• http://www.mancalternativa.com/reponse-a-jean-luc-melechon-a134146482 

    De l’espoir à la désillusion

     Alors que la nécessité du rassemblement populaire se dessinait en Corse, l’espoir renaissait et la volonté de chacun devenait une volonté commune pour créer l’avenir insulaire sur des valeurs d’humanisme et de partage. Lire la suite :http://www.mancalternativa.com/reponse-a-jean-luc-melechon-a134146482 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Corse

    Nationalistes vent en poupe

     

    Le premier tour des élections territoriales en Corse, a consacré le triomphe annoncé des nationalistes. La seule liste de gauche, présentée par la Corse insoumise, le Parti communiste et Manca alterativa/Ensemble, a eu un score médiocre. Pourtant Jean-Luc Mélenchon exulte. Tour d'horizon.

    Article paru dans Regards du 4 décembre 2017 et signé par Roger Martelli, historien. Lire la suite :

    http://www.regards.fr/qui-veut-la-peau-de-roger-martelli/article/corse-nationalistes-vent-en-poupe

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Histoire de bashing

    Ou comment passer de la situation de victime à celle d’agresseur !

     

    Assurément Jean-Luc Mélenchon est souvent victime de ce qu’on appelle le bashing, en particulier dans les media. Cela a été flagrant lors de « l’Emission politique » du jeudi 25 novembre sur France 2. On ne peut que condamner les agressions systématiques orchestrées par des journalistes aux ordres. Il est grand temps de créer un Conseil de déontologie pour assainir le paysage audio-visuel national. On peut toujours rêver ! Mais Jean-Luc Mélenchon peut, dans certaines circonstances, passer de la situation de victime à celle d’agresseur. C’est particulièrement vrai dans « l’affaire corse ».

    Explications et analyse des différents tweets et commentaires officiels du leader de la France insoumise, au cours de la dernière période.

    Quel moustique a piqué Mélenchon ?Quatre au total ! C’est beaucoup pour une petite île de la Méditerranée pour laquelle il n’a pas toujours exprimé une grande tendresse. Par exemple, à une certaine époque, pas très lointaine, n’avait-il pas dit : « Le déshonneur ordinaire de la Corse contamine l’Etat républicain ».

    Cette « affaire » a commencé le 3 septembre 2017. De retour de la Réunion, Jean-Luc Mélenchon, remonté comme pas deux – quel moustique l’aurait piqué ? – s’est fendu d’un tweet assassin dont on soulignera la délicatesse à l’égard des Insoumis de Corse. Citons : « Des insoumis ont engagé une liste avec le Pcf sans prendre aucun avis, je ne soutiens pas cette initiative et condamne cette tambouille. » Remarque. L’accord avec le Pcf était loin d’être conclus. La direction nationale de la France insoumise était au courant depuis juin 2017. Ce tweet a provoqué parmi les militants insulaires une indignation quasi générale.

    Après ce fameux tweet, on a eu droit à deux commentaires. Un du 7 novembre et un autre du 4 décembre. Commentaires parsemés de quelques joyeusetés et autres gracieusetés. Une vraie anthologie. Morceaux choisis. On peut lire les propos très mesurés des interventions sur le blog de Jean-Luc Mélenchon.

    Une misérable usurpation de notre sigle !

    Dans son commentaire du 7 novembre, ce dernier s’emporte, sans aucune forme de retenue, en utilisant un langage très châtié. D’emblée il éructe : « C’est pourquoi je déplore que la liste Pcf et d’anciens communistes en Corse joue une misérable usurpation de notre sigle ». En aucun moment la liste « l’Avvene, a Corsica in cumunu n’a utilisé le sigle de la France insoumise. Donc, première contrevérité. Ce n’est pas tout : « Cette pauvre tambouille tourne le dos à toutes les questions qui se posent en Corse à partir du vote des législatives ». Jean-Luc Mélenchon a-t-il vraiment lu le programme de la liste, soutenue par la Corse insoumise, le Pcf, Manca alternativa et des militants syndicaux, associatifs et culturels ? Il faut croire que non. Ce programme se voulait en rupture avec le libéralisme, pour une transformation sociale, économique et écologique. Il dénonçait les politiques d’austérité et de régression sociale menées par les différents gouvernements depuis des décennies, comme il dénonçait les pratiques des clans et des dynasties politiques, le clientélisme, l’affairisme - pour ne pas dire plus - qui ont contribué à maintenir la Corse dans un état chronique de sous-développement, pour en faire la région la plus pauvre de France. Il avançait toute une série de propositions concrètes pour relancer l’économie de la région.

    Simeoni champion du dégagisme en Corse !

    Dans son commentaire du 4 décembre, au lendemain du premier tour de l’élection territoriale, Jean-Luc Mélenchon récidive et enfonce un peu plus le clou, toujours avec la même élégance. Il commence par un couplet dithyrambique sur la mouvance nationaliste. Nous citons : « La liste de monsieur Simeoni a fédéré les électeurs de Corse en un tout massif et puissant…Le dégagisme, c’est eux qui l’incarnent à l’évidence. C’est un dégagisme positif ». Notre leader de la France insoumise a sans doute mal analysé les résultats de l’élection. Certes, Pè a Corsica est arrivé largement en tête avec 45,36% des suffrages exprimés. C’est un bon score, mais qu’on doit relativiser. Le parti qui l’a réellement emporté, c’est celui des abstentionnistes, avec 47,87%. Cela ramène l’audience des nationalistes, tous confondus, à 25% des inscrits. Pas de quoi pavoiser outre mesure.

    Toujours sur les écrits de Jean-Luc Mélenchon du 4 décembre. Citons de nouveau : « Les urnes ont carbonisé les faux-semblants et le vieux monde sur l’île. La droite clapote, le macronisme coule, le FN s’effondre ». La droite clapote ? Elle conserve encore quelques belles couleurs, même si elle n’est plus au pouvoir régional, environ 28%. Le macronisme coule ? Les ex socialistes et radicaux dit de gauche, pour certains d’entre eux se sont convertis aux joies du macronisme, d’autres sont partis carrément à droite, d’autres ont choisi le silence. Le Front national s’effondre ? En effet, il ne fait que 3% des suffrages exprimés. En 2015, il obtenait 10%. Question à Jean-Luc Mélenchon, lui qui connaît si bien la Corse, où sont donc passés les 28% obtenus par Marine Le Pen au premier tour de la dernière présidentielle et les 48% au second tour ?

    Tous des faussaires et autres usurpateurs !

    Poursuivons : « Les faussaires du Pcf qui avaient usurpé notre identité sous le label « Corse insoumise » ont reçu la leçon qu’ils méritaient. Ils n’ont rien compris et vocifèrent que j’aurais provoqué leur déroute ». Rétorquons à Monsieur Mélenchon que la liste l’Avenir, la Corse en commun n’était pas la liste du Pcf, mais celle d’un large rassemblement de citoyens issus du monde du travail : des syndicalistes, des ouvriers, des artisans, des étudiants, des retraités, etc. contrairement aux autres listes où dominaient les avocats, les chefs d’entreprises, les professionnels de la politique. Elle était conduite par Jacques Casamarta, ex candidat de la France insoumise dans la première circonscription de la Corse du Sud. En outre le label « Corse insoumise » n’est pas la propriété de Mélenchon, c’est la propriété de toutes les militantes et militants qui se sont mouillés la chemise et le reste pendant les campagnes électorales de la présidentielle et des législatives, pour promouvoir le programme l’Avenir en commun et pour soutenir sa candidature et celles des représentants de la Corse insoumise dans les quatre circonscriptions de l’île. Quant à l’échec de la liste l’Avvene, a Corsica in cumunu, elle est due à plusieurs causes, entre autres, aux conséquences des différentes politiques d’austérité menés par le passé, y compris par François Hollande, socialiste, qui a contribué grandement à salir l’image de marque de la gauche, aux pratiques des clans et des dynasties locales, aux silences, sinon à l'hostilité de la presse régionale laquelle a fait par ailleurs la part belle à la droite traditionnelle et surtout aux nationalistes. Résultats : un rejet de la politique et des politiciens et une abstention massive, essentiellement parmi les couches sociales les plus défavorisées. Enfin, il faut ajouter le rôle négatif de Jean-Luc Mélenchon avec ses attaques inadmissibles contre son propre camp. Ce rôle a contribué à perturber bon nombre d’électeurs de gauche qui se sont réfugiés dans l’abstention. Notre tribun national jubile. Il n’y aura aucune voix à l’Assemblée territoriale pour porter les propositions contenues dans le programme l’Avenir en commun, avec sa déclinaison corse. Merci à qui ?

    Tous des communistes !

    Autre joyeuseté : « Sur 10 candidats : 7 communistes et 3 anciens communistes, dont l’ancien secrétaire général du Pcf en Corse, le tout dissimulé sous un rassemblement de sigles les plus exotiques et enrobé dans le grand bla bla contre Paris et Mélenchon. Bref de la tambouille ». On croirait lire du Berlusconi qui traitait tous ses opposants, en particulier les magistrats, de communistes. Bigre ! Comme si le mot communiste provoquerait chez Mélenchon une poussée d’urticaire. A-t-il la mémoire courte ? N’est-il pas un ancien trotskiste, un ancien socialiste ? Ces nombreux électeurs communistes, qu’il voue maintenant aux gémonies, n’ont-ils pas contribué à son score de près de 20% à la présidentielle et à son élection à Marseille ? En fait le chef de la France insoumise continue à régler ses comptes avec les dirigeants du Parti communiste et veut à tout prix éliminer toute concurrence possible.

    Bras cassés et piteuse équipe !

    Suprême gracieuseté. Ce monsieur « je sais tout de la Corse » a eu la plus grande considération pour les candidates et candidats de la liste l’Avvene, a Corsica in cumunu, en les traitant de « bras cassés » et « de piteuse équipe ». Des pieds nickelés en quelque sorte. Cela relève du niveau du caniveau, pour ne pas dire autre chose, plutôt que d’une véritable argumentation politique. Pourquoi un tel acharnement ? La réponse est simple. Les Insoumis de Corse, aux yeux de Jean-Luc Mélenchon, remettaient en cause le mode de fonctionnement du mouvement, mode selon lequel toute décision doit être prise par le noyau dur – à ce jour non encore élu - cornaqué, il va sans dire, par lui-même. Les groupes d’actions se contentant d’appliquer les ordres d’en haut et de distribuer les tracts ou de porter la bonne parole !

    Arrêtons-là l’énumération des propos scandaleux tenus par Jean-Luc Mélenchon à l’égard des Insoumis de Corse. Ce dernier nous avait pourtant habitués à une autre tenue, et à une autre retenue. Où est donc passé notre candidat à l’élection présidentielle ? Un candidat convaincant, pédagogue, brillant, apaisé. Un candidat que les Insoumis de Corse et Manca alternativa avaient soutenu dès le début.

    Dans cette affaire, il a dépassé le trait. U troppu stroppia, trop c’est trop. Il est dans l’outrance, l’invective. C’est un comportement indigne pour quelqu’un qui avait l’ambition d’accéder aux fonctions suprêmes de la France. Pour de nombreux militants de la vraie gauche, et en particulier dans notre île, c’est un failli. Il vient de perdre beaucoup de sa crédibilité. Disons-le, l’ennemi de Jean-Luc Mélenchon, c’est lui-même. 

    Jean Antoine Mariani

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  



    De l’espoir à la désillusion

     

    Réponse à Jean-Luc Mélechon

    Alors que la nécessité du rassemblement populaire se dessinait en Corse, l’espoir renaissait et la volonté de chacun devenait une volonté commune pour créer l’avenir insulaire sur des valeurs d’humanisme et de partage.

    Le rêve d’une Sixième République ne s’est pas envolé, Jean-Luc Mélenchon nous promettait la démocratie de la base, la révocation des élus... Fort de son image bien soignée après les présidentielles et sa députation, il s’oppose farouchement à notre liste de rassemblement l’Avvene, a Corsica in cumunu, cette dernière étant le fruit de l’œuvre démocratique de la base Insoumise en Corse. Le grand dirigeant qu’il prétend incarner, s’avère incapable de respecter ses propres militants, il ira jusqu’à nous infliger un véritable coup de poignard dans le dos avec ses tweets et ses commentaires assassins nous qualifiant de tambouille.
    En privé, il confiera à ses camarades qu’il a bien l’intention de faire ce qu’il veut en Corse et que nous allions « nous prendre une taule ». C’est ce qu’il espérait au profond de lui : enfin une victoire pour lui, celle de voir l’échec de la gauche en Corse.

    En Corse justement, il pourra compter sur une poignée de groupies insoumises, souhaitant la division et l’hégémonie du mouvement. Ces insoumis crieront à l’usurpation, comprenez-vous, ce sont des vrais insoumis EUX ! Certains le sont tellement qu’ils sont même insoumis à la démocratie interne, on passe de l’insoumission au coup d’état.

    Bouquet final au soir des élections, la seule liste de gauche obtient 5,68% des suffrages exprimés, après une campagne parsemée d’embûches, d’insultes et d’invectives venant pour la plupart de son propre camp. Exaltation pour Mélenchon, la gauche avait perdu, aussitôt il s’en ira féliciter ses nouveaux amis d’un soir : les nationalistes. Les mêmes qui se sont abstenus sur les ordonnances et sur le projet de loi sur la sécurité sociale. Ces derniers incarnent selon lui le « dégagisme ». Nous vous le disons, Jean-Luc Mélenchon, vous serez la prochaine victime du dégagisme, le programme l’Avenir en Commun est le meilleur que la gauche n’ait jamais connu, mais pas avec un despote à sa tête.
    La gauche n’est pas morte, elle se relèvera en se débarrassant de vous car finalement votre place n’existe que dans cette 5ème république aussi archaïque soit-elle.


    Dylan Champeau

    Ex-candidat de la Corse insoumise, dans la deuxième circonscription de la Corse du Sud

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •  


    ELECTIONS TERRITORIALES 2017

    La liste l'Avenir, la Corse en commun remercie ses électrices et électeurs

     

    Un vif remerciement aux 6788 électrices et électeurs qui ont choisi le vote du changement avec la liste l'Avenir, la Corse en commun – l’Avvene, a Corsica in cumunu.

    Cette liste, représentant la gauche sociale et environnementale, a réalisé 5,68 % lors de cet important scrutin. Par rapport à la liste du FDG de 2015, elle progresse très légèrement en pourcentage, mais elle ne se maintiendra pas au deuxième tour, car elle ne fusionnera avec aucune autre liste. Elle ne négociera pas de strapontins. Elle restera claire dans ses intentions politiques et elle ne soutiendra personne pour ce second tour.

    Il faudra, dans les jours qui viennent, avec tous les militant(e)s engagé(e)s dans la démarche de rassemblement, tirer tous les enseignements de cette campagne qui a été rendue très difficile par les violentes attaques verbales et l'entreprise systématique de dénigrement dont la liste a été victime. Cette situation a pesé lourd dans les résultats. Des esprits malsains, au sein même de notre mouvement FI et de cette gauche de la transformation sociale, ont conduit à empêcher la Corse d'avoir une représentation démocratique de notre liste au sein de l'Assemblée Territoriale. Ils ont, de ce fait, exclu la gauche de cette institution la laissant uniquement entre des mains libérales.

    Ajaccio le 5 décembre 2017.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La gauche éliminée de l’Assemblée territoriale

     

    La vraie gauche n’aura aucun représentant au sein de l’Assemblée de Corse. Son score, 5,68% ! Ce n’est pas le meilleur scenario qui vient de se produire. Notre île serait-elle atteinte du syndrome italien, à savoir la disparition pure et simple de la gauche du paysage politique ?

    La liste Pé a Corsica est la grande gagnante du scrutin avec 45,36% des suffrages exprimés. Si on ajoute le résultat obtenu par Core in fronte, la mouvance nationaliste dépasse les 52%.

    Les deux listes de la droite classique obtiennent respectivement 15 et 12,8%.  Celle de la République en marche vers le passé, 11,3%.

    Le Front national s’arrête à 3,3%. On peut s’interroger sur ce faible score, sachant que Marine Le Pen avait obtenu près de 28%, au premier tour de l’élection présidentielle ! Mais où sont donc passées ces voix et qui en a profité ? La question mérite d’être posée.

    Enfin, un parti triomphe, celui des abstentionnistes. Il frise les 48%. Niveau jamais égalé pour des territoriales. Les causes sont probablement à rechercher dans le rejet de la politique politicienne, dans le désarroi et la désespérance qui règnent chez de nombreux insulaires, en particulier parmi les couches sociales les plus défavorisées.

    La victoire de Pé a Corsica est sans appel, ni contestation. La mouvance nationaliste et ses dirigeants ont su capter, au fil des années, un profond désir de changement, en particulier chez les jeunes, à partir de revendications pour l’essentiel identitaires. Mais l’euphorie des élections passées, il n’est pas sûr que ces revendications permettront de régler les problèmes de fond qui secouent la Corse, à savoir, le chômage, la création d’emplois utiles, le logement social, la santé, la lutte contre la spéculation foncière et immobilière, l’affairisme, etc. La future majorité sera très vite confrontée à ces problèmes.

    Revenons au score de la liste l’Avvene, a Corsica in cumunu, soutenue par la Corse insoumise, le Parti communiste et Manca alternativa/Ensemble. Elle avait un espace remarquable à conquérir. Elle se présentait avec un programme anti austérité, de rupture et de transformation sociale, économique et écologique. Elle n’y est pas parvenue. Elle n’a pas été entendue par les dizaines de milliers de Corses qui vivent dans la souffrance et la précarité.

    A chaud, on peut dégager plusieurs causes. Il y a tout d’abord le rôle des media qui ont souvent occulté la présence de cette liste. Il y a les effets dévastateurs de la politique menée par François Hollande et par les pratiques des clans et autres dynasties durant des décennies. Il y a aussi les relations souvent exécrables entre Jean-Luc Mélenchon et les dirigeants du Parti communiste. Enfin, il y a l’attitude à l’égard des insoumis de Corse du même Mélenchon qui n’a pas cessé d’écrire des tweets assassins, peu dignes d’un homme politique de gauche. Cette attitude a sans doute dérouté de nombreux électeurs de gauche et coûté la qualification de la liste l’Avenir, la Corse en commun, pour le second tour des élections territoriales. Disons-le, Jean-Luc Mélenchon a privilégié la mouvance nationaliste au détriment de ses partisans. Il a commencé à faire du nettoyage parmi la France insoumise. Cela n’augure rien de bon pour le futur de la vraie gauche.

    Anghjulu Leonetti

    Dernier tweet de Jean-Luc Mélenchon :

    " Le dégagisme, c'est Simeoni, bravo ! Macron sévèrement puni. Le Fn ridiculisé. L'usurpation d'identité et la tambouille du Pcf ont été durement sanctionnées."

    C'est ce qu'on appelle : tirer sur l'ambulance.

    Attention à ton propre dégagisme, Jean-Luc.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Corse

    Nationalistes vent en poupe

     

    Le premier tour des élections territoriales en Corse, a consacré le triomphe annoncé des nationalistes. La seule liste de gauche, présentée par la Corse insouimse, le Parti communiste et Manca alterativa/Ensemble, a eu un score médiocre. Pourtant Jean-Luc Mélenchon exulte. Tour d'horizon.

    Article paru dans Regards du 4 décembre 2017 et signé par Roger Martelli, historien.

    http://www.regards.fr/qui-veut-la-peau-de-roger-martelli/article/corse-nationalistes-vent-en-poupe

    Google Bookmarks

    votre commentaire