• Pulitichella quand tu nous tiens

    A Bastia, le Parti communiste a décidé de rejoindre la liste de Jean Zuccharelli, représentant d’une célèbre dynastie de la ville, dès le premier tour des Municipales. A Ajaccio, rebelote. Il s’allie au maire sortant Simon Renucci dont la liste, outre des communistes, rassemble des gens en provenance d’horizons différents : écologistes, nationalistes, sociaux libéraux, personnalités plutôt connues pour leurs idées de droite, etc… Dans les deux cas de figure, le Parti communiste, loin de participer à la lutte pour une vraie alternative de gauche, y compris au plan local, contribue à entretenir la confusion. On ne peut pas condamner – à juste titre – la politique d’austérité et de régression sociale menée par François Hollande et son gouvernement dit socialiste et dans le même temps convoler en juste noce avec leurs représentants locaux. Un tel positionnement n’aide pas au renforcement et au développement du Front de gauche en Corse. Bien au contraire. Le risque est grand de voir un nombre important d’électeurs de gauche se réfugier dans l’abstention.

    Un autre scenario du même tonneau semble se profiler dans d’autres villes de Corse. C’est le cas, en particulier, à Porto-Vecchio. Là, le Parti communiste – et non le Front de gauche – a trouvé une idée lumineuse, celle de s’allier à Jean-Christophe Angelini, autonomiste notoire et nullement classé à gauche. Sauf erreur de notre part. Pour une surprise, c’est une surprise. Comment est-ce possible ? La question mérite d’être posée. Naguère, le Parti communiste était très critique à l’égard du mouvement nationaliste. Souvent avec raison. Aujourd’hui, on efface tout, sans débat, et on s’en va bras dessus bras dessous à la conquête de la ville de Porto-Vecchio, tenue par le clan Rocca Serra et ses affidés. Sur quelle base ? Sur quel programme ? Peut-on croire, un seul instant, en une alliance entre la carpe et le lapin ? La lutte des places aurait-elle remplacée la lutte contre le clientélisme et pour une gestion authentiquement de gauche de la cité ? Des réponses s’imposent. En tout cas, là aussi ce ralliement n’est pas de nature à éclaircir le débat. Là aussi, le Front de gauche sera absent de la confrontation électorale. C’est préjudiciable. La pulitichella aurait-elle encore triomphée ?

    Maria Madalena Lanteri

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :