• Un quinquennat ubuesque!...

    sarkubu2

     

     

    Sarkozy a été le président des riches au début de son mandat et celui des nouveaux pauvres à la fin.

    On sait que notre génie de président va laisser en partant une ardoise de 630 milliards à la FRANCE, en effet durant le quinquennat Sarkozy, la dette publique de la France est passée de 1150 à 1780 milliards d'€, soit 630 milliards d'euros en 5 ans! Record absolu jamais atteint, mais personne ne parle d’une autre bérézina financière du locataire de l'Élysée.

    Un épisode que personne n'évoque jamais qui en dit long sur la nullité économique de Sarkozy : voici les faits.

    Ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Raffarin, en 2004, Nicolas Sarkozy cherche des sous partout et décide de mettre en œuvre avec le gouverneur de la Banque de France une gestion « plus active » des réserves d’or de l’État qui dorment à 30 mètres sous terre. Un matelas encombrant, soi-disant « stérile », qui ne rapporte aucun intérêt et qu’il serait temps de faire fructifier. C’est le raisonnement du Maître de Bercy. Sarkozy vendra 550 tonnes d’or soit un sixième des réserves de l’État. Un beau magot dont la valeur a plus que…triplé depuis. Au cours du lingot d’or aujourd’hui la France a « perdu » 18 milliards d’euros dans cette opération !

    Depuis, la politique dorée de gestion active établie par Sarkozy se poursuit. En 2009, la Banque de France vendait encore 56 tonnes d’or pour 1,3 milliard d’euros. Au total, ce sont là 600 tonnes d’or qui ont été bradées…

    Notre grand visionnaire préconisait un temps le système américain des surprimes qui a conduit des Américains à se sur-endetter et à la crise financière. Il a appauvri la Banque de France en sous-estimant la valeur de refuge qu’est l’or. Aujourd’hui, il ne reconnaît pas sa responsabilité dans les conséquences que la crise entraîne en France. Au contraire, il se pose en protecteur et sa garde prétorienne promet le chaos en cas de défaite d’Ubu-roi à la présidentielle.

    Dans un bel article sur son blog littéraire, Joël Jégouzo écrit : « Voyez Nicolas, écoutez-le, regardez-le : enfant-roi accroché à ses désirs, qui ne se rend même plus compte que seule sa toute puissance momentanée (disposer du pouvoir) permet de le conserver comme être du désir. Petite machine précaire. Limitée. Dont la trahison est le vrai moteur, dont la trahison est l’inconscient même. » 

    Il y a tout de même une affirmation qui est fausse quand on parle de lui. Il est erroné de dire qu’il est seulement le président des riches : regardez un peu tous ces nouveaux pauvres depuis qu'il est président !

     

     

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :