• LES CITOYENS EN ATTENTE DE SOLUTIONS CONCRÈTES

    Communiqué d’Inseme à Manca

    Nous tenions à remercier les électeurs qui nous ont témoigné leur confiance ce 12 juin 2022, manifestant ainsi leur volonté de changement. Cette campagne a été riche de rencontres et en échanges, notre détermination à œuvrer pour l’avenir de la Corse et du pays demeure intacte.

    Les résultats nationaux montrent que lorsque la gauche est unie, elle est en mesure d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale et de changer la vie des gens. Lorsqu’elle est divisée, comme en Corse, elle ne mobilise pas et affiche les scores obtenus.

    Inseme à manca/Ensemble ! a recherché le rassemblement en proposant aux formations de gauche la seule candidature de Dylan CHAMPEAU dans la 2ème circonscription de Corse-du-Sud, et en souhaitant apporter son soutien aux candidats unitaires dans les autres circonscriptions. Nous heurtant à la volonté du Parti Communiste Français de présenter 4 candidats et à l’inertie des autres formations politiques, nous sommes allés au bout de la démarche que nous proposions en présentant la candidature d’un binôme paritaire : Dylan CHAMPEAU et Catherine LAURENTI.

    L’abstention, rimant tristement avec désespoir, réalise une nouvelle fois le meilleur score, trouvant son ancrage dans l’échec des politiques menées depuis des décennies tant en Corse qu’à l’échelle nationale. Elle est également le fruit de l’incapacité de la gauche à tirer les enseignements nécessaires et se rassembler pour mobiliser un électorat qui demeure dans l’attente de solutions concrètes.

    Dimanche prochain, nous souhaitons l’avènement d’une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale, en conséquence aucune voix ne doit se reporter sur les candidats d’Emmanuel Macron ou d’Horizon. N’étant propriétaires d’aucun bulletin de vote il ne nous appartient pas de donner quelconque consigne de vote. Il incombe à chacun de faire le choix que sa conscience lui dicte en vue du deuxième tour de l’élection législative dans la 2ème circonscription de Corse-du-Sud.

    Pour espérer des lendemains meilleurs, pour sortir la Corse de l’immobilisme et pour être à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux de notre temps, il est nécessaire de proposer, ensemble, une autre politique. La gauche en Corse est à reconstruire, rompant définitivement avec le clanisme et recherchant enfin les voies du rassemblement dans la clarté et pour l’intérêt général.

    Dylan CHAMPEAU, Catherine LAURENTI

    et l’équipe de campagne d’Inseme à Manca/Ensemble !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’ABSTENTION RIME TRISTEMENT AVEC DÉSESPÉRANCE

    Dylan CHAMPEAU et Catherine LAURENTI tiennent à remercier les électeurs qui leur ont fait confiance ce 12 juin 2022 lors de l’élection législative dans la deuxième circonscription de la Corse du Sud.

    Dylan Champeau

    Cette campagne a été riche en rencontres et en échanges, notre détermination à lutter contre toutes les inégalités demeure intacte. Les résultats nationaux ont montré qu’unie, la gauche est en mesure de changer nos vies en aspirant à une majorité à l’Assemblée nationale. Lorsque la gauche est divisée comme c’est le cas en Corse, elle ne mobilise pas et affiche les scores obtenus.
    Nous allons donc continuer à œuvrer pour que ce rassemblement soit possible en Corse. Pour changer la vie des gens, pour combattre les politiques du gouvernement et de la Collectivité de Corse, qui ne profitent qu’à quelques-uns.

    Un grand merci, également, aux militants « d’Inseme a manca » qui n’ont compté ni leur temps, ni leur énergie, pour nous accompagner dans cette aventure.
    Cette formation locale que nous représentions dans la deuxième circonscription de Corse-du-Sud, obtient 4,08% et plus de 1000 suffrages exprimés au terme de ce premier tour des élections législatives.

    Il ressort plusieurs enseignements de ce scrutin.

    D’abord, bien qu’étant partie prenante de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale à l’échelle nationale par son attachement à « Ensemble ! », Inseme a Manca n’a pas su être identifiée comme telle. Elle réalise néanmoins un score quasi identique aux formations historiques de gauche dans l’île.

    Les scores obtenus par les candidats de la gauche en Corse sont le fruit des divisions, lesquelles sont d’autant plus regrettables que nous avions cherché à créer les conditions du rassemblement en proposant des candidatures unitaires aux autres formations politiques de gauche, que, soit dit en passant, nous n’avons jamais chercher à discréditer durant cette campagne tant le projet d’Emmanuel Macron est une nouvelle fois destructeur pour le pays.

    L’abstention, rimant tristement avec désespérance, réalise le meilleur score, trouvant son ancrage dans l’échec des politiques menées depuis des décennies tant en Corse qu’à l’échelle nationale. Elle est également le fruit de l’incapacité de la gauche à se rassembler pour mobiliser un électorat qui demeure dans l’attente de solutions concrètes s’agissant de la cherté de la vie, du pouvoir d’achat, des retraites ou du prix des loyers.

    Nous avons réalisé une campagne populaire, qui fut riche en rencontres et en échanges, mais qui nous fait surtout prendre conscience de l’urgence qu’il y’a à reconstruire une gauche qui soit en mesure de peser pour inventer un avenir meilleur, pour transformer fondamentalement cette société.
    Il appartiendra à chaque formation de faire son autocritique, comme nous le faisons, car il s’agit de la condition sine qua non du rassemblement que nous appelons de nos vœux.

    Pour espérer des lendemains meilleurs, pour sortir la Corse de l’immobilisme et pour être à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux de notre temps, il est nécessaire de proposer, ensemble, une autre politique. Une politique qui porte l’intérêt général, une politique qui s’inscrive en rupture avec libéralisme économique qui dirige et détruit tout, une politique qui mette au cœur de son projet les questions sociales, environnementales et de démocratie.

    L’espoir peut renaître en Corse, il n’existe aucune fatalité au rassemblement des forces de gauche, à nous d’en créer les conditions.

    Dylan CHAMPEAU et Catherine LAURENTI

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • UNE BELLE ET DYNAMIQUE CAMPAGNE AVEC DYLAN CHAMPEAU

    Quelle belle campagne, la dernière ligne droite pour changer de politique avec Dylan Champeau et Catherine Laurenti. AVANTI POPULU ! Pour une nouvelle majorité populaire, un vote utile pour le changement. Un vote utile pour changer nos vie. Un vote utile pour une politique sociale et écologique.

    L’urgence sociale, l’urgence démocratique, l’urgence écologique, l’urgence citoyenne appellent un vote de rupture avec les politique autoritaires et réactionnaires de Macron. Ce vote doit se manifester dans cette circonscription pour un vote d’espoir avec Dylan Champeau.

     

    Le temps de la campagne électorale le prix du carburant est passé de 1,85€ à 2,19€ par litre, plus que jamais la proposition de blocage des prix pour les ramener à de plus justes proportions est nécessaire. Le pays peut avoir une nouvelle majorité au soir du 19 juin prochain, une majorité populaire écologique et sociale, en Corse aussi nous pouvons élire des députés populaires. Dès le 12 juin, ce dimanche, votons AVANTI POPULU pour changer nos vies.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    DERNIÈRE LIGNE DROITE

    AVANTI POPULU !

    La campagne des élections législatives s’achève dans quelques jours. Bien que très prenante elle a été très dynamique et très enrichissante. Dylan Champeau et Catherine Laurenti ont su porter le programme d’Inseme A Manca. Un programme pour une justice sociale, solidaire et écologique. Un programme à gauche.

    Nous aurions souhaité un accord avec les autres formations de la gauche. Notre mouvement Ensemble ! est partie prenante de la NUPES au plan national, et ses militants sont engagés déjà de longues dates, pour œuvrer au rassemblement de la gauche. C’est la raison qui a amené notre mouvement à ne proposer qu’une candidature sur les 4 circonscriptions de la Corse pour soutenir dans les 3 autres des candidatures de rassemblement. Malheureusement cette démarche n’a pas été prise en compte par les autres formations de la gauche.
    En ce qui nous concerne nous sommes restés cohérents avec notre position de principe et c’est ainsi que Dylan Champeau et Catherine Laurenti, candidats pour le rassemblement de la gauche, accompagnés par les militants se sont adressés aux habitant(e)s des quartiers d’Ajaccio (Salines, Pietralba, Finosello, Mandarina,…), de Propriano (La Paratella), de Porto Vecchio (Pifano), de Bonifacio et des villages alentours.

    Nombreuses et nombreux sont ceux qui n’ont pas hésité à descendre de chez eux pour venir échanger avec nos candidats. Les préoccupations sont nombreuses et majeures, l’inquiétude vive. Le résultat de cette élection sera positif, Il nous encouragera certainement à aller plus loin pour une gauche refondée, sociale, solidaire et écologique, une gauche claire dans ses intentions de rupture avec les politiques réactionnaires et autoritaires de la droite et de Macron. 

    Les candidats tiendront Réunion Publique, Jeudi 9 juin – place Jean Casile – quartier des Salines dès 19h00.
    Dylan Champeau ainsi que des militant(e)s associatifs et politiques prendront la parole. 
    La population est invitée à participer à cette manifestation qui sera l’occasion en cette fin de campagne d’apporter des précisions sur le programme et le contenu des propositions pour ouvrir une perspective avec une nouvelle majorité populaire à l’Assemblée nationale.

    En avant pour l’augmentation du SMIC et des salaires.

    En avant pour la retraite à 60 ans.

    En avant pour le blocage des prix sur l’essence et les produits de première nécéssité.

    En avant …

    Cette réunion sera suivie par un moment convivial autour d’un apéritif musical.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    POUR UNE GAUCHE REFONDÉE SUR SES VALEURS.

    C’est la dernière ligne droite, Dylan Champeau et Catherine Laurenti, candidats d’Inseme à Manca, Ensemble! dans la deuxième circonscription de la Corse du Sud, seront, accompagnés de militant(e)s, ce lundi 6 juin à Propriano où ils prendront la parole dans le quartier de La Paratella. Mardi et mercredi ils iront de nouveau à la rencontre des habitants des quartiers de Pietralba, des Salines, d’Aspretto, de Candia, du Finosello, de la Sposata, de Bodiccione, de la Madarina à Ajaccio…

    Reunion Ocana

    Jeudi ils seront sur la place Jean Casile pour une soirée conviviale et festive. Ce sera l’occasion d’un échange entre candidats, habitants et militants.

    Ce samedi ils étaient à Bonifacio où ils ont été reçus par Jean Charles Orsucci, maire de la commune, et des habitants de la localité. Un échange fort intéressant a permis aux candidats d’exprimer leur point de vue sur de nombreux sujets sociaux et environnementaux. Les candidats s’inscrivent dans la nouvelle majorité populaire qui devrait voir le jour à l’Assemblée nationale si l’on veut voir triompher une politique sociale pour le pays. Augmentation du SMIC à 1500 euros, retraite à 60 ans, blocage des prix de première nécessité sont entre autres les mesures immédiates que cette nouvelle majorité demain, devra prendre.

    A Porto Vecchio, ils se sont rendus dans le quartier HLM de Pifano à la rencontre des populations qui vivent des situations difficiles. La précarité est bien souvent le sort de beaucoup, aggravée par un sentiment d’abandon, de manque de considération avec notamment une absence d’entretien des immeubles et des parties communes.

    Dylan Champeau et les militants présents ont pris la parole pour développer les propositions d’Inseme à Manca en matière d’emplois, de salaires, de logements, de santé et d’éducation.

    Le rassemblement des citoyens qui veulent le changement doit se concrétiser avec le vote en faveur de Dylan Champeau. L’opportunité de voir une gauche refondée sur ses valeurs de justice sociale et de paix est à notre portée.

    Le lien pour la vidéo réalisée par Jean Baptiste dans les quartiers d’Ajaccio

    https://drive.google.com/file/d/1T9U5-PVE6q2VSvBo_MYgS1nxUNK44iXp/view?usp=drivesdk

    Le lien pour écouter Dylan Champeau sur Alta Frequenza

    https://www.alta-frequenza.corsica/podcast/u_sguardu/legislatives_2022_dylan_champeau_inseme_a_manca_candidat_dans_la_seconde_circonscription_de_corse_du_sud_111571

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    CINQ QUESTIONS À DYLAN CHAMPEAU

    Sous la bannière de Inseme à Manca, Dylan Champeau, le benjamin de cette élection, entend réunir les suffrages de gauche, même s’il n’a pas réussi à obtenir un accord auprès des autres partis pour une candidature unique de sa famille politique. Dylan Champeau n’a que 23 ans, mais il n’est pas un nouveau venu en politique. L’étudiant en droit, qui se destine à une carrière d’avocat, a baigné dans les idées de gauche depuis son plus jeune âge. Et en 2017, à 18 ans à peine, il avait déjà été candidat aux législatives, sous la bannière de La “Corse Insoumise”, et avait réuni 4,72 % des suffrages. Nous reproduisons sur le site d’Inseme a Manca les cinq questions posées à Dylan et retranscrites par Sébastien Bonifay Via Stella.

    Qu’est ce qui a motivé votre candidature ?
    La nécessité d’imposer une autre politique à Emmanuel Macron. Toute une partie de la population est en attente de vraies propositions de gauche pour faire face à l’inflation, à la situation sociale du pays. Mais je pense qu’il est également urgent de sortir de l’immobilisme en Corse. L’île a terriblement besoin de faire entendre sa voix à Paris, il faut que des mesures concrètes soient prises pour répondre à la situation de l’île. Et de mon point de vue, rien n’a été fait durant cinq ans. Je pense avoir le programme le plus adapté pour changer les choses. 

    Dylan Champeau

    Aujourd’hui, la Corse est la proie d’une économie basée intégralement sur le tourisme et le BTP. Je crois qu’il est temps d’ouvrir des perspectives d’avenir.

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/iq2lwnTahq0s5c5D44zGrK4qU-g/930×620//filters:format

    Si vous êtes élu, quelles seront vos principales actions en faveur de votre circonscription en tant que député ?  
    Une priorité me semble être la lutte contre la spéculation immobilière, et contre l’économie de la rente. Je veux que les jeunes puissent accéder à la propriété, qu’ils puissent se loger dignement… Il faudra donc s’attaquer à la spéculation immobilière. 
    En parallèle, il faut ouvrir de nouvelles perspectives pour la circonscription, et au-delà, pour toute l’île. 
    Aujourd’hui, la Corse est la proie d’une économie basée intégralement sur le tourisme et le BTP. Je crois qu’il est temps d’ouvrir des perspectives d’avenir. C’est pourquoi je propose que l’université de Corse soit un peu le centre de formation référence dans les métiers de la mer, mais également du numérique. Cela permettra de développer des filières rémunératrices en Corse, et de développer une autre économie. 

    Un cycle de discussions devrait s’amorcer entre le futur gouvernement et les élus de la Corse autour de la possibilité d’évoluer vers un statut d’autonomie. Quelle sera votre stratégie si vous êtes élu ?
    Je vais tout de suite lever un doute. Je n’ai jamais été opposé à une quelconque avancée institutionnelle. Je suis moi-même porteur d’un programme qui propose une sixième république, dans laquelle la Corse aurait un statut spécifique permettant de rassembler le respect du spécifique et le désir du commun. 
    Actuellement, nous avons des élus qui sont dans un dialogue avec Paris, certes. Mais il n’y a pas de dialogue avec les Corses. On ne sait pas sur quoi porte le dialogue, et personne ne s’est soucié de savoir ce que veulent les Corses.
    Pour ma part, je suis très sceptique quant à une autonomie à la Polynésienne, telle qu’évoquée par Darmanin. Je pense que ce serait un recul que de permettre une autonomie de plein droit. Elle permettrait à la Corse d’avoir un code du travail revu à la baisse, un statut de fonctionnaires différent de celui du continent, et des dispositions particulières en matière de santé publique…. Je crois que ce serait un véritable recul.  

    Dans votre circonscription, comme dans les autres circonscriptions insulaires, les candidats de gauche ne manquent pas. Vous faites partie du mouvement politique Inseme à Manca, mais le “inseme” semble aux abonnés absents.
    Nous sommes partie prenante, au plan national, de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale. Mais cet accord ne s’applique pas en Corse. avec Inseme à Manca, nous avons discuté avec l’intégralité des personnalités et des partis de gauche en Corse, pour parvenir à une démarche unitaire aux législatives. Nous avions proposé que je me présente dans la 2e circonscription, en tant que candidat unitaire. et dans les autres circonscriptions, nous aurions soutenu les autres candidats de cette démarche, qu’ils soient communistes, insoumis, socialistes ou écologistes. Ca paraissait très simple. Ca n’a pas été possible. mais je crois que derrière ma campagne, avec Avanti populu, nous pouvons opérer un rassemblement des idées de gauche. 

    Peuple en avant

    Si vous êtes élu, quelle sera la stratégie adoptée à l’Assemblée nationale ? 
    A l’échelon national, on veut constituer un bloc populaire, voire une majorité populaire,  si notre nombre de députés le permet. Donc je siégerai au sein de ce bloc, qui sera composé de plusieurs sensibilités de gauche, mais qui sera rassemblé autour d’un programme très clair. Il proposera l’augmentation du SMIC à 1.500 euros, la retraite à 60 ans, le blocage des prix, tout cela pour répondre à l’urgence sociale. Et puis il faudra aussi enclencher la transition énergétique dont on a besoin pour répondre au problème du changement climatique. 

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires