• Une autre Corse est possible

     

    CIMG1940
     
    VIA

    Vouloir, Imaginer, Agir

    Démarche dans la perspective d’un rassemblement de gauche et citoyen pour une transition écologique, économique, sociale et culturelle en Corse

    Une conférence de presse a été organisée par Manca alternativa et Europe Ecologie les Verts, samedi 24 octobre 2015, place Abbatucci, à Ajaccio. Elle a porté sur une autre manière de faire de la politique et sur la nécessité d'avoir un programme alternatif et novateur pour sortir la Corse du clanisme, du clientélisme et d'économie de la rente. Cette conférence était animée par Hélène Sanchez, pour EELV et Jacques pour Manca alternativa. La presse régionale et locale a, pour une fois, relaté correctement l'événement, à l'exception notoire de France3 Via Stella laquelle n'a daigné y accorder que dix secondes et demi. Rappelons que France3 Via Stella relève du service public. L'éthique devrait lui interdire de faire de la discrimination à l'égard de telle ou telle organisation politique. On peut rajouter que l'attitude de la chaîne publique ne fait que renforcer le système en place. On peut le constater quotidiennement en voyant défiler sur ses écrans toujours les mêmes personnages ou leurs obligés. Ceux-là même qui contribuent à enfoncer un peu plus la Corse dans la crise.

    Nous donnons ci-dessous la synthèse de la conférence de presse.

     

    L'enjeu est de construire les fondements d'un renouveau démocratique.

    De donner la capacité aux citoyen-ne-s d'être acteurs et actrices de l'avenir de leur territoire et d’engager leur transition écologique.

    Entre une vision libérale et spéculative, et une vision gestionnaire et conservatrice notre démarche de rassemblement ouvre une voie nouvelle.

    Changer la politique

    Les élections territoriales vont se tenir les 6 et 13 décembre prochains. Dans le contexte actuel caractérisé par les effets néfastesde la politique d’austérité menée par François Hollande et son gouvernement – largement inspirée par le FMI et la haute finance - ces élections revêtiront une dimension nationale. Au-delà de la critique de la gestion de l’assemblée sortante et de l’élection de nouveaux représentants, il s’agira de rejeter cette politique néfaste, y compris et surtout en Corse (haut niveau de chômage, pouvoir d’achat en berne, dégradation des services publics, etc.). Il s’agira aussi de dénoncer le jeu stérile qui s’est développé au cours des dernières assemblées territoriales où les élus étaient plus soucieux de la pulitichella que de se préoccuper de la situation économique et sociale de la Corse, à quelques exceptions près.

     La situation de notre région appelle des solutions innovantes pour aller haut delà des postures dépassées (tout tourisme, bétonnage, spéculation, course à la consommation, gestion calamiteuse des déchets, non adaptation aux bouleversements climatiques).

    Transparence de la vie politique

    Nous nous prononçons pour la transparence de la vie politique. Les élus doivent coopérer loyalement avec toute la population, afin de répondre à ses préoccupations et à ses besoins urgents. Le non cumul des fonctions exécutives dans l'espace et le temps (jamais plus de deux mandats) doit être la règle.

    La transparence et la collégialité à tous les niveaux doivent être recherchées et garanties. Nous déplorons la coupure actuelle entre les notables élus et les citoyens. Nous nous prononçons pour une rupture avec les pratiques d'appareils, de dynastie et de famille... La démocratie participative ne doit pas rester un vain mot et nous prônons qu'aucune décision ne peut être prise de façon solitaire, les commissions de citoyens doivent être convoquées pour examiner les dossiers et préparer les décisions.

    Redonner la parole aux citoyens

    Si l’on refuse de conserver leurs privilèges de carriéristes de la politique ; de reproduire le vieux système basé sur le clientélisme ; de maintenir la grande majorité de la population corse sous dépendance ; en un mot assurer la survie d’un système qui a fait faillite et coûté très cher à la Corse et à la collectivité nationale.

    Si l’on récuse un système qui pérennise l’assistanat et qui empêche toute évolution démocratique de notre île, il faut redonner la parole aux citoyen(e)s, à celles et ceux qui sont victimes de la politique d’austérité, relayée – il faut le souligner - au plan régional par les alliés locaux et autres porte-serviettes du pouvoir dit socialiste.

    La mandature doit commencer par l'organisation de conférences  ambitieuses (adaptation aux changements climatiques, culture et langue ...), pour faire des états des lieux de la Corse.

    Construire un programme coopératif et alternatif

    Notre volonté c’est de proposer un programme alternatif, authentiquement de gauche, pour résoudre les problèmes soulevés. Un projet politique qui articule écologie, économie et société. Plusieurs réunions rassemblant la société civile ont eu déjà lieu pour en écrire les premières bases.

    Nous invitons les citoyens à construire ce programme avec nous lors de nos différentes rencontres. Nous affirmons clairement notre rejet de toute compromission, au premier comme au second tour, et au-delà dans la future assemblée avec les représentants locaux du pouvoir en place, y compris pour sauvegarder quelques strapontins.

    Nous le réaffirmons pleinement. On ne peut pas contester la politique nationale, critiquer la droite et dans le même temps rechercher des alliances, au plan régional, avec ceux-là même qui cautionnent et relaient sans rechigner ces politiques.

    Rompre avec la logique du profit

    La crise de civilisation qui touche tous les domaines engendre des inégalités de revenus et le niveau des grandes fortunes est indécent. La corruption de trop nombreux élus et les collusions avec les entreprises dans tous les pays en France comme en Corse sont devenues intolérables.

    Nos propositions s'appuient sur un développement social, économique écologique et culturel, rompant avec la logique actuelle basée sur le profit et la spéculation financière.

    Nous sommes pour la création d’emplois de qualité, utiles pour le développement de l’économie sociale et solidaire et des biens communs, contre l’économie de la rente et du tout tourisme.

    Nous sommes pour la transition écologique, pour la protection de l’environnement, pour le développement de l’agriculture biologique et l'agroforesterie, la protection des terres agricoles et l’exploitation maîtrisée de la forêt, pour les économies d’énergie et l’utilisation des énergies nouvelles et  comme le préconise l’ADEME pour sortir des énergies fossiles d'ici 2050, pour le développement culturel, pour le développement de toutes les productions identitaires et contre la spéculation foncière et immobilière.

    Un régime fiscal particulier doit voit le jour avec une fiscalité dissuasive pour la spéculation, environnementale pour modifier les comportements, incitative pour favoriser les circuits courts et le bonnes pratiques économiques.

    Un tourisme équitable et durable doit être encouragé. Nous sommes pour le strict respect des lois de l’urbanisme, telles la loi sur le littoral et la loi montagne et la préservation sans exception du patrimoine côtier et des espaces remarquables.  Le Conservatoire du littoral doit être conforté dans sa  politique d’acquisition et d’aménagement. Nous sommes pour une gestion publique de l’eau et pour une compagnie maritime publique. La gratuité dans  les transports urbains et interurbains doit être un objectif et   l'inter-modalité doit être développée.

    Nous favoriserons le développement des monnaies locales partout où le besoin s'exprimera.

    Nous nous prononçons pour la promotion de la langue corse et le plurilinguisme, la valorisation de notre patrimoine par une politique publique de la culture impulsée dans tous les pays et assurée par une contractualisation pluriannuelle avec la Collectivité territoriale de Corse.

     Nous rejetons avec force toute forme de xénophobie, de racisme et d’antisémitisme. Nous nous engageons à lutter contre toutes les violences, en particulier celle faite aux pauvres, aux femmes, aux réfugiés et autres migrants, celle des armes et des mafie.

    La Corse a besoin d'un développement global et durable rompant avec la logique actuelle pour donner de meilleures perspectives à sa jeunesse. La Corse peut devenir une  région responsable prenant des décisions capitales pour la préservation de son territoire, la santé dès ses habitants, et des générations futures.

    Une autre Corse est possible

    Una Corsica di sulidarità è di fratellanza

    Femula inseme

     

    Ce qu'en dit la presse :

    Corse net infos

    Corse-Matin

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :