• Un jeune qui sent la naphtaline

    La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf

     

     

    Décidément les fables de La Fontaine sont toujours d’une redoutable actualité. En particulier une. Celle intitulée : «  La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ». Comme on le sait, le batracien à force de gonfler, gonfler, finit par éclater.

    C’est ce qui peut arriver rapidement à Emmanuel Macron qui voit sa tête enfler démesurément, grâce  - il faut le souligner – aux encouragements et à l’appui sans réserve de la quasi-totalité des media et par toute une série de sondages très opportuns. Sans oublier – paraît-il – d’une partie de l’opinion classée principalement à droite, au centre et chez certains libéraux dit de gauche !

    Le Rastignac des temps moderne

    Un jeune qui sent la naphtalineNotre ministre de l’économie, alias Rastignac des temps moderne, se voit déjà en haut de l’affiche. Il profite d’une baisse substantielle de la popularité de notre cher président, monsieur « ça va mieux », pour se positionner, comme recours, comme sauveur de la France. Il se présente et est présenté comme un homme neuf, jeune, compétent, brillant, ni de gauche ni de droite, n’appartenant à aucune coterie, ni à aucun parti. L’homme idoine en quelque sorte que les Français, las de la politique politicienne attendent de leurs vœux. Il se permet même de critiquer celui qui l’a fait ministre. Vilaine ingratitude ! « Je ne suis pas son obligé », renchérit-il.  Le rejeton veut prendre le large, même s’il jure encore fidélité au maître. Pharisien, hypocrite, jure-t-on chez certains de ses vieux amis. Le voilà qui monte son mouvement - En marche ! - et suscite parmi son entourage de méchants remous. Le président ne décolère plus. Certain ministre lui suggère de travailler plutôt que de batifoler et de rêver à une hypothétique gloire suprême. Le premier ministre n’en peut plus de lui, parce que lui, Manuel Valls,  n’est plus le chouchou des sondages. Pourtant au départ, notre sauveur devait, avec l’appui du président, amener dans le giron, des voix du centre et de la droite « éclairée », en raison de ses positions dans le domaine économique et aussi parce qu’il a de l’entregent. N’a-t-il pas travaillé chez Rothschild, avant de faire de la politique ? Assurément un bon gage dans le cadre d’un redéploiement vers le centre du pouvoir dit socialiste.

    Un jeune qui sent la naphtaline

    Mais au-delà des éloges, du portrait très touchant du ministre de l’économie, à qui on donnerait le bon Dieu sans confession, se cache, malgré ses 38 ans, un vieux. Un vieux au niveau des idées. Un vieux dans le domaine social et économique. Quelques exemples significatifs. Macron est pour la suppression de l’impôt sur la fortune. Il est contre les 35 heures, pour la contre-réforme du Code du travail, pour plus encore de précarité, plus de flexibilité, pour le travail le dimanche, pour l’ubérisation de l’économie, etc. En fait, Emmanuel Macron n’est que le serviteur zélé du Capital. Il ne tient qu’un discours rétrograde, dont l’objectif – sous couvert de modernité et de jeunesse – est de dynamiter des acquis sociaux obtenus après de très dures luttes sociales et politiques pendant des décennies. L’opération charme qu’il est en train de développer ne relève pas que d’une ambition personnelle. Elle tend – au cas où – à enfumer une partie de la gauche pour mener demain une politique peu différente que celle menée actuellement. On pourrait appeler ça : « changer pour ne rien changer » à l’ordre actuel, à la politique de régression sociale et d’austérité, imposée par les marchés financiers et la Troïka.

    Devenez milliardaires !

    Dernier point sur le personnage. Il nous dit sans rire et plus particulièrement à la jeunesse en désespérance : « Devenez milliardaires » !  Par quel phénomène du saint esprit, un chômeur, un smicard, un salarié du public ou du privé pourraient-ils devenir milliardaires ? Un certain François Guizot disait à peu près la même chose en 1840 : « Enrichissez-vous par le travail et l’épargne ». On a vu ce que cela a donné depuis pour l’immense majorité des salariés.

    Enfin, on ne saurait terminer cet article sans citer le grand courage de notre jeune ambitieux. Paris-Match a consacré plusieurs pages à la famille Macron, avec moultes photos à l’appui. Cette parution a suscité des réactions indignées de la part de certains des collègues et amis politiques de notre ministre de l’économie. Celui-ci a cru devoir s’excuser en jetant la responsabilité sur sa femme. Vraiment lamentable.

     

    Maria Maddalena Lanteri

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :