• Un grand moment de vérité

     

    Vu sur BFM/TV hier soir.
    Xavier Mathieu, un ancien des Conti, aujourd'hui comédien, a démonté la suffisance, l'arrogance et la haine de classe distillées par un quarteron de chiens de garde de la macronie.

    Un coup de chapeau.

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Des idées de cadeaux pour Noël ?

    Des polars, édités par Corsicapolar

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Brèves de trottoir

    Rencontre avec deux militants d'Inseme à manca.

    Ils donnent leur point de vue sur le mouvement des gilets jaunes et l'attitude du pouvoir macronien.

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une nécessité:

     la convergence des luttes

     

     

    Inseme à manca a tenu une conférence de presse à la veille de manifestations organisées le premier décembre 2018, par les gilets jaunes et la Cgt. Au menu de cette conférence de presse : le soutien d'Inseme à manca à toutes ces manifestations.

    La conférence de presse a été introduite par Francis Peretti. "Oui, dit-il, une colère monte du plus profond de la société française, y compris en Corse, région qui a le triste privilège d'être la plus pauvre de France". Cette colère est l'expression d'une injustice sociale qui frappe la grande majorité des travailleurs, des chômeurs, des jeunes et des salariés lesquels voient leur pouvoir d'achat se réduire à la suite de hausses diverses, comme les hausse du prix des carburants, de l'électricité, des mutuelles, du gaz, de la Csg, des transports, etc. Cette colère s'exprime d'une manière inédite par le mouvement dit des" gilets jaunes". Mouvement spontané qui part de la base. Le pouvoir macronien, loin de répondre aux appels de cette base, s'entête à poursuivre une politique au service exclusif des plus riches et des marchés financiers. Tout en comprenant et en entendant les gens qui manifestent leur colère, notre président dit ne pas changer de cap ! La messe est dite".

    Alors que faire ? 

    "Il faut imposer une nouvelle politique économique, sociale et écologique, ajoute Francis Peretti. Oui il faut l'imposer. Dire avec force ava basta. Le pouvoir ne connaît que le rapport de force. Cela suppose un vaste mouvement de protestation à l'échelle nationale contre l'ensemble des mesures antisociales et des contre-réformes du pouvoir macronien". Et ce mouvement, cela se construit, avec le plus grand nombre, bien au-delà des gilets jaunes, sans discrimination, sans exclusion, hormis de tous ces gens qui tentent de profiter de la désespérance de la grand majorité des Français et qui prônent la haine, le racisme et la xénophobie.

    Inseme à manca a donc décidé de soutenir les gilets jaunes et de participer à toutes les manifestations qui contribueront à la convergence des luttes et qui permettront de créer ce bloc social et politique en capacité de faire plier le pouvoir actuel.

    Francis Peretti a conclu son intervention par les mesures d'urgences que propose Inseme à manca, comme par exemple " la hausse du Smic (1800 euros bruts), le blocage de la taxe sur les carburants, la gratuité des transports publics à Ajaccio et à Bastia, l'optimisation de l'utilisation du trinichellu, le retour à l'ISF, le retour à la gestion publique de l'eau, etc. La question sociale doit devenir la principale préoccupation de tous, des gouvernants et de la Collectivité de Corse."

    Inseme à manca participera à toutes les manifestations organisées par des gilets jaunes et  la Cgt, le premier décembre.

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Inseme à manca soutient les gilets jaunes

     

    Des militants d'Inseme à manca ont battu le pavé du cours Napoléon, ce mercredi soir, pour distribuer un tract en soutien du mouvement des gilets jaunes. L'accueil a été très intéressant. Pas de rejet de la part des passants, ni de gestes agressifs. En contraire beaucoup de sympathie, de compréhension. Ces mêmes passants, dans une grande majorité ont exprimé à leurs manières leur colère contre la politique du pouvoir et ses conséquences sur leur propre existence. Une question est souvent venue dans les discussions qui se sont engagées : maintenant qu'est-ce qu'on fait ? Comment faire plier notre Jupiter national et son gouvernement, au service exclusif des plus riches. Ce qui a été ressenti lors de la distribution de tracts est confirmé par le dernier sondage publié ce jour par Odoxa, à savoir que 84% des Français approuvent le mouvement de gilets jaunes.

    La lutte continue. Inseme à manca y prendra sa part.

    Samedi prochain, les gilets jaunes manifesteront de nouveau un peu partout en France. La Cgt, de son côté, appelle les salariés, les retraités, les étudiants et les jeunes à participer aux différentes manifestations organisées à travers le pays, le même jour. A Ajaccio, rendez-vous est donné devant la préfecture à 10h30.

    La colère grandit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Après le 17 novembre

    Communiqué d'Ensemble

    Ce samedi 17 novembre, 300 000 personnes, en réalisant plus de 2000 blocages, ont crié leur désespoir de cette austérité sans cesse accrue, leur refus de l’injustice fiscale, leur volonté de voir augmenter leur pouvoir d’achat. Et parfois leur inquiétude (contradictoire avec le rejet de tout impôt, parfois présent dans les blocages) devant la destruction des services publics de proximité. Mais aussi un rejet massif de Macron, de sa politique et de son mépris de classe. Et bien sûr des responsables de l’extrême droite, de la droite dure, eux, étaient bien présents sur le terrain et dans les médias, qui n’ont pas signalé la présence de représentants de la gauche.

    Mais quelles que soient les ambiguïtés du mouvement des gilets jaunes, il est nécessaire que le mouvement ouvrier, la gauche, prennent en compte, aujourd’hui, ce désespoir social qui s’est exprimé ce 17 novembre (et parfois aussi le 18). D’autant que le gouvernement y répond par le mépris, Macron ne disant rien et Edouard Philippe affirmant qu’il va « garder le cap », c’est-à-dire poursuivre sa politique antisociale. Si le mouvement social ne prend pas la mesure de ce qui est en train de se passer, les conséquences politiques risquent d’être catastrophiques.

    ENSEMBLE considère qu’il est urgent de mettre en place les éléments d’une mobilisation contre la politique sociale du pouvoir, à partir des axes suivants :

    - La justice fiscale, avec comme premières mesures le rétablissement de l’ISF, la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l’annulation des hausses de la CSG.

    - La hausse des salaires.

    - La défense de l’environnement par une politique écologique qui s’attaque aux principaux responsables de la dégradation environnementale et non aux populations en difficulté.

    - L’arrêt de fermetures de lignes ferroviaires et le développement de transports publics de qualité, notamment dans les zones rurales et dans les banlieues.

    Pour cela, il nous semble nécessaire de participer aux manifestations du mouvement en cours de manière indépendante et à partir des axes précédents. Par ailleurs, il est de la responsabilité du mouvement syndical, des associations écologistes, des forces de gauche et écologistes de proposer des initiatives d’action très rapidement afin de donner à la colère populaire des perspectives émancipatrices, sociales et écologiques.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Changeons de politique

     

    Inseme à manca a participé, à sa manière, à la journée du 17  novembre, par une distribution de tracts sur la place Foch à Ajaccio. Accueil intéressant, pas de rejet, beaucoup de colère chez les gens. Une colère non seulement contre la hausse du prix des carburants, mais contre un ensemble de hausses successives, souvent insupportables pour beaucoup de ménages. La question du pouvoir d'achat était au coeur des préoccupations, surtout dans notre île, région qui a le triste privilège d'être la plus pauvre de France. La cause de ces hausses? La politique de Macron et de son gouvernement. Une politique exclusivement menée au profit des plus riches et conforme aux exigences de Bruxelles et des marchés financiers.  C'est donc cette politique dans sa globalité qu'il faut changer dans l'intérêt du plus grand nombre.

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires