• Tribune de discussion

    Citoyenne Insoumise…pour toujours

    En 2012 mon bulletin de vote se portait sur un programme intitulé « l’Humain d’abord ». Un programme en rupture avec un modèle capitaliste que je vivais comme ravageur et destructeur. L’Humain pouvait alors espérer reprendre sa place.

    La voix des urnes s’était alors portée sur un candidat plus conventionnel, dira-t-on, aux couleurs de la « gauche », espérait-on encore à ce moment-là, qui devait, ceux sont ses propres paroles, s’attaquer dès le lendemain de son élection au monde de la finance (discours du Bourget du 22/01/2012). A des promesses ont succédé des déconvenues et un désastre…Une tromperie. La Gauche votée s’est dissoute, adoptant une politique ultra libérale.

    5 ans se sont écoulés, une situation lourde s’est installée avec de plus en plus de femmes et d’hommes mis au tapis par un seul maitre mot, l’ARGENT et ses ardents serviteurs.

    Une précarité croissante, une pression sociale et environnementale dévastatrice, un individualisme forcené, moins de santé, moins d’éducation, …, le froid aux heures de l’hiver, le mal logement, les factures qui ne cessent d’augmenter, les biens communs qui n’en sont plus…Toujours moins, encore moins et moins encore. Combien de temps encore à subir ces maux fabriqués et instrumentalisés par des nantis qui dans leurs bulles n’ont plus conscience qu’ils sont hommes parmi les hommes. Un monde parallèle.

    Le contexte national s’adosse à un contexte international explosif[1]. De partout la guerre éclate, des enfants, des femmes, des hommes sont les victimes innocentes d’intérêts sonnants et trébuchants, la conquête du pouvoir, la main mise sur les ressources (eau, gaz, pétrole, …) peu importe le prix à payer on ne s’encombre pas de sentiments. Certains avancent le fait qu’il y ait aujourd’hui moins de guerres qu’auparavant, mais elles sont aujourd’hui dispersées, un peu partout et se rapprochent en menaçant tout un chacun. Elles en appellent à la misère pour détruire à l’aveugle en semant la terreur. Elles emprisonnent des peuples, elles érigent des murs, elles anéantissent.

    Alors une seule issue, pour faire face à cette crise de la démocratie qui caractérise ce monde du début du XXIème siècle, réhabiliter la politique. Ce mot « politique », qu’il faut dédiaboliser, et auquel il faut redonner son sens tellement dévoyé aujourd’hui que tout le monde s’en méfie. La politique a un sens noble, elle n’est pas l’apanage de quelques-uns. Elle est l’expression de tous à travers tous les gestes de la vie quotidienne sans distinction.

    La France Insoumise, principale force à Gauche

    C’est la France Insoumise qui dès 2016 a permis la naissance d’un mouvement citoyen d’une ambition et d’une ampleur qui revêt déjà aujourd’hui un caractère historique. Un espace citoyen s’est mis en mouvement autour du programme de Jean Luc Mélenchon. Des réflexions se sont engagées pour répondre aux enjeux de notre temps avec la définition des 4 urgences à affronter. Le mot Urgence est ici bien employé car il caractérise les grandes priorités qui vont très vite s’attacher à l’amélioration du quotidien des gens.

    Les Gens, un mot qui pouvait paraître bien banal il fut un temps mais tellement plein de sens aujourd’hui. Les Gens, un tout, un ensemble, une force… vous et moi, invités à débattre, à s’emparer de l’actualité, à échanger, à partager son expérience pour construire. Une formidable effervescence s’est emparée de la France alors laissant place à l’initiative. Un programme « l’Avenir en commun » construit sur les bases de « l’Humain d’abord » enrichi des contributions et auditions citoyennes.

    Une urgence démocratique avec la 6ème République, la fin de la monarchie présidentielle et l’écriture d’une nouvelle Constitution par les Français, de nouveaux droits comme l’avortement et le droit de mourir dans la dignité ; l’urgence sociale et la création de 3,5 millions de nouveaux emplois avec un salaire minimum immédiatement revalorisé et des remboursements à 100% des soins prescrits : l’urgence climatique, produire et consommer autrement dans le respect d’un environnement dont nous ne sommes que les dépositaires ; la Paix enfin pour retrouver une stabilité.

    Un programme, bien sûr qui ne se résume pas à ces quelques phrases, argumenté, chiffré, accessible à tous dans ses moindres détails. Un programme offrant un accès libre aux citoyen-ne-s pour observations ou amendements.

    Pendant plus d’un an des Insoumises et Insoumis ont fait vivre ses grandes thématiques, alimentant les débats, se les réappropriant régionalement et localement. Une force puissante qui a travaillé, s’est impliquée, s’est intéressée à l’autre.

    Une force puissante qui a vu des jeunes de plus en plus nombreux s’engager, s’organiser, convaincre et devenir la force motrice du mouvement.

    La rue est redevenue un espace publique privilégié, le temps des meetings, le temps des échanges. De la vie a animé l’espace, de l’ambition a habité les femmes et les hommes, de l’espoir enfin pour tous.

    La Force du Peuple

    Jean Luc Mélenchon avec la Force du Peuple a permis aux 7 millions d’électeurs venus glisser le bulletin de l’insoumission dans l’urne de redonner sens à l’intérêt général humain.

    Les 19,6% qu’a obtenus Jean Luc Mélenchon place la France Insoumise comme principale force de Gauche en France. 38 départements où la FI est arrivée en tête au 1er tour, des grandes villes comme Montpellier, Lille, Le Havre, Toulouse, Grenoble, Avignon, Saint Etienne, Marseille, Nîmes, Roubaix, Tourcoing, … des quartiers comme Gennevilliers, La Courneuve, …

    En tant qu’Insoumise, je suis déterminée à faire vivre ce mouvement profondément humaniste. Mon engagement associatif a trouvé là son pendant politique. Tout me parle dans le programme de « l’Avenir en commun ». De citoyenne atterrée[2], il fut un temps, « Atterrée de voir mes attentes piétinées, ma confiance bafouée, mon expression, dans les urnes, volée. », je suis devenue une citoyenne insoumise, une insoumise pour toujours.

    Insoumise parce qu’impliquée, engagée, mon action, ma parole en mouvement échangée et partagée, à l’écoute des autres au service du bien commun.

    C’est une victoire que m’a fait vivre Jean Luc Mélenchon, c’est une victoire partagée avec mes ami-e-s insoumis-e-s de la Corse Insoumise. Une victoire car dès le 24 avril nous nous sommes tous retrouvés, tout le monde était là, et le 25 aussi, et le 26 encore toujours aussi nombreux. Nous ne lâcherons rien.

    Une nouvelle campagne s’installe avec les élections législatives et 451 circonscriptions FI sur 577 pouvant être représentées au second tour. Le programme de « L’Avenir en commun », plus que jamais représenté, avec ses quatre urgences, ses 7 axes programmatiques, ses 357 mesures pour plus de droits.

    La Force du peuple s’installera au lendemain du 18 juin dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. Des députées et députés travailleront aux Jours Heureux.

    En personne libre et consciente, j’assumerai donc mon vote du 2nd tour des élections présidentielles. Aucune voix pour l’extrême droite et pas de vote d’adhésion pour l’extrême finance.

    RESISTANCE

    Pascale Larenaudie

     

    [1] http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/mobilisons-nous-168702

    [2] http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/citoyenne-atterree-151774

     

     Une refondation à gauche   

    Jean Luc Mélenchon réalise ce dimanche 23 avril pour le premier tour de l’élection présidentielle et dans le contexte politique du moment, un très bon résultat avec près de 20% des suffrages exprimés. C’est la première fois depuis 1969 qu’un candidat antilibéral réalise un tel score. Ce résultat représente un véritable espoir et un engagement dynamique  sur le terrain.  Avec plus de 8% par rapport aux élections de 2012 il place ainsi "la France Insoumise" et pour nous en Corse, "la Corse Insoumise", avec plus 4% en position charnière à Gauche. Nous sommes ainsi devenus la principale force d’opposition, et par là-même la principale force de gauche, une Gauche anti capitaliste, anti libérale, celle du 21eme siècle et des jeunes générations s'affirme avec force et détermination. Une refondation de la gauche rendue nécessaire par l’urgence de la situation sociale et les dérives libérales du gouvernement socialiste.

    Pour ce deuxième tour, le candidat de la finance, soutenu par de nombreux élus PS et de la droite est finalement arrivé en tête, aidé et propulsé par un matraquage médiatique sans précédent. Les médias propriété d'une poignée de milliardaires ont valorisé la candidature d'extrême droite pour mieux  rabattre vers le candidat de la finance Macron. Quant au candidat Hamon le deuxième candidat PS, le constat parle de lui-même, il était surtout présent pour siphonner des voix, qui auraient pu se porter sur Jean Luc Mélenchon le seul candidat de Gauche et anti système. De ce point de vue, Hamon  a réussi. Le duel annoncé entre deux candidats libéraux Macron et Le Pen ne permettra pas de changer de politique : Macron, c’est continuer la politique d’austérité et de régression de François Hollande. Pour arriver à ce résultat, le FN, le parti de l’exclusion et de la haine a été valorisé depuis des années pour mieux pouvoir être utilisé comme repoussoir le moment venu afin d’empêcher l’émergence d’une politique de transformation sociale.

    Quoi qu’il en soit et pour la part qui nous revient, la France Insoumise est ainsi devenue la principale force à Gauche, une Gauche de rupture et d'exigence sociale et écologique. Une gauche debout et forte. Les militants engagés et qui n'ont pas compté leur temps peuvent en être fiers.

    Ce résultat obtenu est d'autant plus significatif qu'il a aussi été freiné depuis des mois par les tergiversations du « Front de Gauche », et les positions ambiguës du mouvement "Ensemble" dont nous faisons partie avec Manca Alternativa. Ensemble au plan national, s’est englué dans un débat politique interne empêchant les dynamiques militantes de se déployer avec l’envergure nécessaire  sur le terrain. Nous l’avons vécu, de nombreux militants n’ont pas été impliqués. Pour notre part, c’est dès le début de la campagne des présidentielles, il y a plus d’un an, que nous nous sommes engagés autour de la candidature de JLM et de la France Insoumise.

    Dans cette gauche de transformation sociale, les positions politiques ont été très contrastées. Cela ne date pas d’aujourd’hui. Aux dernières élections régionales déjà en France et aussi dans notre région les forces étaient divisées pour ne pas dire concurrentes sur des listes différentes. Le FDG s’est ainsi montré incapable de relever les défis, de dépasser ses divisions et c’est la France Insoumise qui s’est imposée avec son candidat Jean Luc Mélenchon comme la nouvelle force, la refondation nécessaire de la gauche.

    Nous le savons le Parti communiste a défendu son programme et il  n’était pas dans la campagne de la France Insoumise, de la Corse Insoumise, ce qui est tout à fait son droit. Dans cette campagne, Il a considéré tout en le soutenant, que JLM devait participer à la primaire du Parti Socialiste. Il s’agissait là, d’un point d’achoppement important, car pour nous, cela était impossible, contradictoire avec notre engagement sur le terrain, notre programme l’avenir en commun, nos positions de rupture avec le social-libéralisme et le parti socialiste, parti de gouvernement, et soutien de sa politique. Pour beaucoup d’électeurs et en particulier dans l’électorat populaire, c’est l’absence de lisibilité et de véritable politique progressiste qui a favorisé depuis 30 ans le vote FN, le vote d’exclusion celui qui porte la haine de l’autre et contre lequel nous nous sommes toujours opposés. Le Front National a surtout progressé quand la gauche était au pouvoir et qu’elle tournait le dos à ses engagements progressistes. C’est le cas depuis trop longtemps et le quinquennat Hollande en est la plus parfaite des illustrations.

    Il  ne pouvait donc être question pour la France Insoumise de participer à la primaire socialiste. Le très bon résultat réalisé par Jean Luc Mélenchon  à cette élection traduit ce positionnement, la remobilisation de la jeunesse et d’une partie de ceux qui s’abstenaient. Dans la situation d’aujourd’hui et à la veille de ce second tour, Il est important pour ne pas dire essentiel de construire la nécessaire force démocratique et révolutionnaire pour demain. La refondation de la gauche passe certainement par ce chemin, la clarté sur les engagements.

    Jacques Casamarta

        

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :