•  

    « Si personne ne bouge,

    rien ne se passe »

     

    151 féminicides en 2019 en France, 15 féminicides au 2 mars 2020[1]. Ces annonces funestes des violences faites aux femmes qui s’égrènent mois après mois permettent-elles d’interpeller les consciences et de changer les mentalités. 

    De véritables combats que la femme mène au quotidien et dans son quotidien. Pugnacité et détermination constituent sa force quand la société a peine à se débarrasser du modèle du patriarcat, archaïque et dépassé aujourd’hui, modèle qui fait pourtant encore le jeu d’un système néolibéral faisant son lot quotidien de victimes.

    L’action des « colleuses », comme celle des femmes de « Collage Féminicides Ajaccio » déterminées à ce que cela cesse, s’engage sur cette voie incontournable de l’émancipation, de la liberté et de la dignité retrouvée. Parcourant les rues, elles délivrent des messages chocs pour informer car « Si personne ne bouge, rien ne se passe » et parce que « le silence tue ».

    A la veille du 8 mars 2020, journée internationale des femmes, la situation des femmes dans le monde reste toujours une actualité brulante. La défense des droits humains est une cause internationaliste, quand aujourd’hui au Brésil avec Jair Bolsonaro, aux États-Unis avec Donald Trump et dans bien d’autres pays les femmes voient leurs droits à disposer d’elles-mêmes mis en en cause et pire criminalisés. Des exemples, il en existe pléthore et force est de constater malheureusement que la balance penche vers un recul des droits des femmes dans le monde.

    L’histoire le prouve, les femmes ont appris à ne pas baisser la garde. Certaines ont donné leur vie, d’autres ont pratiqué la désobéissance civile, on prendra pour exemple récent la résistance des femmes kurdes luttant en première ligne contre l’État islamique, on se révoltera cependant du sort fait aux kurdes (enfants, femmes et hommes) qui aujourd’hui sont abandonnés et jetés sur les routes de l’exode…. Les femmes sont aussi les premières exposées aux violences terribles et meurtrières engendrées par les conflits, guerres etc. comme en témoigne le docteur congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix en 2018.

    N’oublions pas que le 8 mars, c’est toute l’année.  Mais cette journée, à elle seule, reste un hommage marquant à toutes ces femmes anonymes ou non, silencieuses ou pas dans le monde qui résistent aux oppressions, violences, agressions, harcèlements en tous genres, discriminations.

    En France, même si les droits des femmes ont évolué depuis les dernières décennies, au fil de luttes âprement disputées et bien que nous soyons au 21ème siècle, ces derniers restent toujours fragiles et subissent régulièrement des attaques.

    Pour exemple et à l’échelle du temps, il y a seulement un peu moins de 80 ans que les femmes obtenaient, en France, le droit de vote et d’éligibilité. C’était en 1944.

    Olympe de Gouges, considérée comme une des pionnières du féminisme français, rédigeait en 1791 la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ». La femme n’a depuis eu de cesse de défendre sa liberté et son indépendance pour assoir ses droits dans la constitution : Éducation, contraception, avortement, IVG, droit de vote, travail, égalité salariale, mesures contre les violences faites aux femmes, harcèlement etc.  

    En pleine actualité, la nouvelle réforme des retraites, le gouvernement et les « analystes d’État », annoncent les femmes « grandes gagnantes ». Ne soyons pas dupes, il faut lire entre les lignes pour s’apercevoir qu’à nouveau elles seront les « grandes perdantes ». 

    Salaire et durée de carrière sont les deux composantes principales du calcul de la pension. Or le travail des femmes est encore aujourd’hui très précarisé. L’allongement de la durée de cotisation pour accéder à une pension à taux plein, on le sait, est largement défavorable aux carrières courtes qui concernent en majorité les femmes du fait d’interruptions dans la vie professionnelle (maternité…), des emplois à mi-temps (80% des salarié-e-s à temps partiel sont des femmes) … Les écarts trop élevés de salaires comparés à ceux des hommes subsistent toujours, de ce fait les retraites sont moins élevées, sans parler des pensions de réversion remises en cause.

    Le chemin vers l’égalité est encore long et sinueux. Les femmes le savent. De leurs capacités elles n’ont rien à prouver car elles sont de tous les combats. Elles construisent l’histoire et ce n’est pas fini.

    Pour Toutes, cette chanson écrite et chantée par Jean Ferrat, à lire et à écouter ou réécouter.

    Le poète a toujours raison

    Qui voit plus haut que l'horizon

    Et le futur est son royaume.

    Face à notre génération,

    Je déclare avec Aragon :

    La femme est l'avenir de l'homme.

     

    Entre l'ancien et le nouveau,

    Votre lutte, à tous les niveaux,

    De la nôtre est indivisible.

    Dans les hommes qui font les lois,

    Si les uns chantent par ma voix,

    D'autres décrètent par la bible.

     

    Le poète a toujours raison

    Qui détruit l'ancienne oraison

    L'image d’Ève et de la pomme.

    Face aux vieilles malédictions,

    Je déclare avec Aragon :

    La femme est l'avenir de l’homme !

     

    Pour accoucher sans la souffrance,

    Pour le contrôle des naissances,

    Il a fallu des millénaires.

    Si nous sortons du moyen âge,

    Vos siècles d'infini servage

    Pèsent encore lourd sur la terre.

     

    Le poète a toujours raison

    Qui annonce la floraison

    D'autres amours en son royaume.

    Remets à l'endroit la chanson

    Et déclare avec Aragon :

    La femme est l'avenir de l'homme !

     

    Il faudra réapprendre à vivre,

    Ensemble écrire un nouveau livre,

    Redécouvrir tous les possibles.

    Chaque chose enfin partagée,

    Tout dans le couple va changer

    D'une manière irréversible.

     

    Le poète a toujours raison

    Qui voit plus haut que l'horizon

    Et le futur est son royaume.

    Face aux autres générations,

    Je déclare avec Aragon :

    La femme est l'avenir de l'homme

     



    [1] Facebook : https://www.facebook.com/noustoutesorg

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • En plein crise sanitaire le pouvoir macronien passe en force

    Notre premier ministre Edouard Philippe s'est pointé à l'Assemblée nationale, samedi 29 février 2019, à 19 heures, pour y annoncer la nouvelle du siècle, devant un parterre de parlementaires pour le moins clairsemé. Le gouvernement, en accord avec le président de la République, est dans l'obligation d'utiliser le fameux 49-3 prévu par la Constitution. 

    Lire la suite : http://www.mancalternativa.com/ils-l-ont-fait-a183093892

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     En plein crise sanitaire le pouvoir macronien passe en force

    Notre premier ministre Edouard Philippe s'est pointé à l'Assemblée nationale, samedi 29 février 2019, à 19 heures, pour y annoncer la nouvelle du siècle, devant un parterre de parlementaires pour le moins clairsemé. Le gouvernement, en accord avec le président de la République, est dans l'obligation d'utiliser le fameux 49-3 prévu par la Constitution. La raison ? Faire face à l'obstruction de vilains députés de l'opposition de gauche qui ont eu l'outrecuidance de déposer plus de 60.000 amendements ! C'est l'Hôpital qui se fout de la Charité. Bien évidemment, la contre-réforme de la retraite du pouvoir macronien ne pouvait plus attendre, même à un moment où le coronavirus provoque de vives inquiétudes partout sur la planète. Alors on a été dans l'obligation de passer en force. A noter que la plupart des députés de la majorité n'étaient pas au courant de la venue du premier ministre, ni même les secrétaires d'Etat qui n'étaient pas invités au conseil des ministres du matin ! C'est dire le haut degré d'estime que Macron et ses obligés portent à leurs serviteurs zélés. Que pensent tous ces godillots de l'attitude de leurs chefs? La question méritent d'être posée. Il est vrai que nous vivons dans une démocratie exemplaire.

    Donc, le pouvoir va légiférer par ordonnances et au pas de charge sur un projet dont la nocivité et la dangerosité ne sont plus à démontrer. 

    Rappelons que ce projet de contre-réforme de la retraite est rejeté par la majorité des Français et a fait l'objet, depuis le 5 décembre 2019, de nombreuses et puissantes manifestations à travers le pays, y compris en Corse, de grèves et d'actions multiples. Ce projet liquiderait tout notre système de protection sociale, basé sur la solidarité, s'il était adopté. Avec un seul objectif : puiser dans les caisses de retraite au profit des fonds de pension et des compagnies d'assurances, tant il est vrai qu'une manne de plus de 300 milliards peut faire saliver beaucoup de gens et susciter beaucoup de convoitise. 

    Dans cette affaire d'autoritarisme sans précédent - d'aucuns parlent même de coup d'Etat - il est évident qu'il faille, et plus que jamais, continuer la lutte pour le retrait pur et simple du projet de contre-réforme de la  retraite. Lâcher prise, c'est aller à des lendemains qui déchantent.

    Jean-Antoine Mariani

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le 49-3 est arrivé

     

    Le gouvernement MACRON/PHILIPPE déclenche le 49.3.

    Un pouvoir autoritaire se met en place, la démocratie est en danger.

    Le premier ministre vient d'annoncer qu'il allait utiliser le 49.3 pour faire passer son projet de loi sur les retraites sans aucun vote des député.e.s. Le gouvernement a peur de sa propre majorité. 

    Lire la suite : http://www.mancalternativa.com/le-pouvoir-macronien-passe-en-force-a183084370

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Le 49-3 est arrivé

     

    Le gouvernement MACRON/PHILIPPE déclenche le 49.3.

    Un pouvoir autoritaire se met en place, la démocratie est en danger.

    Le premier ministre vient d'annoncer qu'il allait utiliser le 49.3 pour faire passer son projet de loi sur les retraites sans aucun vote des député.e.s. Le gouvernement a peur de sa propre majorité. 

    Cette décision intervient après plusieurs mois de grèves, rassemblements, manifestations et mobilisations massives. Elle intervient aussi après une bataille parlementaire où des député.e.s de la majorité ont multiplié les provocations, les insultes pour seuls arguments.

    Ce passage en force a été décidé dans un Conseil des ministres réuni en urgence pour discuter de la crise sanitaire actuelle en France. Le gouvernement  s’apprêterait-t-il, dans la foulée, à interdire les rassemblements pour s’opposer à ce qui ressemble à un coup d’Etat? 

    Cela démontre une nouvelle fois que ce gouvernement est capable de tout pour imposer sa régression sociale.

    Inseme a Manca/Ensemble ! appelle à la mobilisation !

    Déjà partout dans le pays des rassemblements spontanés se sont déroulés.  Ces premières réactions doivent être le point de départ de nouvelles mobilisations unitaires.

    Nous appelons à amplifier le mouvement de révolte.

    INSEME A MANCA                       

    Dimanche 1 mars 2020 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Municipales à Ajaccio

    LA CONFUSION

     


    Triste constat : un peu partout en Corse, la campagne des Municipales offre une image affligeante. Fruit d'une hypocrisie aussi lâche qu'électoraliste, la plupart des listes se prétendent en effet "apolitiques".

    Lire la suite : http://www.mancalternativa.com/une-contribution-au-debat-sur-les-municipales-a183007198

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Municipales à Ajaccio

    LA CONFUSION

     


    Triste constat : un peu partout en Corse, la campagne des Municipales offre une image affligeante. Fruit d'une hypocrisie aussi lâche qu'électoraliste, la plupart des listes se prétendent en effet "apolitiques". Alors que le capitalisme, relayé avec zèle par Macron, n'a jamais été aussi destructeur,chacun rivalise de roublardise pour dissimuler son opinion et refuser les"étiquettes". Ainsi se confondent, dans un lamentable marigot, la gauche, la droite, le libéralisme et le nationalisme. Pour les besoins de la cause et par pur opportunisme, on change de casquette selon les circonstances. On se renie sans vergogne, on dissimule et on se mélange. Tout se brouille et s'embrouille. C'est comme si le prétexte d'un enjeu "local" autorisait toutes les compromissions.

    Oubliées, les idées. Bafouées, les valeurs. Tous les coups sont permis.
    Ajaccio n'échappe pas à la règle.Dans un ahurissant embrouillamini, la lutte des places est de rigueur. Sur huit listes en présence, six sont donc sans couleurs, sans odeurs.Tout est dans tout. Les opinions les plus neutres ou les plus contradictoires s'entremêlent pour la circonstance. Priorité aux slogans, aux jolis locaux de campagne et aux parkings ; le reste on s'en fout . La liste d'Etienne Bastelica, pour sa part, se veut de "gauche" tout en alignant dans ses rangs divers libéraux ou socio-libéraux macron-compatibles : une stratégie rassise et mortifère (idem à Bastia), à laquelle INSEME À MANCA a évidemment refusé de se rallier. La liste de Patricia Curcio enfin, qui se veut jusqu'à ce jour "sans appartenance politique" (d'où notre exclusion de fait) se réclame ponctuellement, à présent,de la "gauche radicale", avec une dimension sociale affirmée. Bonne nouvelle, et un espoir pour l'avenir ?
    Pour nous, en tout cas, la clarté politique, le respect des valeurs et le combat anti-capitaliste seront toujours de rigueur, ici et ailleurs.


    Bernard Bouquet

    Google Bookmarks

    votre commentaire