• La Corse connaît, comme une grande partie de la France, une crise du logement. Celle-ci est particulièrement criante quand on sait qu’il n’y a dans notre île que 10% de logements sociaux contre 17% pour l’ensemble de la France, pourcentage qu’on admet comme largement insuffisant : c’est donc au moins un doublement du parc de logement social dont a besoin l’ensemble de l’île. La CTC est en train de délibérer sur le budget 2011 du logement en Corse. Elle constate que les moyens mis en œuvre par l’Etat au titre de 2011, soit de 3,280 M€ pour la construction de 250 logements locatifs sociaux, ne permettent pas de satisfaire les besoins annuels estimés à 600 logements. 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Séance publique de l'Assemblée de Corse des 27 et 28 octobre 2011 :  les questions orales, les motions et les avis du CESC

    • Logement: textes à télécharger en cliquant.

             Rapport n°207 : Répartition des aides de l’Etat au logement pour l’année 2011

                Avis du CESC

     

               Rapport n°208: Adoption du règlement des aides au logement


               Avis du CESC

     

          . Extrait...

    L’ASSEMBLEE DE CORSE

    VU le Code Général des Collectivités Territoriales, Titre II, Livre IV – Ivème partie, et notamment son article L. 4424-26,

          VU la délibération n° 10/221 AC de l’Assemblée de Corse du 16 décembre

    2010 portant approbation du budget primitif de la Collectivité Territoriale de

    Corse pour l’exercice 2011,

          SUR rapport du Président du Conseil Exécutif de Corse,

          VU l’avis n° 2011- du Conseil Economique, Social et Culturel de Corse

          SUR rapport de la Commission des Finances, de la Planification, des Affaires

    Européennes et de la Coopération,

          SUR rapport de la Commission du Développement Social et Culturel,

     

    APRES EN AVOIR DELIBERE

    ARTICLE PREMIER :

    PREND ACTE de la répartition des aides de l’Etat du logement pour l’année 2011, afin de rendre possible leur mise en oeuvre dans les meilleurs délais, telle qu’elle figure dans le tableau suivant.

    Dotation 2011 : 3 300 000 €

     3 280 000 € consacrés à la construction de 250 logements

     20 000 € pour l’amélioration de l’habitat existant (4 réhabilitations de locaux communaux afin de les mettre sur le marché des logements sociaux)

    36

    ARTICLE 2 :

    CONSTATE que les moyens mis en oeuvre par l’Etat au titre de 2011, soit de 3,280 M€ pour la construction de 250 logements locatifs sociaux, ne permettent pas de satisfaire les besoins annuels estimés à 600 logements.

    ARTICLE 3 :

    DEMANDE à l’Etat de consacrer, à partir d’une convention spécifique triennale, une somme de 7 M€ par an sur 3 ans en faveur du logement locatif social sur laquelle la CTC souhaite pouvoir négocier les montants et les taux de subvention pratiqués.

    ARTICLE 4 :

    DEMANDE à l’Etat une remise à plat des dispositifs existants et un rôle effectif dans la définition des politiques du logement en Corse.

    ARTICLE 5 :

    DEMANDE à l’Etat la mise en place d’une commission de travail ad hoc avec les services de l’Etat, dès 2012, afin de redéfinir les modalités de mise en œuvre et les enveloppes néces sai- res à une politique publique efficace dans le domaine du logement social sur son territoire.

    ARTICLE 6 :

    La présente délibération fera l’objet d’une publication au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse.

    AJACCIO, le

    Le Président de l’Assemblée de Corse,

    Dominique BUCCHINI

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • janus9 copie

    L'art de raconter des histoires...

    «Il me faut pour tenir le coup des histoires à dormir debout. »

       chante Guy Béart
     

    Les enfants se fient aux contes de fées plus qu'à tout discours rationnel car ils s'adressent à eux sous une forme qui leur est familière : la forme magique.  Transporté hors du temps ("Il était une fois…") et de l'espace ("…dansun royaume aujourd'hui oublié), dans un univers décalé de sa réalité quotidienne, il est à même d'intégrer ce qui ne passerait pas par le canal de la raison. La Bible, les Évangiles, le Coran, La Torah,  L’Iliade, L’Enéide, La Chanson de Roland nous en racontent des histoires et ont contribué à façonner l’imaginaire des peuples. Nous sommes dans les domaines des religions et des mythologies.

    Les sophistes s’étaient rendu compte de l’ambigüité du langage et des mots. Ils les ont utilisés en vue d’instaurer la démocratie à l’Athènes du VI° siècle avant J.C.  Le mot parole en grec se disait « muthos »… ce qui était vrai dans le discours, c’est le mythe dans une conception archaïque de la vérité qui, pour les Grecs, était ce qu’il ne fallait pas oublier. Les Sophistes ont alors compris le pouvoir des mots. Avec eux, la vérité sort du champ du mythe mais aussi de ceux  du savoir et de la compétence. Le débat va dominer en politique et celui qui parle le mieux prendra le pouvoir. La parole politique devient le paroxysme du langage, elle ne dit pas le réel. Aujourdui, le storytelling est la construction d’une réalité fictive qui se fait passer pour le réel…  

    storytellingDepuis les années 1990, aux Etats-Unis puis en Europe, l’art de raconter des histoires a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l'appellation anodine de 'storytelling'. L’art de raconter des histoires est devenu une arme aux mains des 'gourous' du marketing, du management et de la communication politique, pour mieux formater les esprits des consommateurs et des citoyens. Derrière les campagnes publicitaires, mais aussi dans l'ombre des campagnes électorales victorieuses, de Bush à Sarkozy, se cachent les techniciens sophistiqués du « storytelling managment »ou du « digital storylelling ». C'est cette incroyable main-mise sur l'imagination des humains que Christian Salmon a révélée dans un de ses livres, au terme d'une longue enquête consacrée aux applications toujours plus nombreuses du storytelling. Le marketing s'appuie plus sur l'histoire des marques que sur leur image ; les managers doivent raconter des histoires pour motiver les salariés, les militaires en Irak s'entraînaient déjà sur des jeux vidéos conçus à Hollywood et les spin doctors (conseillers en communication et marketing politique agissant pour le compte de personnalités politiques) construisent la politique comme un récit...

    Le fait est que l'on nous raconte des histoires à longueur de journée : des histoires de moines et d’abbaye pour la bière Greenbergen ; l’histoire édifiante de Barack Obama, celle de Nicolas Sarkosy, celle de Ségolène, le complot palpitant des nations voyous pour produire des armes de destruction massive...


    Nous aimons que lon nous raconte des histoires. «Un récit, cest la clé de tout», confirme M. Stanley Greenberg, spécialiste américain des sondages. Chez les adultes, "L'art de raconter des histoires"   est-il devenu l’art de "formater les esprits" pour les aliéner ? Cela pourrait être certainement l’objet d’une fiction.C’est aussi une réalité.


    « On a beaucoup dit que la machine excluait les rêves, ce que chaque expérience contredit, affirmait André Malraux, car la civilisation des machines est aussi celle des machines de rêves, et jamais l'homme ne fut à ce point assiégé par ses songes, admirables ou défigurés. » C'était le 13 février 1968 lors de l'inauguration de la Maison de la culture de Grenoble. Vision prémonitoire qui anticipait ce que le futurologue danois Rolf Jensen a appelé « the Dream Society », la société du rêve, dans laquelle « le travail, et non plus seulement la consommation, sera dirigé par des histoires et des émotions »

     

    La réflexion de Christian Salmon porte sur la mutation de la propagande (publicitaire, politique, etc.). Cette dernière consisterait, de plus en plus selon l'auteur, à standardiser les réactions des «consommateurs », rendant floue la limite entre le réel et la fiction, entre le vrai et le faux.  Les cyniques ont découvert l’aubaine. Et si on racontait des histoires et des blagues de manière industrielle en se déclarant  le maître de la réalité ? Karl Rove, le gourou de Bush Jr a trouvé le nom de cette stratégie : la stratégie Schéhérazade. Fabriquons la réalité avec nos histoires. Tant pis pour les crédules qui vivent dans ce qu’ils croient leur réalité, nous leur raconterons et imposerons les nôtres : «Nous sommes un empire, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité», dit un conseiller de Bush.

    Les politiques, depuis les années 90, ont compris l’intérêt de cet art  dans la communication capitaliste et politique avec l’explosion de l’Internet et plus généralement des nouvelles techniques de communication. Christian Salmon constate que «l
    es marques s’attribuent les pouvoirs qu’avant on cherchait dans la drogue et dans les mythes». Ce n’est plus le rapport au monde qu’il faut changer mais la perception du monde. On est passé de la marque au logo, du mot à l’image, et on revient à la narrativité en passant du logo aux «stories ». L’acte de consommation devient, par la communication, un acte de communion planétaire. Bien sûr cela a changé radicalement les méthodes de marketing.

    Le récit est le meilleur vecteur du sens. Le sens y est incarné par des personnages, il se révèle dans l'irruption des situations, il devient manifeste au travers des conclusions que l'on en tire . Le récit, le conte, l'art de créer et de dire des histoires, est le chemin le plus court et le moyen le plus percutant pour créer du sens et le transmettre à un public.

    Voilà ce qu’on peut lire sur le site de conseil i-KM L'art ancien des conteurs devient une ressource pour le management, et s'adapte aux pratiques de l’entreprise Steve Denning de la World Bank et Dave Snowden de l’Institute for Knowledge Management IBM, ont fait connaître à un large public cette méthode du "storytelling", qui touche à des enjeux importants de l’entreprise.
    Cette approche est reconnue comme un puissant moyen d’évaluation des valeurs courantes de la culture d’une organisation, et comme un levier efficace pour la faire évoluer. En fait, la conduite d’importants changements, la fusion de sociétés, l’identification et la constitution de communautés d’intérêt et de pratiques, la communication interculturelle dans des organisations globales... sont des circonstances dans lesquelles pratiquer le storytelling est particulièrement intéressant. Il vise à une évolution rapide des idées ou des représentations mentales et donne de nouveaux repères partagés, facilite la communication, permet une mobilisation large là où l’on pensait trouver surtout des blocages.
    La clé, c'est le langage ! Et les histoires constituent un fantastique vecteur de création et diffusion du sens, de compréhension spontanée et d'approche de ce qui est complexe
    . »

    Ce n’est pas le consumérisme qui nous intéresse dans nos propos du jour mais le choix du storytelling comme méthode de marketing politique. Les histoires ne produisent pas de l’explication, mais de la familiarité et de la connivence. Nous sommes, écrit Salmon, passé dans une civilisation "d’injonction au récit".

    A partir de ce constat, Christian Salmon interpelle la fiction romanesque et cinématographique dont les auteurs, selon lui, avaient compris ce qui se tramait avant que les chercheurs n'aient pu le formuler. Notre émotion est atteinte dans son intimité et utilisée par le marketing et le politique. Elle est plus sollicitée que par les auteurs de fiction.

    Après une intrusion de la fiction dans le réel, on fait appel à la fiction pour prévenir le réel. Le Pentagone fait appel à Hollywood ! Pour exemple, après les attentats du  11 septembre, les hauts responsables américains réunissent quelques réalisateurs et scénaristes pour imaginer des scénarii d’attaques terroristes afin de penser les parades.

    Ce n’est pas le monde qui change ? … Selon Evan Cornog, professeur de journalisme à l’université Columbia, «
    la clé du leadership américain est, dans une grande mesure, le storytelling». «  La politique, théorise Clinton, doit d’abord viser à donner aux gens la possibilité d’améliorer leur histoire.» Les gourous de la communication moderne se sont mis à ne plus jurer que par l’art de raconter des histoires. La bonne histoire(« good story ») est conviée pour remobiliser l’employé, ou susciter un regain d’engagement du consommateur. C’est le cœur de la théorie managériale du « storytelling ».

    L’idée de Christian Salmon est d’avoir rapproché ces techniques de celles mises en œuvre dans le monde politique. Quelques jours avant l’élection présidentielle de 2004 aux Etats-Unis, un conseiller de G.W. Bush prend à parti un journaliste en lui reprochant d’appartenir à la reality-based community, à la communauté de ceux qui croient à la réalité. C’était un peu comme le traiter de ringard, car le monde, il en était sûr, ne marchait plus ainsi. Il s’agit de convertir chacun de nous en spectateurs naïfs car nous sommes plus avides de fiction que de réalité.

    Salmon précise que le monde de demain sera le résultat d'une lutte entre les narrations imposées et les contre-narrations libératrices. Il explique aussi que  les artistes sont prévenus, et ont déjà commencé à lutter.

    Et les journalistes ? « Si vous lisez une lettre et que vous découvrez que l’auteur a « pioché» le matin, vous penserez peut-être qu’il a travaillé dans son jardin. Si vous savez que cet auteur est Flaubert, vous commencerez à douter du sens de « pioché ». Si vous êtes familier de Flaubert, vous saurez exactement ce qu’il entend par « pioché ». Je ne dis pas qu’il faut que tous les journalistes deviennent des auteurs mais je crois que nous ne devons pas perdre l’habitude de lire les auteurs. Je n’ai jamais rien appris d’important en lisant les journalistes mais des auteurs ont changé ma vie. On ne change pas la vie de quelqu’un avec du digeste, du parfaitement défini, de l’objectivité, du sans ambiguïté. » C’est Thierry Crouzet, journaliste qui l’a écrit sur son site Internet.

    Ne plus subir la réalité mais la créer ! Les gouvernants sont aujourd’hui capables de vendre leur réalité comme une marque. L’art de gouverner se confond avec celui de raconter des histoires. Le discours officiel s’adresse au cœur plus qu’à la raison, à l’émotion plus qu’à l’opinion. Le pouvoir exécutif devient un pouvoir d’exécution du scénario présidentiel.

    Evidemment, tout cela n’arrive pas qu’aux autres. Salmon conclut le livre en traitant du nouvel ordre narratif en France où, comme ailleurs, nous aimons que l’on nous raconte des histoires.

    Dans un autre ouvrage intitulé « Le tombeau de la fiction», Christian Salmon met en évidence ce qui caractérise le roman : son jeu perpétuel avec la frontière entre réalité et fiction. Il fait remarquer que les grands héros de romans, Don Quichotte, madame Bovary, sont souvent eux-mêmes, fondamentalement, des êtres qui ont du mal à faire la part entre les deux. « Toute l’histoire du roman n’est qu’une longue réflexion sur les limites de l’illusion romanesque et, ce faisant, sur la frontière mouvante qui sépare le réel et la fiction. Le roman s’enchante des multiples passages de l’un à l’autre, des courts-circuits incessants entre la vie et le rêve. Loin d’effacer la frontière qui les sépare, l’art du roman consiste au contraire à souligner cette différence, à la rendre perceptible, presque palpable parfois, comme chez Kafka. L’illusion romanesque n’est rien d’autre que l’illusion donnée par le roman d’une communication constante, intime, immédiate entre le réel et le fictif, entre le rêve et la vie. »

    L’illusion donnée par le Storytelling est la même…  Oui, mais, comment faire pour retrouver la réalité ? Peut-être en commençant par juxtaposer toutes ces histoires à dormir debout. Ensuite en entrant dans les détails, où se cache toujours le diable, lui bien réel. Car les histoires ne marchent qu’en gros. Dans le détail, elles ne marchent pas du tout ou apparaissent pour ce qu’elles sont : de la fiction qu’on a plaisir à temporairement faire semblant de croire (techniquement, les philosophes appellent cela «la suspension temporaire de l’incrédulité»)commente Yves Michaud dans un article sur l’ouvrage « Storytelling » de Christian Salmon.

    La suspension temporaire de l’incrédulité ! Pierre Bayard, écrivain et universitaire, s’y oppose même lorsqu’il s’agit de fiction. On pourrait aussi revenir sur les fictions et s’amuser à démontrer, comme l’a fait Pierre Bayard, qu'Œdipe n’a pas tué son père ou que l’affaire du chien des Baskerville n’a pas été élucidée par Sherlock Holmes.

    Et si Sherlock Holmes s’était trompé ? C’est ce doute effronté que se permet Pierre Bayard après la relecture d’une des plus célèbres aventures du plus célèbre des détectives. ( C’est Pierre Bayard qui a voulu démonter que l’on pouvait parler d’un livre sans l’avoir lu. Il est aussi responsable de la contre-enquête sur le meurtre de Roger Ackroyd écrit par Agatha Christie).

    Pierre Bayard fait une relecture qui s’appuie sur la critique policière, partant du postulat que des meurtres racontés par la littérature n’ont pas été commis par ceux que l’on a accusés. "En littérature comme dans la vie, dit-il,  les véritables criminels échapperaient souvent aux enquêteurs en laissant accuser et condamner des personnages de second ordre."

    Dans notre actualité sociale, c’est la même chose. Les banques et autres établissements financiers spéculent, les USA font marcher la planche à dollars et la crise financière retombe sur les salariés des secteurs public et privé en Europe. Ils sont  accusés de prendre la retraite trop tôt, de ne pas travailler assez, de trop se soigner, de vivre trop longtemps, d’être trop nombreux… de coûter trop cher et de faire perdre la notation AAA… Ces trois lettres résonnent comme un rire moqueur ! De qui se moque-t-on après Ces dix ans de cadeaux fiscaux qui ont ruiné la France ? 

    Et si l’incrédulité devenait une arme contre les storytellers ? L’expression «avoir l’art de raconter des histoires» contient une connotation de manipulation mentale. Il est utilisé pour détourner de la réalité et fabriquer du réel. C’est la méthode marketing utilisée pour influencer le consommateur, mais aussi  celle des gouvernants pour influencer  l'électeur. Le Storytelling est la nouvelle "arme de distraction massive" qui manage le monde depuis les années 90. Le storytellerest un conteur mais aussi un menteur…

    Face à lui, restons incrédules!

    Il y a une spéculation à taxer et le capital n’est pas respectable. Il ne dynamise pas l’économie. En pleine crise, le politique a adopté une nouvelle  parole qui ne promet plus que l’austérité. Le politique est désormais le vassal d’un ordre financier. On ne parle que pour communiquer et faire un indice de bruit médiatique, en restant dans ce qui convient de dire…

    Au financier d’abord, opposons l’humain d’abord !

    Au politique financièrement correct, opposons la résistance sociale !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • banderole-unitairePour un bouclier social !

    «Pourquoi faire payer les riches ! Faisons payer les pauvres, ils sont beaucoup plus nombreux...»

    Contre cette politique du bouclier fiscal, dotons les pauvres d’un bouclier social !

    L'alpha et l'oméga de la politique économique sarkozyste : taillons dans les dépenses de l'État, et même à la hache s'il le faut, mais ne remettons pas en cause les baisses d'impôts ! On se souvient du bouclier fiscal etc…

    7,7 milliards de baisse d'impôts ! Pour qui?

    Plusieurs études officielles établissent que les finances publiques françaises seraient presque florissantes, malgré la crise, si les impôts n'avaient pas été abaissés à ce point depuis dix ans. Par le plan d'austérité, le gouvernement va donc faire payer aux plus modestes les cadeaux fiscaux dont ont été gratifiés les plus fortunés au cours de la décennie.

    Il s'agit notamment du «Rapport sur la situation des finances publiques» qui a été rendu public le 20 mai dernier, en ouverture de la Conférence sur les déficits qui s'est tenue à l'Élysée. Compte tenu de ses auteurs, qui sont Jean-Philippe Cotis, l'actuel directeur général de l'Insee, et son prédécesseur, Paul Champsaur, le premier de ces documents est au-dessus de tout soupçon.

    En réalité, si les finances publiques françaises sont en si piteux état, c'est d'abord parce qu'elles ont été ruinées par la politique de baisse des impôts conduite depuis dix ans. C'est ce qu'établissent très clairement trois rapports publics publiés ces derniers mois : sans cette avalanche de cadeaux fiscaux au profit des plus riches, les moins favorisés ne seraient pas aujourd'hui menacés par ce plan d'austérité.

    En bref, la crise a bon dos. Car si la France n'avait pas participé à cette course effrénée au moins-disant fiscal, elle aurait certes été prise dans les turbulences de cette crise sans précédent, mais ses finances publiques auraient été largement assez prospères pour traverser cette tempête.

    Depuis 1999, l'ensemble des mesures nouvelles prises en matière de prélèvements obligatoires ont ainsi réduit les recettes publiques de près de 3 points de PIB : une première fois entre 1999 et 2002 ; une deuxième fois entre 2006 et 2008. Si la législation était restée celle de 1999, le taux de prélèvements obligatoires serait passé de 44,3 % en 1999 à 45,3 % en 2008. En pratique, après réduction des prélèvements, ce taux a été ramené à 42,5 %. À titre d'illustration, en l'absence de baisses de prélèvements, la dette publique serait environ 20 points de PIB plus faible aujourd'hui qu'elle ne l'est en réalité générant ainsi une économie annuelle de charges d'intérêt de 0,5 point de PIB.»

    «Entre 2000 et 2009, le budget général de l'État aurait perdu entre 101,2 5,3 % de PIB et 119,3 milliards d'euros 6,2 % de PIB de recettes fiscales, environ les deux tiers étant dus au coût net des mesures nouvelles les «baisses d'impôts» et le tiers restant à des transferts de recettes aux autres administrations publiques sécurité sociale et collectivités territoriales principalement.»

    «La moitié des allègements fiscaux décidés entre 2000 et 2009 ont concerné l'impôt sur le revenu. Le manque à gagner en 2009 sur le produit de cet impôt s'établit en effet à environ 2 % de PIB, contre 0,6 % de PIB pour la TVA et 0,5 % de PIB pour l'Impôt sur les sociétés (IS).»

    Le rapport relève ainsi que de 2000 à 2009 le montant total des baisses de l'impôt sur le revenu a atteint de 32,9 à 41,6 milliards d'euros. Cette indication est évidemment majeure. Car comme ne sont assujettis à l'impôt sur le revenu que les 50 % des contribuables les plus fortunés, cela veut donc dire que l'essentiel des baisses d'impôts (41,6 milliards d'euros sur 77,7 milliards d'euros) a profité à ces ménages les plus favorisés sous la forme de baisses de l'impôt sur le revenu.

    Ces baisses d'impôts ont donc été très inégalitaires. Le constat est même encore plus marqué que cela puisque, à ces baisses, il faut encore ajouter celles décidées par 2007 par Nicolas Sarkozy, portant sur l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), le bouclier fiscal ou encore les droits de successions. Dans ces cas, ce sont même les plus grandes fortunes qui sont sorties gagnantes de cette irresponsable politique fiscale. L'enquête conduite par Mediapart sur les impôts versés par Liliane Bettancourt (voir notre article Liliane Bettancourt: cherchez l'impôt!) vient illustrer cette tendance : la milliardaire est en effet soumise à une imposition équivalente à seulement 20 % de ses revenus (avant restitution du bouclier fiscal) et à 0,17 % de son patrimoine. Ce qui est vraiment dérisoire au regard des taux marginaux d'imposition que la droite fait mine de juger souvent écrasants, et qui culminent à 40 % pour l'impôt sur le revenu et à 1,8 % pour l'impôt sur la fortune.

    7,7 milliards de baisse d'impôts

    Cette évaluation, qui recoupe celle du rapport Cotis-Champsaur, vient confirmer ce que personne ne veut aujourd'hui admettre : la France serait, malgré la crise, presque dans les clous de Maastricht, ou peut-être même totalement, si ces baisses d'impôts inconsidérées n'étaient pas intervenues. Les chiffres sont là, incontestables ! L'objectif du programme français de stabilité, transmis à Bruxelles, est de réduire les déficits publics de – 8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2010 à – 6 % en 2011, puis – 4,6 % en 2012 et enfin – 3 % en 2013. Or, selon le rapport Carrez, sans les baisses d'impôts, les déficits publics de 2010 seraient seulement de... 1,8 % ! Respectant ses engagements européens, la France ferait figure de bon élève de la zone euro et n'aurait pas à envisager un plan d'austérité.

    Voir l'article  Ces dix ans de cadeaux fiscaux qui ont ruiné la France (cliquer)

     

    Signé: Pidone

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • janus9 copie

     

    ... à quelques mots ou lettres

    Nous avons – paraît-il – une des langues les plus riches au monde, ne serait-ce que par le nombre de mots existants. C’est une bonne chose. Mais depuis quelque temps, on constate que notre langage se rétrécit d’une manière fantastique, pour se réduire à l’utilisation de quelques mots ou de quelques lettres.

    Quelques exemples : crise financière, dette publique, rigueur, sacrifice, AAA.

    Prenons le fameux AAA.

    Derrière ces trois lettres se cache un modèle de démocratie.

    Des agences de notation – quelques dizaines d’individus, liées aux marchés financiers et en particulier à Wall Street, décident comme de bons professeurs d’apprécier les pays, comme de bons ou mauvais élèves.

    L’Allemagne se voit octroyer les trois lettres magiques. On pourrait lui ajouter un plus pour faire bonne mesure.

    L’Espagne, le Portugal sont bien évidemment déclassés. La Grèce est vraiment considérée comme le cancre de la classe.

    L’Italie  est sommée de renforcer son plan d’austérité que le  parlement du pays vient de voter, il y a à peine quelques jours: 65 milliards d’euros d’économie. Une bagatelle. Sa note est dégradée, il va s’en dire. On lui demande de frapper encore plus fort, en particulier sur les retraites. A la clef, le passage à 67 ans. Beaucoup de salariés italiens vont sans doute applaudir.

    Doit-on continuer à accepter sans même rechigner - au nom de la nécessité - que les politiques financières et économiques soient dictées, imposées par les marchés financiers ? Quelle est la place des citoyens de chaque pays dans cette  affaire ? Les peuples vont-ils continuer à prendre des coups sans broncher ?

    Fort heureusement se lève, un peu partout, un vent d’indignation – voir la journée du 15 octobre  - qui doit se transformer en un véritable mouvement de contestation et de propositions. Propositions pour une autre logique économique au profit du plus grand nombre.

    A nous, simples citoyens, à faire grandir ce mouvement, parce qu'il n'y a pas de fatalité, comme voudraient nous le faire croire les tenants de l'ultralibéralisme.

    Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Nous ouvrons ici un nouvel espace de dialogue sur tous les problèmes qui concernent la Corse.

    Les thèmes que nous souhaitons aborder dans un premier temps :

    - L'emploi et plus particulièrement l'emploi des jeunes.

    - La spéculation foncière et immobilière.

    - La violence.

    - Le statut particulier de la Corse.

    - La langue corse et sa place dans la société insulaire

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • fouille1

    Le 15 septembre dernier, à Capo Stefano (commune de Sollacaro) des archéologues, missionnés par la DRAC, le CNRS et le Musée de Sartene, ont déterré des restes de huit squelettes dans et aux abords d’une sépulture creusée dans un gros bloc rond de granit. Une descente rétrospective dans la préhistoire de la Corse jusqu’à 9000 ans, sous quelques centimètres de terre.  Cette découverte archéologique importante devrait fournir des renseignements sur les peuplements de l’île. Mille squelettes datés de Mésolithique ont été recensés dans l’ensemble méditerranéen. A Campo Stefano, les restes exhumés correspondraient à huit individus dont une femme, un adolescent et un nouveau-né. Tout le monde connaît la célèbre "donna di Bunifaziu", découverte en 1973 dans l’abri d’Araguina-Serrolla : un squelette complet d’une une femme de 35 ans, le plus ancien retrouvé dans l’île (6500 av J-C), et conservé au musée de Levie. Dans deux abris sous roche  situés sur le site de Torre d’Aquila, près de Pietracorbara, ont été découvertes, dans les années 1980, des sépultures datant du néolithique ancien.  Avec les huit nouveaux individus, la Corse compte maintenant dix squelettes de cette époque ( 10% des découvertes sur l’ensemble méditerranéen) et la première datation ( 7400 à 6900 av.J-C) se serait avérée plus ancienne que la donna di Bunifaziu ». Les archéologues ne peuvent dire si le groupe de Campo Stefano composait une même famille ou si on se trouve en présence d’un petit cimetière. Les fouilles sont terminées et c’est aux laboratoires du CNRS de faire parler les découvertes pour nous renseigner sur ce peuplement, sur ses modes de vie, sa nourriture, ses maladies... pour savoir d’où l’on vient.  Ensuite les reliques rejoindront le Musée de Sartene.    

    Google Bookmarks

    votre commentaire