• Haro médiatique sur Mélenchon !

    Les enfumages médiatiques s’intensifient… Mépris pour le Front de gauche... Haro sur Mélenchon!

    Caramba! C'est raté!...

    Les manipulations médiatiques s’intensifient. D’abord dans  le cadre des élections départementales.  Pour exemple, le JT du soir de la 2ème chaîne, sous la houlette de David Pujadas, s’attarde sur une série de sondages qui ne concernent que trois partis : l’UMP, le PS et le FN. Les autres partis sont négligés sans doute pour faire apparaître le FN comme la seule force d’opposition à l’UMPS. 

    caramba_ratéEt puis le Monde fait la promotion d’un ouvrage écrit par deux de ses journalistes (Ariane Chemin et Vanessa Schneider) sur le personnage controversé de Patrick Buisson. Le sujet est repris par toute la presse. Curieusement, les unes mettent en avant  le rôle de conseiller qu’aurait joué cette éminence grise d’extrême-droite auprès de Jean-Luc Mélenchon. L’enfumage est énorme et grotesque. On comprend vite l’intérêt de braquer les projecteurs contre le candidat Front de gauche aux dernières présidentielles. A travers lui, c’est le Front de gauche que l’on veut atteindre.  Par ailleurs, cette annonce, avec tambours et trompettes, voudrait faire oublier que Patrick Buisson était le conseiller officiel du Président Nicolas Sarkozy. Nous regardions un débat organisé sur le livre polémique par la chaîne  Itv aujourd’hui à 12h30 et, pendant tout le temps de ce débat, le sous-titre est resté le même : « Patrick Buisson, conseiller de Jean-Luc Mélenchon ? » Voilà une façon subliminale de noyer le poisson et de s’écarter du sujet du livre: la personnalité d’un homme qui menace d’apporter de nouvelles révélations sur Nicolas Sarkozy, son ancien employeur. Qui tiendra compte du point d’interrogation ? D’ailleurs les commentaires sont  hypocrites et  à charge. Les commentaires pointent Jean-Luc Mélenchon. Sarkozy en devient un personnage secondaire.

    Le journal en ligne RUE89 n’a pas hurlé avec les loups pour faire haro sur Jean-Luc Mélenchon. Daniel Schneidermann y a publié un article intitulé : « Une amitié Mélenchon-Buisson : Miam ! » Un titre humoristique qui s’adresse à tous les « mélenchonphages », toujours prêts à faire Miam ! Miam ! Le journaliste écrit : « L’occasion de coincer Mélenchon ? Mélenchon-Buisson. Odeur de soufre, amitiés dangereuses, anguille sous roche. La bonne affaire ! A peine publiées les bonnes feuilles dans Le Monde, Jean Quatremer, l’homme qui détecte les rouges-bruns au microscope, tweetait avec frénésie sur les délicieuses révélations. L’occasion est si belle, on aurait tort de se gêner. Depuis le temps qu’on tente de le coincer, le Mélenchon, en lui collant des procès en antisémitisme qui s’effondrent tous les uns après les autres, on ne va pas bouder son plaisir ».

    Patrick Cohen a déroulé le tapis rouge aux auteures du livre. Qui s’en étonnera de celui qui a déchiré sa carte de journaliste parce qu’on ne la lui renouvelait pas assez vite. Finalement la méritait-il ? Il fait partie des « mélenchonphages » des médias et de la doxa libérale. Les affamés diffamateurs  ne renoncent jamais, même s’ils se sont souvent cassé les dents, notamment lorsqu’ils ont proféré des accusations d’antisémitisme contre Mélenchon.  

    La ficelle est trop grosse. On ne pourra tout de même pas dire que Mélenchon a reçu la francisque et qu’il était l’ami de Bousquet.  Le journaliste de RUE89 n’est pas dupe comme, nous l’espérons, la plupart des gens de bonne foi. Il conclue son article ainsi : « Les amitiés sont une chose, les paroles et les décisions politiques en sont une autre. A supposer que Mélenchon et l’infâme Buisson trouvent de temps en temps plaisir à bavarder ensemble, quelles en sont les conséquences dans l’action publique de Mélenchon ? Quelle trace de racisme ? Quelle trace d’antisémitisme ? Certes, quelques déclarations surprenantes de temps en temps, comme, récemment, cet ébouriffant éloge de la « cohérence » de Sarkozy. C’est mince. Caramba[1], encore raté ! »

    Même si Jean-Luc Mélenchon est l’un des porte-parole du Front de gauche et ne représente pas à lui tout seul le Front de gauche. C’est le plus médiatisé car, à travers lui, on vise le Front de gauche. Le jeu habituel est d’essayer de lui faire perdre son sang froid mais, depuis le temps qu’on la lui fait, il a acquis une grande expérience et sait faire preuve de patience. En période d’élections, et c’est le cas actuellement pour les départementales, de nombreuses tribunes sont données au Front national qui, par la voix de Marine Le Pen, a le culot de se plaindre auprès du CSA comme si ce n’est jamais suffisant. Le Front de gauche se réjouirait de bénéficier du même traitement.

    Le Front de gauche présente plus de 1200 binômes aux élections présidentielles et la plupart des candidats se voient ignorés des médias locaux et nationaux, qui, tous les jours, parlent de l’UMP, du FN et du PS. Le Front de gauche est ignoré d’un côté et de l’autre Jean-Luc Mélenchon est attaqué dans des campagnes manipulant l’information avec une stratégie de diabolisation.

    Malgré cela, le Front de gauche sera présent sur le terrain à chaque élection avec un programme et des propositions qui iront toujours dans le même sens, celui de la justice sociale. La presse du système ne pourra pas indéfiniment tromper les électeurs par des campagnes de dénigrement et le mépris montré aux autres partis que ceux de la doxa libérale et de son allié le Front national. Tous sont prêts à faire le lit d’un parti dont l’idéologie n’est un secret pour personne et qui ramène tous les problèmes économiques et sociaux à des mesures xénophobes et au concept de « français de souche » qui a remplacé celui de « race arienne ».

    Nous ne pouvons que le dire et le redire : l’abstention n’est pas la solution lorsqu’une démocratie dépend du droit de vote – le vote Front national est un vote stérile et dangereux pour la démocratie, le vivre-ensemble et l’avenir économique de la France – Le PS n’a fait que poursuivre la politique économique et sociale de la droite dont on connaît le bilan catastrophique  – La seule alternative politique est représentée par le Front de gauche qui veut mettre fin à l’austérité imposée par la Troïka dont on a vu les dégâts causés à la Grèce.

    Faites le choix d’un avenir solidaire ! Alors, pour construire cet avenir, vous avez un geste à faire : déposer un bulletin de vote dans une urne électorale sans vous tromper dans votre choix qui doit être celui de l’intérêt général dont dépend le sort de chacun de nous, donc le votre et celui de vos enfants.

    Pidone



    [1] Interjection qui est un euphémisme de carajo (« bite, vît, membre viril »), marquant la surprise, l’étonnement, le dégoût. On peut aussi la remplacer par «  Dis donc ! Mince alors ! » ou plus court : « Oh ! »

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :