• Voyage au cœur d’une usine en lutte...

    fralib

    Nous sommes allés à la rencontre des salariés de Fralib à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône. Une entreprise qui conditionne les thés. Nous avons trouvé des gens sereins, plein de conviction et de détermination et jamais résignés. Pourtant leur patron, Unilever, grande multinationale anglo-néerlandaise, avait décidé sans état d’âme de les liquider comme des malpropres, il y a maintenant plus de 470 jours. Avec à la clé, une sentence sans appel : la fermeture de l’entreprise et la délocalisation des productions en Pologne. Rentabilité financière oblige. Unilever, c’est 167000 salariés à travers la planète, 44,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010, dont 2,3 milliards d’euros en France. Bénéfice, toujours pour la même année : 4,6 milliards d’euros. C’est aussi de nombreuses marques : Alsa, Amora, Carte d’or, Miko, Thé Eléphant, Maille, Skip, Omo- lave plus blanc que blanc, comme disait Coluche -  Persil, Sun, Dove, Axe, Signal, etc. Les Fralib ont réagi sainement et relevé le défi. Pour eux, pas question de se contenter de prendre les indemnités proposées par la direction, d'aller grossir le rang des chômeurs et de perdre leur dignité. Dès le lendemain de l’annonce de la fermeture de l’usine ils se sont organisés avec leurs syndicats Cgt et Cgc, non seulement pour s’indigner, mais aussi et surtout pour résister. Résister aux délocalisations et à la casse de l’outil de production en France.

    Une solution alternative

    Depuis ils luttent sans discontinuité, avec persévérance, curaggiu. Désormais leur action change de braquet. Ils viennent de décider de passer à la deuxième phase. Celle de proposer une solution alternative pour la remise en marche de leur usine et de développer de nouveaux produits, entre autres, en recherchant  des collaborations régionales. Ils bénéficient d’un soutien actif y compris de différentes collectivités territoriales dont le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur. A propos de ce dernier, il faut noter le vote en leur faveur de la grande majorité des élus. Même la droite traditionnelle s’est prononcée pour. Toutefois, il y a eu une exception notable. Les élus du Front national se sont réfugiés dans une splendide abstention. Rappelons que le papa de la blanche colombe qui n’aime pas les étrangers, siège parmi eux. Que dire de cette attitude courageuse d’un parti qui vient tout récemment de  se trouver des vertus prolétariennes. Ne se présente-t-il pas  haut et fort comme le meilleur défenseur des petites gens et des ouvriers ? Les intéressés pourront apprécier.

    Lors de notre rencontre avec les Fralib nous avons tourné quelques vidéos que nous mettons en ligne sur Manca alternativa. 

     

     

     

     

     

    Proposition alternative

    des salariés FRALIB

    en cliquant ci-dessous:

     pour la sauvegarde de l'outil industriel

     

     

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :