• « Le monde ne sera sauvé que par des insoumis ! », tel est le titre d’une émission passée sur France-culture le 09.12.2016, titre faisant référence à une citation d’André Gide.

    Le monde sera sauvé par les insoumis

    Le monde sera sauvé par les insoumis

     

    La Corse insoumise

    Comment transformer la critique de ce monde devenu inacceptable en acte ? C'est le questionnement qui nourrissait l'intranquillité de l'écrivain Dionys Mascolo, homme d’engagements aux côtés de Marguerite Duras, Maurice Blanchot ou André Breton. Désormais, comment survit cet esprit d'insoumission ? Alors que l'on parle du désengagement des intellectuels, que nous raconte la mobilisation des nouveaux mouvements démocratiques, celles des collectifs et des réseaux sociaux ? Et s'ils incarnaient aujourd'hui "l'esprit qui dit non" ? L’esprit d’insoumission, hier et aujourd’hui, Une rencontre enregistrée en mai 2016, avec Edgar Morin (sociologue et philosophe), Leyla Dakhli (spécialiste de l'histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain), Dominique Cardon (sociologue et professeur associé à l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée) et Gisèle Sapiro (directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales).



    L'esprit d'insoumission : hier, aujourd'hui par Bpi_Centre_Pompidou

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Souvenirs d'un révolutionnaireDans son livre "Souvenirs d'un révolutionnaire", Gustave Lefrançais n'a pas prétendu faire oeuvre d'historien. Il voulait simplement expliquer aux générations futures comment s'était formée sa conscience en prenant part "aux efforts communs pour hâter la délivrance". 

    Ce livre délivre un témoignage. Il est aussi pédagogique par les temps qui courent. Il a été réédité par les éditions La Fabrique. L'éditeur le présente ainsi: "Jeune instituteur sur les barricades en juin 1848, premier président élu de la Commune de Paris en mars 1871, la trajectoire révolutionnaire de Lefrançais est fulgurante. Dans ces Souvenirs, on le suit de prisons en exils, de meetings en batailles sanglantes, on participe à ses enthousiasmes, à ses détestations. Souvent drôle, toujours modeste, toujours clairvoyant, Lefrançais est un étonnant mémorialiste. Communiste, il n’a que mépris pour les socialistes à la Louis Blanc. Libertaire, il fait partie de la minorité de la Commune, opposée aux tendances autoritaires d’une majorité jacobine-blanquiste. Élu député du IVe arrondissement, il manque démissionner (« Je ne reconnaîtrai jamais aucune validité au suffrage universel, tant qu’il se manifestera au moyen d’un scrutin secret »). Lefrançais est notre ami, notre contemporain. Comme l’écrit Daniel Bensaïd dans sa présentation, « On est à mille lieux de la République prêtre, de la République pionne, de la République d’ordre, disciplinaire et inégalitaire ; à mille lieux d’une gauche servile aux possédants, de ses reniements et de ses renégations ; de ses révérences et de ses génuflexions. Avec Lefrançais, on est en bonne compagnie. »

    Dans l'édition du Canard enchaîne du 11 décembre 2013, Igor Capel lui a consacré un article sous le tire "Vive la Sociale!"

    Souvenirs d'un révolutionnaire

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • huma_logo

    La fête de l’Huma, trois jours de débats, de concerts et de rencontres conviviales, notamment au village du livre (Halle Nina Simone). Sous la halle Nina-Simone, on aime s’y retrouver depuis trois ans pour y humer l’air vivifiant de la liberté d’expression et de création, et encore s’oxygéner l’esprit grâce à la confrontation des idées. A l’espace dédicace-auteurs et grâce à la librairie-géante, on y respire à plein poumon, et avec du cœur, en dialoguant en direct avec les auteurs de la rentrée littéraire, des premiers romans, des polars, de la bande dessinée et du livre jeunesse dans tous ses états.

    Auteurs des éditions Ancre latine et Corsicapolar, Jean-Pierre Orsi et Jean-Paul Ceccaldi y participeront. Ils vous expliqueront comment, grâce au polar,  ils abordent  les problèmes de leurs régions, la vie des hommes et des femmes qui les habitent.

    Dans une anthologie présentée par Roger Martin, on peut lire au sujet du genre policier comme étant universel :  Cette universalité - société, police, crime, nature humaine -permet d’avancer que le genre policier, qu’il soit français, anglais, espagnol, russe ou japonais, s’abreuve à des sources communes, auxquelles bien entendu, il convient d’ajouter celles propre au génie et à l’histoire de chaque peuple. C’est valable pour les auteurs bretons, catalans... ou corses.

    Bienvenue à tous les amis et passionnés de la littérature policière.

    Benvinuta a tutti amichi è appassiunati di a littaratura pulizziesca.

    huma1
    CLIQUER SUR LES IMAGES POUR AGRANDIR
    huma3
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • chorale_perapace
     

    La Chorale  “Stiv Naumov” de Bitola en représentation en Corse

     

    Pour la 4ème fois, après 2004,  2006 et 2013 Lujbomir Trifunovski  le chef de la chorale Slave Stiv Naumov de Bitola en Macédoine, se rendra en Corse, avec cette fois ci un ensemble vocal constitué d’une trentaine de jeunes filles. Ils seront dans l’Ile à l’invitation de l’association Per a Pace, Pour la Paix du 21 au 26  juin 2015.

    Cet ensemble vocal macédonien, de renommée internationale aujourd’hui, et qui a récemment fêté ses 70 ans d’existence et de présence culturelle, aura permis à de nombreuses générations de pratiquer cet art. Elle aura aussi permis de faire connaitre la ville de Bitola qui se trouve au sud du pays, à quelques kilomètres de la Grèce voisine et quelques encablures de l’Albanie. Très fortement marquée par la culture Slave, mais aussi méditerranéenne et universelle, elle prône la culture de la Paix et de la solidarité, dans une ouverture sur le monde.

    A trois reprises déjà, le public Corse a pu apprécier et écouter ces chants slaves des Balkans. Il a pu  apprécier l’harmonie et la précision des voix qui, tournées vers leur maître, ont captivé l’attention jusqu’à en oublier le temps. A chaque fois que cette chorale s’est produite en Corse l’émotion et le partage ont été au rendez-vous, le temps de ces soirées hors des frontières.

    La venue en Corse de la chorale Stiv Naumov est le résultat d’une rencontre, entre des trajectoires de femmes et d’hommes investis dans l’action culturelle, la paix  et la solidarité. Cet échange qui se renouvèle, renforce les liens d’amitiés qui existent depuis près de vingt-cinq ans entre la Corse et les Balkans à travers des actions culturelles et de solidarité.

    Ces concerts seront placé sous le signe de la solidarité, mais aussi de la mémoire avec les expositions réalisées par  Per a Pace et qui ont obtenus le label « centenaire » de la première guerre mondiale. 

    C’est dans la ville de Bitola, d’où sont originaires les membres de la chorale que dans le cimetière militaire Français des dizaines de soldats Corses sont  inhumés. L’exposition qui a été inaugurée en Corse en novembre 2014, a aussi été présentée dans les Balkans en Serbie et en Macédoine. Cette exposition, sur les traces de l’Armée d’Orient est un regard sur la Corse et les Balkans, à travers la première guerre mondiale, ellerappelle la présence de nombreux corses sur le front des Balkans.

    La chorale se produira :  à Ajacciole 22 juin,

    à Marignanale 24 juin

    au camping les Oliviers à Porto le 25 juin.

    perapace
    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique