• Il y a urgence à refonder la gauche

     

    Vous avez dit économie

     

    Il y a urgence à refonder la gauche

    Le monde va mal et c’est « l'économie » nous dit-on qui serait la cause de toutes nos difficultés. Mais ne serait-il pas plus juste, de dire que c'est l'argent, la spéculation qui régente de plus en plus et pas forcément en bien, notre vie à tous...

    La culture, la santé, l'éducation, la recherche, l'énergie, les transports... sont assujettis aux profits et pour ce qui nous concerne à une législation européenne ultra libérale, capitaliste, le mot serait plus juste.

    Un jour, les dérèglementations touchent la santé, un autre l’énergie, un autre encore l’éducation  et ainsi de suite, mais au final, partout l’austérité, partout la diminution des droits, partout les reculs et surtout partout le mal vivre. Les salariés se sentent compressés au travail, le stress gagne et ceux qui n’ont pas la chance de travailler peuvent rapidement se trouver en marge de la société, exclus, le mot n’est pas trop fort.

    Ce n’est donc pas « l’économie » qui pose problème, mais plutôt les choix économiques qui induisent et impulsent les reculs de civilisation, les dérèglementations, et autres privatisations. Ce qui se trame et se passe actuellement avec les cheminots (SNCF), est le résultat de tout cela.

    Tous ces reculs ne sont pas tombés du ciel « européen » comme par miracle. Ils sont le résultat de choix politiques capitalistes opérés par les différents pouvoirs des États membres, dont la France de Sarkozy, celle de Hollande, et aujourd'hui celle de Macron.

    Ils se disent de droite, du centre ou de gauche, mais au résultat, ils imposent y compris par la force s'il le faut et toujours, les mêmes politiques régressives et répressives pour le plus grand nombre... Quelle différence politique aujourd’hui entre un Sarkozy, un Hollande ou encore un Macron ?

    En réalité, mais toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, ils sont au service des nantis et suivent à la lettre les injonctions du G20 et de ses satellites, la banque mondiale, le Fond Monétaire International, l’Organisation Mondiale du Commerce, sans oublier l’OTAN au niveau militaire… Ce sont ces organismes, enfants du libéralisme le plus réactionnaire et débridé qui donnent le tempo et l’agenda politique. Ils sont les instruments au service d’une politique et celle-ci n’est pas sociale, elle est inégalitaire. Elle est capitaliste.  Pour s’en convaincre il suffit de regarder la redistribution des dividendes aux actionnaires, dont une étude récente révèle que ceux-ci ont augmentés de manière scandaleuse. Il n’y a pas de crise pour les plus riches et l’économie est à leur service. 

     

    Comment changer les choses, quand toutes les protestations, même les plus déterminées et massives  ne trouvent aucun débouché politique. C’est ce qui se passe dans notre pays aujourd’hui et la loi récente sur le « code du travail » n’est pas le seul exemple.

    Le pouvoir, les pouvoirs sont sourds, face à des revendications légitimes et à terme, cette situation peut nous amener au désastre, car ce que nous vivons en France est aussi ce qui se passe ailleurs et en pire en certains endroits de la planète. L'inégalité sociale explose, elle peut mettre gravement en danger l'avenir de l'humanité. Les populismes sont aux aguets.

    A cette situation pas très reluisante d’un point de vue social, il faut y rajouter d’autres dangers tout aussi importants :

    le réchauffement climatique généré par l'activité humaine, qui peut à terme s'avérer irréversible pour la planète et pour les humains. 

    Le terrorisme, la multiplication des conflits et des guerres, le surarmement, qui sont des facteurs pouvant conduire à une catastrophe. Ce qui ce passe actuellement en Palestine et plus généralement au Moyen et Proche Orient est lourd de dangers potentiels.

    Sur toutes ces questions, le mouvement social peine aujourd’hui à se faire entendre et les rapports de forces politiques ne permettent pas d’inverser le cours des choses.

    Serons-nous libres demain de nous faire une opinion, de savoir, de choisir en connaissance de cause et en toute liberté. Le droit de savoir existera-t-il encore, quand on voit comment le pouvoir médiatique exerce sa pression sur les citoyens.

    L’absence de pluralisme est aujourd’hui une réalité, les grands moyens d’informations sont entre les mains des plus riches, de grands groupes financiers et la ligne éditoriale est à leur service. 

    La solidarité et la justice auront du mal à trouver leur chemin si l'argent continue à régenter nos vies... Si une minorité continue à imposer les efforts et reculs pour le plus grand nombre. Si le monde continue à être insécurité, confrontations, conflits et guerres. 
    On nous parle de liberté, de libre échange, mais on devrait plutôt parler d'enfermement...
    On nous enferme.

    Il y a urgence à ouvrir un vaste chantier civique et citoyen pour la justice et le Paix et face aux populismes de toutes sortes, il y a urgence à refonder une gauche qui soit véritablement une gauche de transformation sociale, citoyenne et écologiste.

    Jacques Casamarta mai 2018

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :