• Nous publions le communiqué commun rédigé à l'issue de la rencontre entre la délégation de la Corse insoumise et celle du Parti communiste, le 12 septembre. Il est proposé la constitution d'une liste unique de la vraie gauche, sur la base d'un programme antilibérale, de transformation sociale. Les membres de chaque organisation seront consultés très prochainement et décideront de la suite à donner.

    Communiqué de la Corse insoumise  et du PCF

    Ce mardi 12 septembre les délégations mandatées par la CI et le PCF se sont rencontrées une quatrième fois depuis le 17 juillet.

    Ce cycle de discussions, débuté à l’invitation de la CI, à laquelle le PCF a répondu favorablement le 3 juillet, a toujours eu pour objectif de dégager un accord et un contenu partagé politiques en vue de la prochaine élection territoriale des 10 et 17 décembre.

    Au cours de ces échanges, et au-delà d’approche différentes sur certaines questions spécifiques, il s’est exprimé de part et d’autre, une volonté commune de construire un projet antilibéral, contre les politiques d’austérité, pour la Corse et de constituer une liste commune pour le porter aux prochaines territoriales.

    A l’issue de cette quatrième réunion les délégations de la CI et du PCF confirment publiquement cette volonté commune d’aller unis à la bataille pour offrir une perspective de progrès répondant aux attentes sociales et populaires de la Corse.

    Cet élan unitaire nous permettra de formaliser notre projet politique antilibéral et la liste pour le porter : la voie pour y parvenir a été dégagée. Il s’agit désormais de finaliser dans la première quinzaine d’octobre l’une et l’autre.

    Affirmer ensemble, aujourd’hui, cet engagement commun suscitera, nous en sommes sûrs, un grand espoir à gauche. Nous sommes au travail pour la Corse et pour la gauche. Nous allons réussir.

    Chaque délégation retournera devant ses adhérents ou ses militants pour les informer du contenu de la réunion et décider en connaissance de cause.

    Le 12 septembre 2017

    Signataires :

    • pour la Corse insoumise : Philippe.OLLANDINI, Claude.FRANCESCHI, Francis PERETTI, Xavier BERNARDINI, Bernard.BOUQUET
    • pour le PCF : Marie Jeanne FEDI, Gilles LARNAUD, Maxime NORDEE, Pierre ROSSI, Michel STEFANI

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • "Macron tu es foutu les fainéants sont dans la rue"

     

     

    C'est le slogan qu'on a entendu le plus souvent lors de la journée du 12 septembre 2017.
    Plus de 400.000  manifestants ont battu le pavé des rues dans de nombreuses villes du pays, à Ajaccio, Bastia, Paris, Marseille, Lille, Nantes, Toulouse, Brest et bien d'autres, pour dire non à la loi XXL sur le travail et à la casse sociale que s'apprête à effectuer le pouvoir macronien. Ce n'est qu'un début. L'automne risque d'être chaud.

     Une autre journée d'actions, de manifestations et de grèves est prévue le 21 septembre, à la veille du conseil des ministres qui devrait entériner les cinq fameuses ordonnances, ouvrant la voie au démantèlement du Code du travail. Raison de plus pour amplifier et élargir le mouvement de protestation, initié par la Cgt, Solidaires et la Fsu, rejoint par de nombreuses organisations de base de Fo, de la Cgc, et  même de la Cfdt.

    Le 23 septembre, ce sera au tour de la France insoumise de participer à ce mouvement de protestation, en organisant une marche sur Paris, contre le coup d'état social du pouvoir macronien.

    Quelques photos sur la manif d'Ajaccio.

    Participation : 800 selon les organisateurs. 8.000 selon la police !

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Un automne chaud ?

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : 1 personne

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Non, ce n'est pas de la tambouille

    On continue

    Les groupes d’appuis de la Corse insoumise du grand Ajaccio se sont réunis samedi 9 septembre, toute la journée, dans les locaux de la Ccas/Edf, à Porticcio.

    La matinée était consacrée à la situation politique  et sociale, avec, entre autres, la loi XXL sur le travail et les manifestations prévues et en particulier sur la question d’une alliance éventuelle avec d’autres forces qui s’opposent à la politique d’austérité et de régression sociale menée par le pouvoir macronien, en vue des prochaines élections territoriales.

    L’après-midi était réservé au débat sur la structuration future du mouvement de la France insoumise.

    On continue

    Un tweet inopportun

    Rappelons au préalable quelques faits. La presse régionale a diffusé une information, le 2 septembre, selon laquelle un accord aurait été conclus entre le Parti communiste et la Corse insoumise pour la constitution d’une liste commune dans la perspective des prochaines élections territoriales, prévues pour le mois de décembre. Information inexacte. Au passage qui a donné ce type d'information à la presse et pour quel motif? Il n’existe à ce jour aucun accord, mais des consultations entre différentes organisations politiques. D’ailleurs, une nouvelle rencontre est prévue pour le 12 septembre.

    A partir de cette information et sans se renseigner auprès des groupes d’appuis de la Corse insoumise, Jean-Luc Mélenchon s’est fendu d’un tweet pour le moins inopportun et discutable. Tweet qui a provoqué chez la grande majorité des militants de la Corse insoumise émotion, étonnement, et surprise. Que dit ce tweet, en date du 3 septembre 2017 : « Des insoumis ont engagé une liste avec le PCF en Corse sans prendre aucun avis. Je ne soutiens pas cette initiative et condamne cette tambouille » !

    On continue

    Le risque d’une absence de la vraie gauche à l’assemblée territoriale

    La plupart des intervenants, une trentaine, a rejeté cette attitude pour le moins inappropriée, voire méprisante, de la part de Jean-Luc Mélenchon qui nous avait habitués en d’autres circonstances à des comportements beaucoup plus positifs. Là aussi, rappelons que la direction de la France insoumise a été informée dès le départ des différentes rencontres, entre autres, avec le Parti communiste en Corse. Plusieurs documents l’attestent. Jean-Luc Mélenchon a sans doute sous-estimé l’importance des prochaines territoriales. Il en va de l’avenir de la vraie gauche en Corse, en particulier de la Corse insoumise. Non. La possibilité d’avoir une liste commune, sur la base d’un programme de rupture, anti capitaliste, anti clientéliste, ne relève pas de la tambouille politique. Cette liste permettrait d’avoir une présence au sein de l’assemblée territoriale afin d’y faire entendre la voix d’une véritable alternative de gauche, comme le font fort bien les élus de la France insoumise à l'Assemblée nationale.. La Corse en a grandement besoin, après des décennies de politiques politiciennes, au service exclusif de dynasties politiques et de clans, sous le regard bienveillant des différents gouvernements. Ne pas aller à ces élections ou y aller seuls comme des grands, comme d’aucuns le suggèrent, c’est prendre le risque d’être exclus de l’assemblée territoriale, compte-tenu du rapport de force actuel. Pour le plus bonheur de tous ces larrons de la droite traditionnelle, du Front national et de gens qui rêvent à une Corse plus intégrée dans cette Europe ultralibérale et antisociale.

    Donc, les négociations vont se poursuivre. Ainsi en a décidé, à une très large majorité, les membres présents de la Corse insoumise du grand Ajaccio. En cas d’accord et seulement en cas d’accord, le texte définitif sera soumis pour validation ou non à l’ensemble des membres des différents groupes de la Corse insoumise.

    On continue

    Quelles structures et mode de fonctionnement pour la France insoumise ?

    L’après-midi a été consacré au débat sur les futures structures du mouvement la France insoumise. Plusieurs grandes questions se posent. Quelques exemples.

    Quel degré d’autonomie accorder aux groupes de base ? Ceux-là ont-ils la possibilité d’avoir des liens aux niveaux local et régional ? Quelle relation de la direction nationale avec les différents groupes ?  Quelle légitimité pour les collectifs à mettre en place et les porte-parole ? N’y a-t-il pas un risque de trop de verticalité ou encore de reproduire à terme les mêmes structures que les partis traditionnels, fortement centralisés ? Etc.

    Autant de questions de fond qui méritent de longs débats à tous les niveaux afin de dégager à terme ce que sera un vrai mouvement pour une vraie transformation sociale, politique et écologique dans notre pays.

    Participer aux journées d’action contre la casse sociale

    La réunion s’est terminée par un appel à participer à la journée d’actions, de grèves et de manifestations, le 12 septembre, à l’initiative de la Cgt, de Solidaires et de la Fsu, à laquelle s’associent de nombreuses organisations de base de Force ouvrière et de la Cgc. De même pour le 23 septembre, pour la marche sur Paris, contre le coup d’Etat social organisé par le pouvoir macronien, lancée par la France insoumise.

    Jean-Pierre Orsi

    Google Bookmarks

    15 commentaires
  •  

    Créer les conditions d'une alternative, tout à la fois crédible et claire

     

     

    Nous publions un texte signé par  plusieurs membres de Manca alternativa/Ensemble insoumis en réponse à un tweet de Jean-Luc Mélenchon, condamnant, sans consultation préalable, un accord éventuel entre la Corse insoumise et diverses organisations politiques de la vraie gauche, en vue de la constitution d'une liste unique pour les prochaines élections territoriales.

    "Le 03 septembre, á 20 heures, Jean-Luc Mélenchon, dans un tweet, a condamné les militants de la Corse Insoumise qui depuis deux mois créent les conditions d'un rassemblement avec les forces anti-libérales, dont le PCF autour d'un programme anti-austérité et pour l'Intérêt Général Humain. En effet, en Corse au mois de décembre prochain, auront lieu les élections territoriales. Elections très importantes pour l'avenir de l'île et sa population, dont une personne sur cinq se trouve en situation de précarité extrême, en dessous du seuil de pauvreté. 

    Il s'agit de la première consultation nationale depuis les élections présidentielles et législatives. Nous avons considéré, qu'en dehors de tout esprit politicien, il était important de créer les conditions d'une alternative, tout à la fois crédible et claire, pour changer le cours des choses et influer positivement sur la situation. Á toutes les étapes de nos discussions, nous avons, en ce qui nous concerne, appliqué la démocratie citoyenne.

    Les militants de la Corse Insoumise et de Manca Alternativa/Ensemble Insoumis ont rencontré á trois reprises le PCF, EELV à une reprise á travers le réseau VIA, et le POE une fois, pour avancer sur le nécessaire chemin du rassemblement. 

    Nous avons discuté avec les responsables de la France Insoumise, et proposé un document d'analyse des particularités politiques de la Corse, dès le mois d'octobre 2016. Deux réunions ont été organisées á ce sujet avec notamment Manuel Bompard et des discussions ont eu lieu avec Raquel Garrido, lors de sa venue en Corse pour l'élection présidentielle. 

    En juillet dernier, nous informions la France Insoumise de nos démarches ouvertes pour les élections territoriales. Au cours de l'été, profitant de la présence de Martine Billard en Corse, une réunion a été organisée pour informer et rendre compte des discussions. 

    Fin août, une rencontre a été organisée à Marseille dans le cadre des universités d'été de la FI. 

    Il n'est pas juste de dire comme l'a fait JL Mélenchon dans son tweet, que "des Insoumis ont engagé une liste avec le PCF en Corse sans prendre aucun avis. Je ne soutiens pas cette initiative. Je la condamne."

    Il est peu de dire que cette remarque nous a surpris, blessés dans sa formulation et nous alarme pour l'avenir. Jean-Luc Mélenchon a ainsi tourné le dos à la Corse malgré nos nombreuses sollicitations. Nous n'avons, depuis le début des campagnes électorales, reçu de sa part aucun mot de soutien ou d'encouragement. 

    D'un point de vue politique, ce n'est pas un hasard, si seule la Corse est concernée aujourd'hui par l'élection d'une collectivité unique. Elle continue à être un laboratoire dans les politiques libérales de démantèlement et de balkanisation des territoires voulue par l'Europe fédérale et libérale.  C'est la solidarité nationale et la nécessaire péréquation de l'Etat qui sont frontalement remises en cause pour continuer à affaiblir les services publics. 

    Le jeudi 7 septembre, profitant d'une présence à Paris, Jacques Casamarta a été reçu par une délégation de 5 personnes de l'Espace Politique dans les locaux de la France Insoumise, pour préciser de nouveau, le sentiment politique des militants de Corse. La délégation a écouté notre camarade en précisant qu'elle n'était pas mandatée par l'Espace politique. Il en ressort tout de même qu'elle ne serait pas forcément favorable à l'élaboration d'une liste commune. 

    Ne pas être présents lors de cette élection territoriale comme certains l'ont émis, serait une impasse politique, voire une erreur politique. Ne pas chercher le rassemblement sur la base d'une rupture avec les soutiens du libéralisme en serait une autre. 

    Cette situation désagréable nous pose question. Elle doit trouver une issue positive, sous peine de paralyser le Mouvement. 

    La question de l'unité sur un positionnement politique clair, est et reste une condition essentielle à l'émergence d'une perspective. Cette question éminemment politique doit être rapidement débattue, il en va de notre avenir et pas seulement en Corse. 

    Il y a urgence, le 9 septembre prochain les Insoumis d'Ajaccio  et de Bastia doivent en débattre en assemblée générale. C'est pour cela que nous tenons  á informer les militants d'ENSEMBLE INSOUMIS. 

    Cette question doit être discutée au sein de notre Mouvement et portée au niveau de l'espace politique.

    Merci de votre soutien et engagement."

    Pour Manca Alternativa/Ensemble Insoumis

    Jacques Casamarta, Francis Peretti, Robert Armata, Pascale Larenaudie, Jean Pierre Orsi, Muriel Buisson, Guy Lannoy, Claude Franceschi, Amélie Raffaelli, Aldo Siddi, Xavier Bernardini, Catherine Laurenti, Bernard Bouquet. Jacques Coti.

     

    Google Bookmarks

    11 commentaires
  • Nous ouvrons une tribune sur l'état de la gauche après les dernières échéances électorales et sur la nécessité vitale, pour cette même gauche, de travailler au rassemblement de tous ceux qui veulent un vrai changement dans ce pays et plus particulièrement en Corse. Rassemblement sur un programme de rupture avec le système ultralibéral que nous connaissons actuellement et dont nous en subissons de plein fouet les conséquences négatives, pour la grande majorité de la population, sans compromission ou accommodement de circonstance.

    Urgence pour la vraie gauche en Corse

    Par Jacques Casamarta

     

    Comment résister à ce qu’on appelle la « droitisation de la société française ? ». Les élections présidentielles et législatives du premier semestre 2017 n’ont malheureusement pas permis une inversion des rapports de forces. Les citoyens et mouvements politiques se réclamant de la gauche de transformation sociale et écologique et plus généralement d’une volonté d’émancipation, n’ont pas été en mesure d’inverser le cours des choses, malgré le très bon résultat de Jean Luc Mélenchon à la présidentielle, 19,6% des voix au plan national et 14% en Corse, plus de 20000 voix.

    C’est dans ce contexte et avec un taux d’abstention relativement important, que dans notre île, les élections législatives, ont vu la victoire de trois députés nationalistes sur quatre. Cette victoire intervient après celle de décembre 2015 où les mouvements nationalistes unis, s’emparaient du pouvoir territorial. On se souvient à l’époque que Manca Alternativa bien tardivement et associé à d’autres démocrates avait travaillé à l’élaboration d’une liste, qui n’avait pas pu se présenter, malheureusement pour des raisons administratives.

    Mais cette nouvelle situation, issue du scrutin législatif, il ne faut pas s’y tromper, traduit une fois de plus la volonté de voir « dégager » les élus du vieux clan, du clientélisme, qu’un accord des électeurs sur un programme politique nationaliste. Ce qui reste une évidence, c’est que l’électorat en Corse comme ailleurs à très largement voulu sanctionner la politique libérale de François Hollande et Manuel Valls, même si au 2eme tour, avec un matraquage médiatique sans précédent, Emmanuel Macron a été élu. La situation issue du 1er tour des présidentielles restera le résultat de divisions et surtout d’absence de rassemblement de la "vraie gauche", phénomène qui sera même amplifié aux élections législatives qui ont suivi. L'espoir a horreur du vide.  Mais la nouvelle période qui s’ouvre permettra de relever l’engagement et les actions des nouveaux élus, en Corse comme sur le continent. La première session de cette mandature qui vient de se terminer à l’assemblée nationale est déjà suffisamment instructive sur le positionnement des élus nationalistes qui se sont abstenus concernant notamment le coup d’Etat social du gouvernement Macron/Philippe sur les ordonnances.

    Où en est la Corse ?

    Lors de la campagne des élections législatives et dans la continuité du programme l’Avenir en Commun, la Corse Insoumise a développé très largement ses propositions en s’appuyant sur un constat affligeant en particulier dans le domaine social. En Corse tous les clignotants ou presque sont au rouge.

    Notre île est une région attractive mais vieillissante. Le dernier recensement donne 325500 habitants. Depuis 2006, la Corse est la région métropolitaine qui a bénéficié de la plus forte croissance. Le vieillissement de la population est une tendance de fond : la part des plus de 40 ans qui s’élevait à 45,3% en 1975 est passée à 55,8% de nos jours. Les deux grosses agglomérations que sont Ajaccio et Bastia recensent plus de la moitié de la population insulaire, soit 60%. Dans le rural, cette situation démographique engendre un isolement des personnes, un abandon des terres et une diminution des services publics pour ne prendre que ces quelques exemples. 

    La Corse, d’un point de vue économique fait face à une absence de débouchés, un taux de chômage qui avoisine les 11%, des salaires inférieurs à la moyenne nationale et une vie chère installée depuis longtemps et de plus en plus insupportable pour les ménages. 66000 personnes vivent ainsi en-dessous du seuil de pauvreté, une sur cinq, alors que le taux passe de une sur quatre dans le rural. 

    La politique du tout tourisme impulsée à marche forcée depuis 40 ans, a peu à peu et insidieusement conduit à un déséquilibre, un abandon de filières, un gâchis économique et environnemental, et surtout une précarité qui s’est accrue.

    La politique agricole, (mise à part quelques rares filières) n’est pas plus une réussite et la part de l’agriculture dans l’économie insulaire se situe en dessous de la plupart des régions françaises. Elle ne représente qu’une partie relativement faible du PIB Corse et la population agricole reste en diminution constante, alors que la moyenne d’âge des chefs d'exploitation est toujours très élevée. La politique agricole reste l’échec d’une profession qui vit marginalisée et sous perfusion de subventions européennes. 

    Le service public des transports maritimes a peu à peu été privatisé depuis mai 2006 avec les directives européennes. Les services publics en général (santé, éducation, poste, énergie, …), sont contraints à de sérieuses coupes budgétaires et se trouvent en incapacité d’assumer correctement leurs missions de service public et de lien social. Comme on le constate avec ces quelques exemples, l’économie est fragile et encore aujourd’hui, la Corse importe beaucoup plus qu’elle n’exporte, ce qui occasionne un PIB très en dessous de la moyenne nationale. La balance des échanges est largement déficitaire.

    Tous les clignotants ou presque sont au rouge et à cette réalité s’ajoute une grave crise de confiance, une crise morale et une crise civique. Le développement et l’enracinement plus qu’inquiétant du grand banditisme déstabilise la société insulaire. Il trouve ainsi depuis longtemps déjà un terrain favorable dans cette économie exsangue, une économie d’assistanat et de clientélisme.

    Enfin, et sans rentrer dans le détail, il faut aussi relever que depuis plus de 40 ans nous vivons dans une situation où le cycle « Violence/Répression » entrave l’émergence d’une véritable citoyenneté. Les violences politiques et la multitude d’attentats perpétrés dans l’île depuis le début des années 70 ont participé de la banalisation. Au-delà des drames, que cette violence a occasionnés et occasionne encore aujourd’hui, il faut voir l’impasse et donc l’urgence à sortir de ce cycle infernal, dans lequel la Corse s’est enfermée. L’arrêt de la violence clandestine décrétée par le FLNC doit être l’occasion d’ouvrir de nouvelles perspectives pour la Corse et de s’attacher à développer et construire « une culture de la Paix ». Il faut ouvrir la voie du dialogue et l’état doit montrer l’exemple en assumant ses responsabilités par le rapprochement des prisonniers (de tous les prisonniers) y compris ceux condamnés pour des actions politiques. En retour, c’est au FLNC et ses dirigeants que doit revenir la responsabilité de dissoudre définitivement les groupes armés pour, comme au pays Basque avec l’ETA, tourner la page de la violence et ouvrir une nouvelle ère politique. Cette situation devra nécessairement amener l'Etat et ses représentants politiques à prendre des mesures de clémence et travailler à créer les conditions d’une amnistie, juste et équitable pour toutes les parties. La force du dialogue et de la raison doit primer sur la force des armes.

    Dans le contexte de violence généralisée à travers le monde, la Corse donnerait ainsi d’elle-même, une image de responsabilité, d’ouverture, de clarté, tout en créant les conditions du nécessaire rassemblement de ses forces vives pour lutter efficacement contre la crise du système capitaliste. Car si la crise a comme partout, des particularités locales, les causes et les raisons de cette crise ne sont pas à rechercher dans une quelconque pseudo-colonisation de la Corse, mais plutôt dans la crise d’un système : le système capitaliste globalisé. Car si la Corse a en effet besoin d’une reconnaissance de ses différences, de ses particularités culturelles, elle a aussi et surtout besoin d’égalité*, de solidarité, de péréquation nationale et la dimension sociale, reste le pivot de toute avancée positive.

    Urgence à rassembler

    Cela m’amène à dire que toute réflexion sur la situation actuelle, les difficultés auxquelles les populations sont confrontées et les solutions à avancer, doivent partir de ce qui est à la racine des problèmes : le déséquilibre sociétal, l’austérité qui progresse, l’affaiblissement des services publics, les droits et acquis mis à mal. Aujourd’hui, l’élection d’Emmanuel Macron et la nomination d’un 1er ministre de droite ne préfigurent rien de bon pour les citoyens, ce que les débats et les votes sur les ordonnances à l’assemblée nationale viennent de démontrer. Comme hier sous les quinquennats de Sarkozy et Hollande, les mouvements sociaux, seront à la recherche de débouchés, de perspectives et surtout de traductions politiques, car les attaques ne se font pas attendre, comme la baisse constatée ces jours-ci de 5 euros sur les APL, mesure touchant en priorité les populations les plus précaires.

    Tirer les enseignements de l’histoire plurielle de la gauche

    L’intérêt général Humain, celui pour lequel il faut défricher les chemins, doit amener à porter un regard critique sur l’histoire de la gauche. Il est indispensable de tirer les leçons complètes et sans complaisance de la période qui s’est terminée. L’union de la gauche a profondément marqué l’histoire des luttes sociales en particulier au 20ème siècle, mais il faut être conscient de l’usure de ces notions. Le parti socialiste et le parti communiste ne réunissent ensemble que tout juste 10% des votants lors des élections législatives du mois de juin et pour Catherine Tricot dans la revue Regards, "le peuple les a quittés". Nous vivons le spectacle d’un parti socialiste qui a pratiqué tous les renoncements et qui l’ont entraîné à sa quasi disparition du champ politique ce que traduit le résultat des élections présidentielles et le score 6%, réalisé par Benoit Hamon, un score qui rappelle celui de Gaston Deferre en 1969. Le désaveu est implacable pour un parti dont sont issus et le Président de la République et le premier ministre sortant. Mais plus grave encore, la candidature de Benoit Hamon a empêché Jean Luc Mélenchon de la France Insoumise, (le seul candidat hors système capitaliste), de représenter un espoir au second tour de la présidentielle.

    Les 3 dernières décennies resteront donc, comme celles de la déroute intellectuelle et morale d’une « certaine gauche ». L’union de la gauche au sens traditionnel du terme est devenue au fil du temps, une caricature, un simple outil de préservation électoral des appareils, ce que traduit en grande partie la crise de la représentation politique, ou l’abstention de l’électorat dit populaire. Dans cette situation, avec un score d’à peine plus de 2%, le plus bas de son histoire pour ce type d’élection, le parti communiste français se trouve menacé d’effondrement, ce que traduit le résultat des élections législatives du mois de juin 2017. 

    La gauche du 21ème siècle, ne sera pas celle du 20ème.

    De nombreux mouvements sociaux, grèves, manifestations, mouvements de résistance au libéralisme ont lieu. Mais tous ces mouvements restent cependant disparates et émiettés, le souffle leur manque la plupart du temps pour dépasser les luttes corporatives et l’efficacité pour atteindre leurs objectifs. Ils buttent sur l’absence de débouchés et traductions politiques. Le plus caractéristique reste l’attitude similaire des deux derniers gouvernements sur la loi El Khomri  et le code du travail. Le premier malgré la mobilisation de centaines de milliers de salariés a imposé ses vues avec l’utilisation du 49/3 et le second par les ordonnances. Cette dramatique carence de perspectives pèse de façon pressente sur tout le mouvement social et surtout devrait interpeller les mouvements qui se réclament de la transformation sociale. C’est un problème fondamental. Ouvrir une perspective de vrai changement reste aujourd’hui la question des questions pour le mouvement social et il y a urgence à se rassembler sur des bases claires en rupture avec les politiques réactionnaires actuellement en œuvre en France et en Europe. 

    Corse : élection territoriale en décembre 2017

    La Corse sera la seule région de France ou en décembre prochain les élections territoriales seront convoquées avec de nouvelles règles du jeu, impliquant la suppression des deux conseils départementaux pour fonder une collectivité unique. Le rassemblement des progressistes doit en être la priorité si l’on veut influer sur le cours des choses. Il va falloir s’appuyer en premier lieu sur les 14% de voix réalisés par Jean Luc Melenchon dans l’île et les 9% aux législatives obtenus par la Corse Insoumise et le Parti Communiste. En effet, unie et débarrassée de considérations politiciennes, la gauche de transformation sociale, avec son projet politique centré sur « l'intérêt général humain » peut représenter un espoir nouveau. 

    La conquête du pouvoir pour la vraie gauche, doit s'envisager par plusieurs canaux et notamment par un rapport direct avec les militants, mais aussi avec le peuple. Les réseaux sociaux, les plateformes numériques, ajoutés au travail militant, (associatif, syndical, environnemental, politique) représentent aujourd'hui un moyen extraordinaire et nouveau de faire de la politique. C'est surtout l'enseignement que nous apporte la campagne de la France Insoumise.

    Ce qui reste comme une évidence, c’est que les aspirations au changement n’ont pas disparu et qu’il existe encore assez de forces disponibles pour leur donner vie. Mais pour cela, il faut à gauche une construction résolument non politicienne, débarrassée des querelles partisanes. Il nous faut être capable d’affirmer des ruptures radicales avec des modes de pensée et certains comportements. L’affirmation de sa propre identité politique n’a de sens que dans le respect des autres. La gauche de transformation sociale et écologique doit s’engager résolument dans cette construction de type nouveau. Elle le fera, si elle arrive à élargir sa base et permettre à chaque citoyen et mouvement qui le souhaite de trouver sa place dans ce nouveau rassemblement. 

     

    * L’identité c’est la guerre, un excellent ouvrage de l’historien Roger Martelli  www.lesliensquiliberent.fr

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Mise au point de la Corse insoumise

     

    Depuis dimanche 3 septembre une information circule, notamment dans la presse régionale corse selon laquelle un accord aurait été passé entre le Parti communiste et la Corse insoumise dans le cadre des prochaines élections territoriales. Cette information ne reflète pas la réalité. Aucun accord n'a été signé à ce jour. Des rencontres ont eu lieu récemment. Une autre est prévue pour le 12 septembre. Rien ne se fera sans la validation d'un éventuel accord par les membres de la Corse insoumise.

    Une mise au point sur cette question a été faite le 4 septembre sur les antennes d'Alta frequenza, par Jacques Casamarta, au nom de Corse insoumise. On peut l'écouter en cliquant sur le lien ci-dessous.

    http://www.alta-frequenza.corsica/l_info/l_actu/territoriales_et_discussions_france_insoumise_pcf_jacques_casamarta_reagit_90022

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire