèrent à ce type "d'organisation "!
    En ce qui concerne les territoriales, je pense qu'il serait évidemment important de présenter une liste (au risque de se diluer dans la nature !) et que plus nombreux nous serons, meilleures seront nos chances de représentations à l'Assemblée régionale ; mais pour moi, l'accord -si accord il doit y avoir, doit s'inscrire totalement dans notre programme de l'Avenir en Commun; les questions corses doivent bien sûr être discutées également, sur les bases sur lesquelles nous, CI, avons déjà discuté.
    Une alliance nécessite, parfois...souvent, quelques concessions, c'est normal, mais aucune compromission, c'est clair!

    Voilà chère Marie-Christine ce que je pense de tout cela...
    Nous avons un peu la fièvre, à la Corse Insoumise, c'est sans doute que nous avons l'âge des maladies infantiles...reste à nous de savoir dépasser ces moments difficiles -mais aussi formateurs!- sans nous tromper d'ennemi.

    Gros bisous, à bientôt
    Françoise


    Envoyé de mon iPhone
    4
    Oberlé Marie-Christi
    Lundi 11 Septembre à 17:46

    Finalement, je vais reprendre la parole sur ce site public, car je ne peux souscrire à certains éléments de réponse qui viennent de m'être faits. 

    Jean-Pierre Orsi ne  commettrait donc aucun manquement en publiant ce texte puisqu'il le fait en son nom et qu'il est adhérent à Manca Alternative. Hors il est aussi membre d'un groupe d'appui Insoumis, a participé à la rencontre de samedi, à participé à tous les votes. L'un des votes, auquel je précise j'ai refusé de participer, pour des raisons que l'on retrouvera peut-être dans un compte-rendu, consistait à élire des personnes qui formeraient une " coordination" dont l'une des missions serait de pouvoir s'exprimer publiquement au nom du groupe d'appui. Ils auraient cette légitimité, parmi d'autres missions.

    Jean-Pierre Orsi ne fait pas partie des personnes " légitimées", il n'est pas dans cette  " coordination ".

    Au lendemain même de cette réunion,  il s'exprime publiquement pour informer des décisions prises dans le groupe d'appui ! Mais rien à redire puisqu'il est à Manca ! 

    On  mesure aisément combien l'incohérence est patente !

    Nul besoin de légitimer une " coordination " si une double appartenance permet de passer outre ! 

    Cette situation va finir par tourner au grotesque.

     

     

     

      • jacques
        Lundi 11 Septembre à 18:20

        Marie Christine .

        Désolé d'ajouter de l'huile sur le feu ..En démocratie ,les minoritaires se joignent aux majoritaires ..c'est C'est heureusement comme cela la majeure partie du temps .

         

        Après les attaques (car c'est bien de cela dont 'il s'agit)   qui ont visé Francis, puis Jacques et actuellement Jean -Pierre , je me dévoue et ,je compte bien que tu vas m'ajouter à ta  liste .

        ( Tu peux faire des copié- collés à la rigueur )

         

        Jacques Defranchi.

    5
    Oberlé Marie-Christi
    Lundi 11 Septembre à 19:12

    Quelques erreurs orthographiques se sont glissées dans mes textes. Je vous prie de bien vouloir m'en excuser.

    6
    Michelli Louise
    Mardi 12 Septembre à 13:40

    Un copié collé des commentaire du précédent post mais qui colle également à celui ci. Tu n'es pas seule marie-Christine.

    5
    Rafael Avilés
    Dimanche 10 Septembre à 09:42

    100 % d'accord avec... Jean-Luc Mélechon qui ne fait que maintenir LA position, pour laquelle, lui et quasiment tous les Insoumis, ont étés honnis par l'oligarchies national-financière, pendant l'entre deux tours des présidentielles : PAS d'ACCORD DE PARTIS. Cela fait 40 ans que ces alliances ont fait le lit des fascistes antidémocratiques que sont les Frontistes de MLP, et voilà qu'en corse, vous nous tirez, à tous les Insoumis, une balle dans le pied.

    Ensuite votre communiqué, vous précisez-vous mêmes: "Il en ressort tout de même qu'elle ne serait pas forcément favorable à l'élaboration d'une liste commune."et pour cause, simple principe de cohérence ai-je envie de rajouter. 

    De plus le tweet de JLM est clair "sans consulter personne". Cela veut bien dire, qu'une fois les accords sur la table, vous les avez signés tous seuls. Informer, n'à jamais voulu dire recevoir un accord.

    Enfin, "créer, une alternative, crédible et claire"... en faisant des alliances d’appareils, vendus mille et une fois, bel exemple d'oxymore. Au final, vous courrez les postes d'élus, comme n'importe qu'elle autre organisation politique qui après, nous expliquera que les spécificités, spéciales, uniques et endémiques de votre pays de beauté, ne permettent pas, dans l'immédiat d'envisager une évolution positive dans la direction d'un AVENIR EN COMMUN ! Tout comme un certain Robert Hue qui en 1997 militait contra la privatisation de Renault et qui, une fois élu député lors de la dissolution chiraquienne, à la fête de l'Huma suivante, expliquait à la grande tribune, que la privatisation c'était une bonne chose.

    Conclusion, votre mouvement, de fait est devenu, une branche extérieure de l'appareil politique du PCF.... vous en avez parfaitement le droit, mais uniquement en votre nom personnel.

    Vous venez de mettre un pied sur une planche savonneuse, sur laquelle, les Insoumis, nous ne pouvons pas vous suivre !

      • LoBo
        Il y a 1 heure

        Je n'aurai pas dit mieux!!! Nous devons à tout prix garder le cap. Tout arrangement de ce type ne participe que à nous discréditer.

         

     

    6
    Jean-michel Baudry
    Hier à 10:49

    Bien que nous pouvons faire preuve d'initiative(s) la chose qui est certaine c'est qu'elles doivent être en accord avec LAEC et si JL Melenchon condamne cet "union" c'est qu'elle ne répond pas aux "critères" voulus par les INSOUMIS.......... On doit faire non pas une gauche unie sur la base d'une "alternative crédible et claire", c'est revenir en arrière et laisser de côté tous nos combats, mais unir le peuple..... L'union pour l'union ne sera jamais la solution, elle oblige à faire des manœuvres et compromis que nous, INSOUMIS, ne souhaitons plus voir, elles sont l'héritage d'un système qui doit disparaître avec la 5è République

    Les Insoumis ne sont pas un parti comme les autres ce n'est d'ailleurs pas un parti et mener des alliances qui sont à l'encontre de notre mouvement sera toujours un boulet que tout les autres INSOUMIS devront trainer après vous.

    Salutations insoumises et résistance!!!!!!! 

     

    7
    Françoise
    Hier à 13:51
    J'ignore comment évolueront les échanges entre les camarades de la CI et ceux du PC et / ou des autres organisations, mais je voudrais rappeler aux auteurs de certains commentaires que jusqu'à ce jour aucun accord n'est intervenu avec personne et que les militants des groupes d'appui de la Corse dont je suis - n'accepteront aucune alliance qui pourrait s'éloigner de notre programme de l'Avenir en Commun.
    Nous sommes assez grands et responsables pour décider démocratiquement en assemblée générale d'un accord ou non avec différentes organisations politiques à l'occasion de ces élections territoriales qui ne concernent que la Corse.
      • Rafael Avilés
        Hier à 19:58

        Puisque cela ne concerne que la Corse, faîtes quand même en sorte que cela n'affecte pas, au passage, tous les Insoumis de France et de Navarre. Car quand bien même, cela venait a être voté en Assemblée générale de manière démocratique par des grands et responsables que vous êtes, dé lors que votez une union d'appareil vous franchissez la ligne rouge fixée par tous les Insoumis : vous vous excluez vous mêmes du Mouvement. Ne vous racontez pas d'histoires !

      • Michelli Louise
        Il y a 1 min
        Éditer

        Quelle Assemblée générale? Seule la FI nationale peut organiser une consultation concernant les insoumis. c'est la seule à disposer des coordonnées de ceux qui appuient le mouvement. Tous les autres ne peuvent organiser qu'un simulacre de consultation en invitant leurs amis à voter lors d'une réunion entre amis.

    7
    Mardi 12 Septembre à 15:43

    Félicitations Louise  Michelli.

    Staline serait-il de retour ?

    Maria Maddalena Lanteri

     

      • Michelli Louise
        Mardi 12 Septembre à 17:09

        Je vous renvoie le compliment. C'est tout de même  vous qui avez organisé une réunion avec vos amis en la faisant passer pour une AG Corse Insoumise que je sache. Si vous ne comprenez pas  que "seule la FI peut organiser" signifie qu' elle seule dispose des coordonnées de tous les insoumis de Corse (entre autre chose essentielle pour réunir une véritable AG), alors je saisis mieux que vous n'ayez absolument pas compris l'essence même de ce mouvement.

    8
    Sandrine nobili
    Mardi 12 Septembre à 15:57
    Bonjour, ayant assisté à cette assemblée du 9 septembre, je peux affirmer qu'il ne y a rien de démocratique. Surtout au moment du vote de fin de matinée. En effet des invités non membres de groupes d appui ou même tout simplement même pas insoumis ont eu le droit de voter alors que les membres réels qui ont donne procuration leur voix n a même pas été pris en compte. Alors avant de parler de démocratie, apprenez à faire une réelle assemblée générale en respectant les règles. Je pense que ces personnes ont été invités pour gonfler la majorité car tout ceci était bien une mascarade. Tout était combiné à l'avance. Une autre chose chocante, c est le temps distribué aux personnes contre l alliance avec le PCF. C est surprenant mais c était une majorité de femme et j'avoue que j'ai eu l'impression de me retrouver dans un tribunal . Je suis très en colère et j ai encore beaucoup de choses à dire au sujet de cette assemblée qui pour moi n a aucune légitimité au sein de la fi. Je suis à la disposition de ceux qui voudrait en débattre avec moi.
    9
    Mercredi 13 Septembre à 10:44

    Bonjour à tous,

    Membre du groupe « France Insoumise » du Grand Ajaccio, j'ai participé pour la 1ère fois, le 9 septembre à une AG du groupe.

    J'avais jusqu'à présent suivi par le biais de ma messagerie les débats et communications du groupe. Je n'ai d'ailleurs jamais songé à remettre en cause les décisions prises dans le cadre d'une démocratie directe par vote en réunion, qui ne saurait être remplacée, sauf exceptions bien cadrées, par cette forme de démocratie de l'individu seul devant son écran, sans l'échange physique, la parole prise en public, l'argumentation et le respect de l'autre.

    J'ai été un peu surpris de la conception que se faisait certains intervenants de la décision démocratique. Et je suis un peu déçu de voir ma propre expression par vote confisquée en fin de matinée sur des prétextes quelque peu curieux.

    La décision à prendre était clairement actée dans l'ordre du jour de la réunion. Fallait-il, dans le cadre de la constitution d'une liste anti capitaliste et anti austéritaire pour les élections territoriales de décembre en Corse, continuer les discussions avec le PCF ?

    Et il n'y avait pas d'autres décisions possibles à prendre le 9 septembre.

    Le périmètre de consultation des camarades étaient précisément délimités : les membres du groupe FI du Grand Ajaccio, pas de celui de l’extrême sud, ni de Bastia.

    Le refus de validation, par des camarades de l'extrême sud, du vote proposé, l'exigence d'aborder avant le vote et à 12h30, la discussion sur le contour du rassemblement à mettre en œuvre, masquent mal un refus de rendre en compte une décision largement majoritaire.

    D'autant plus qu'en parallèle et dans la discussion, le tweet de Jean Luc Melenchon avait visiblement toutes les vertus du respect de la démocratie et des camarades engagés.

    Sur le fonds et cela a été dit par plusieurs camarades, il ne s'agit pas de confondre la construction du mouvement « France Insoumise » en Corse, avec l'urgence d'une réponse à une situation particulière, celle de la présence ou non d'élus de gauche au sein de l'assemblée de Corse, avec la nécessité de ne pas laisser une collectivité aux pouvoirs très importants dans un tête à tête entre les libéraux corsistes et les nationalistes libéraux.

    Cette nouvelle collectivité va donner à un exécutif et à une 60aine d'élus, la main mise sur l'ensemble des compétences réunies de l'ex-CTC et des Conseils départementaux, y compris donc le social.

    La question du PCF doit être clairement abordée et un peu de recul nous est nécessaire.

    L'histoire de la gauche en Corse depuis 40 ans est un peu particulière et ne répond pas tout à fait aux lignes d'évolution constatées dans la plupart des autres départements français.

    Ainsi on ne peut pas dire que le PS est eu en Corse une réelle existence. Il a essentiellement servi de force d'appoint et de caution majoritaire aux radicaux de « gauche ».

    La défense des intérêts des salariés, retraités et privés d'emplois, du service public, la lutte contre les discriminations, étaient presque exclusivement portées par le PCF, en dehors des organisations syndicales non compromises.

    En tant que syndicaliste, faire passer certaines idées, positions ou revendications, dans l'hémicycle de l'assemblée de Corse, nécessitait des contacts avec les élus communistes, qui les relayaient le plus souvent.

    Mais cela ne doit pas nous faire oublier les désaccords sur le fonds et sur la stratégie.

    On ne peut pas ignorer la stratégie récurrente du PCF, qui consiste à mettre en priorité la défense de sa propre structure et l'élection de quelques uns de ses candidats, quitte à pratiquer des alliances comme celles de 2010 avec Giacobbi, au détriment d'une possibilité d'installer à l'assemblée de Corse des élus de gauche, sans compromission.

    Le cénacle de Venaco consistant à distribuer des places entre les 2 tours des élections territoriales, sans que ne soit abordé le contour d'un positionnement politique en est une belle illustration. Il ne faut pas chercher plus loin l'effondrement du vote PCF aux municipales de Bastia ou aux territoriales de 2015.

    Et puis il y a des désaccords profonds sur le mode de développement économique, sur le nucléaire, etc …

    Mais encore une fois, une élection n'est qu'un moment dans la vie et la trajectoire d'une organisation et n'est en rien une finalité.

    Ce qui est important à mener en parallèle, puis après les élections, c'est le développement de « France insoumise », son ancrage dans les luttes quotidiennes des citoyen(ne)s de cette région, sa méthode de prise de décision démocratique privilégiant la démocratie directe et la responsabilité partagée, le refus des compromissions sur les principes.

    La liberté d'action des groupes constituées mais leur coordination régionale pour une expression cohérente, devront être rapidement mises en œuvre.

    Les votes de portée régionale devront relever de la démocratie directe par l'addition de l'expression de tous les militants présents dans les AG de groupe.

    Cordialement à tous.

    Claude PERRIN

    10
    jacques
    Mercredi 13 Septembre à 13:27

    Merci Claude .

    Un peu long,( de nos jours beaucoup ont perdu l'habitude de lire smile)  mais l'essentiel est dit et j'espère

    que nous allons enfin clore ce débat, faussé dès le début..

     

    Il ne faudrait pas que cette tribune devienne un défouloir pour certains;n'est -ce pas ?

     

    Amitiés insoumises à toutes & tous.

     

    Jacques Defranchi .

     

     

     

     

     

    11
    Mercredi 13 Septembre à 18:04

    Très surpris par un commentaire sur la ligne rouge à ne pas franchir. Je connaissais la ligne jaune sur les routes ....donc, je suis allé voir la charte des groupes d'appui. Je le signale pour ceux qui ne le savent pas. Donc, le groupe est le seul organisme reconnu dans la FI.  D'ailleurs, pour les législatives, en Corse en assemblée générale, sans aucune contestation - je le précise - les groupes d'appui ont désigné leurs  candidats.

    Bref, cela dit je suis allé chercher dans cette charte la ligne rouge ! Je n'ai rien trouvé !

    Alors je me pose la question, pour la personne qui parle de cela, dans quel sens la ligne rouge a-t-elle été franchie ? Trop vers le rouge ? Trop vers le rose ? 

    Puis il me semble que dans la FI on demande l'implication citoyenne, des décisions à « l’horizontale », d'être des insoumis, de rassembler toutes les forces qui s'opposent aux politiques libérales de MACRON. Bref, de résister ? En Corse,  RESISTANCE, RESISTANCE...nous savons ce que cela veut dire. Donc, nous avons et continuons à défendre le programme de l'avenir en commun, en appelant les citoyens à l'insoumission.

    Maintenant en Novembre se posera la question de l'organisation de la FI et j'encourage chacun, dans sa région, son département, sa commune, de bien réfléchir à sa conception de l'implication citoyenne dans le choix des décisions. C'est un enjeu de démocratie, mot que nous utilisons très fortement dans notre programme : centralisme ou horizontalité.

     

    Francis Peretti

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :