• Retrait de la contre-réforme sur les retraites

     

    La lutte continue



    Disons Basta aux agressions du pouvoir macronien contre les acquis sociaux.
    Disons non à la pseudo réforme de la retraite.
    Laisser faire, c'est cautionner un fantastique recul social qui s'est accéléré depuis l'élection de Macron à l'Elysée.
    Le 10 décembre des centaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de plus de 200 villes, dont 1500 à Ajaccio, avec la même détermination que le 5 décembre 2019, n'en déplaise à tous les partisans de la régression sociale généralisée et autres chiens de garde de la macronie.

    Edouard Philippe a parlé. Il n'a rien lâché.

    Laurent Berger, secrétaire général de la Cfdt, pourtant favorable au système de retraite par point, a pris ses distances avec le pouvoir. Il est vrai que la base de son syndicat commençait sérieusement à ruer dans les brancards.

    La lutte continue.

    La lutte continue

    La lutte continue

    La lutte continue

    La lutte continue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un mouvement d'ampleur exceptionnelle

     

    1.500.000 manifestants à travers le pays. Plus de 2.000 à Ajaccio. Du jamais vu depuis longtemps. Assurément la journée du 5 décembre est à marquer dans les annales sociales. Même le pouvoir macronien et les media aux ordres font grise mine et sont obligés de reconnaître l'ampleur de la mobilisation. Les uns et les autres ont pourtant tout fait pour dissuader les Français de ne pas faire grève et de ne pas participer aux manifestations. Le mouvement ne s'arrêtera pas à ce jour. Il continuera, se renforcera jusqu'au retrait du projet de contre-réforme du système de retraite. 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     Un grand besoin de convergence

    Inseme à manca/Ensemble à gauche a organisé une conférence de presse, mardi 3 décembre 2019, au Locu teatrale, à Ajaccio. Au menu :

    - La présentation de l'ouvrage La Corse, quel avenir ? Cet ouvrage contient les minutes d'un colloque qui s'est tenu en 2018. Colloque qui a permis un large débat sur des questions sensibles, comme le statut de résident, le statut fiscal, la spéculation foncière et immobilière, la langue corse et la nécessité de refonder la gauche, face à la montée des populismes.

    - La grande manifestation du 5 décembre. Inseme à manca soutient le mouvement et appelle à participer à la manifestation organisée à Ajaccio, à partir de 15 heures, gare des Chemins de fers corses. Aujourd'hui plus que jamais, il y a un besoin urgent de convergence des luttes sociales et politiques face aux reculs historiques que le pouvoir macronien entend imposer au pays.

    - Les élections municipales. Il a été rappelé la nécessité de présenter une liste solidaire, écologique, démocratique, anti-capitaliste sur la base d'un programme répondant aux vrais problèmes de la majorité des habitants de la Corse et rompant avec toutes les pratiques claniques, clientélistes qui ont contribué à maintenir notre île dans un état de sous-développement chronique.

    Une réunion est programmée le 3 janvier 2020, avec la participation de toutes celles et tous ceux qui ne veulent plus des vieilles ententes entre appareils politiques, seraient-elles étiquetées de gauche. 

    Nous publions en annexe, pour information, un article signé Isabelle Luccioni, paru ce mercredi 4 décembre, dans les colonnes du journal corse-Matin.

     Cliquer sur le lien ci-dessous.

    https://www.corsematin.com/article/article/ajaccio-inseme-a-manca-reste-ferme-sur-ses-positions-anticapitalistes

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Une délégation de Kurdes du Rojava en visite en Corse

     

     

    Vendredi 29 novembre à Ajaccio, la solidarité avec les Kurdes du Rojava à l’appel du comité Corsica-Rojava était à l’ordre du jour. Inseme à Manca/Ensemble à gauche, membre du comité, avait appelé ses adhérents et amis à participer à cette initiative. Après la projection d’un très intéressant film documentaire "Le Rojava en Syrie, entre compromis et utopie", montrant la réalité de l’agression turque, nos deux  amis Kurdes ont minutieusement rappelé l’histoire qui a abouti à disperser ce peuple de 40 millions de personnes dans 4 pays du moyen Orient, la Turquie, l’Iran, l’Irak et enfin la Syrie. Ils ont parlé de démocratie et de lutte contre l’obscurantisme, d’un engagement quotidien contre Daesh. "Kobané et la victoire contre les islamistes est d’un point de vue symbolique ce que la bataille de Stalingrad a été dans la victoire contre le nazisme."
    Le public militant nombreux a pu les interpeller et durant près de deux heures débattre de cette situation scandaleuse, inhumaine imposée au peuple Kurde par le régime autoritaire d’Erdogan. La situation des nombreux militants emprisonnés injustement et condamnés à de très lourdes peines a été évoquée par nos deux amis Kurdes.
    Durant les 48 heures de présence en corse, la délégation a rencontré des élus, des journalistes, des  associations et des citoyens avec un objectif clair rétablir la vérité sur l’agression turque et élargir la solidarité.  
     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Pour un 5 décembre massif

    La contre-réforme sur les retraites ne doit pas passer

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    A lotta di u ROJAVA hè Lotta NOSTRA !

     

    Riunione publica u Vennari 29 di Nuvembre à 6 ore à u Centru di u Sport è di a Giuventù corsa Cù a prisenza di una delegazione di a risistenza curda.

     

    Erdogan hà dunque datu esecuzione à e so minacce lanciendu una nova è larga operazione militare contr’à l’Amministrazione autonoma di u Nordu è di u Livante di a Siria (AANES, Rojava), cù un’invasione tarrania è bumbardamenti nant’à e cità fruntaliere di Serekanye, Tall Abyad è ancu Qamishlo, capitale di u Rojava. U scopu hè chjaru : strughje a zona d’autonomia messa in ballu da i Curdi, chì Erdogan ùn pò cà vede cum’è una minaccia contr’à u so putere è u so prugettu ultra naziunalistu mentre ch’ellu hè statu messu in difficultà in tempu di l’ultime alizzione municipale. L’annunziu fattu da Trump ch’ellu ritirava e truppe americane da a zona tampon situata trà a Turchia è a zona sottu cuntrollu di e Forze Dimucratiche Siriane(FDS), hè stata cunsidarata cum’è un’ apprubazione data à Erdogan da ch’ellu possi fà novi micidii. Un si pò esse indiffarente di pettu à a sorte di e pupulazione chì campanu inde stu tarritoriu, è manc’à quellu di e cumbattante di l’unità di prutezzione di u populu (YPG) è di e FDS di modu generale. E vittime sò millaie, è dighjà accadenu i rapimenti, l’estursione è e furzature. Chiremu cù forza ch’ella pianti subbitu subbitu l’operazione militare di a Turchia, sia l’invasione tarrania o i bumbardamenti. Si deve caccià u PKK da a lista di l’urganisazione tarruriste. Eccu un puntellu maiò di a cumunicazione è di a pulitica di a Turchia pà ghjustificà u sfracellu di e pupulazione curde, da traminduie parte di a fruntiera. Devenu esse pigliate sanzione contr’à a Turchia di Erdogan. I guverni francese, britannicu è americanu sò più cà rispunsevuli di u scempiu, di a cunfusione chì culpisce sta regione. A colpa hè quella di l’imperialisimu, tocca dunque à ellu à piantà di spanticà tuttu cù e so azione micidiale. A spirienza di u cunfederalisimu autogestionariu è dimucraticu à mezu à a cunfusione siriana porta spirenza à a regione sana. U rispettu di l’autunumia di e naziunalità, i prugressi per ciò chì tocca à i dritti di e donne, a gestione cullettiva di e risorse (materie prime, acqua, pruduzzione campatoghja) è una cupartura sanitaria è suciale da tutti chì possi rende insuppurtevule à l’autocrate Erdogan a so esistenza : eccu u prugettu ghjuvattivu pà l’avvene è a pace ch’ellu ci tocca à sustene !

     

    Cumitatu Corsica Rojava (Per a Pace, Corsica Palestina, Core in Fronte, PCF, PS, JC, Inseme a Manca/ Ensemble a Gauche, UD CGT Corse du SUD, Utopia, l’Acellu di Corsica, Federazione Anarchica, Association des Travailleurs Tunisiens de Corse, A Manca, Squadra Tecnica 98, Personnalités indépendantes).

     

     

    La lutte du ROJAVA est NOTRE lutte !

     

    Réunion publique le Vendredi 29 Novembre à 18H au Centre du Sport et de la Jeunesse Corse En présence d’une délégation de la résistance Kurde.

     

    Erdogan a donc mis ses menaces à exécution, en lançant une nouvelle opération militaire d’ampleur contre l'Administration autonome du Nord et de l'Est de la Syrie (AANES, Rojava), avec une invasion terrestre et des bombardements sur les villes frontalières de Serekanye, Tall Abyad et même Qamishlo, la capitale du Rojava. L’objectif est clair : détruire la zone d’autonomie créée par les Kurdes, qu’Erdogan ne peut voir que comme une menace pour son pouvoir et son projet ultra nationaliste, alors qu’il a été mis en difficulté lors des dernières élections municipales. L’annonce faite par Trump du retrait des troupes US de la zone tampon située entre la Turquie et la zone sous contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS), a été prise comme un feu vert donné à Erdogan pour commettre un nouveau massacre. Nous ne pouvons être indifférents au sort des populations qui vivent sur ce territoire, ainsi qu’à celui des combattantEs des Unités de protection du peuple (YPG) et des FDS en général. Les victimes pourraient se compter par milliers, et déjà les enlèvements, extorsions, viols et massacres sont là. Nous exigeons l’arrêt immédiat de l’opération militaire de la Turquie, qu’il s’agisse de l’invasion terrestre ou des bombardements. Le PKK doit être retiré de la liste des organisations terroristes, ce qui est un axe majeur de la communication et de la politique de la Turquie pour justifier l’écrasement des populations kurdes, d’un côté comme de l’autre de la frontière. Des sanctions contre la Turquie d’Erdogan doivent être prises. Les gouvernements et États, Français, Britannique et Nord Américain portent une écrasante responsabilité au regard du chaos qui règne sur cette région. C’est bien l’impérialisme qui est le fauteur des troubles, c’est donc à lui de cesser ses actions destructrices. L’expérience du confédéralisme autogestionnaire et démocratique en plein chaos syrien est, porteuse d’un espoir pour toute la région. Le respect de l’autonomie des nationalités, les avancées concernant les droits des femmes, la gestion collective des ressources (matières premières, eau, production vivrière) et une couverture sanitaire et sociale pour tous, qui rendent son existence intolérable pour l’autocrate Erdogan. C’est ce projet porteur d’avenir et de paix que nous devons soutenir !

    Cumitatu Corsica Rojava (Per a Pace, Corsica Palestina, Core in Fronte, PCF, PS, JC, Inseme a Manca/ Ensemble a Gauche, UD CGT Corse du SUD, Utopia, l’Acellu di Corsica, Federazione Anarchica, Association des Travailleurs Tunisiens de Corse, A Manca, Squadra Tecnica 98, Personnalités indépendantes).

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     La Corse : quel avenir ?

     

    C'est le titre d'un ouvrage élaboré par Inseme à manca. Cet ouvrage comprend les minutes d'un débat qui s'est tenu en 2018, à Porticcio. Le débat avait porté sur des questions sensibles pour notre île, comme par exemple le statut de résident, la langue corse, le statut fiscal, la spéculation foncière et immobilière, ou encore face au populisme la refondation de la gauche.

    Cet ouvrage a été présenté officiellement vendredi 22 novembre à la librairie la Marge, à Ajacio.

    On peut regretter que la presse régionale, n'ait pas daigné informer le public. C'est apparemment une étrange conception de l'information. Les questions abordées dans le livre, pourtant essentielles pour la Corse,  seraient-elles, pour ces media, de peu d'intérêt ? La question mérite d'être posée.

    Le livre est disponible auprès des militants d'Inseme à manca ou peut être commandé à l'adresse suivante : inseme.a.manca2a@gmail.com

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires