• Manca alternativa en débat et réflexion

      

    Identité, collectivité unique, mouvement social et élection présidentielle en débat

     

     

    Manca alternativa a organisé une journée de débat et de réflexion, samedi 2 juillet 2016, dans les locaux de la Ccas/Edf Marinca, à Porticcio. Malgré la chaleur et les nombreuses sollicitations de ce début de mois de juillet, dans un lieu où flotte déjà un grand air de vacances, une trentaine de militants et sympathisants de Manca alternativa, mais aussi de EELV et Nouvelle donne, ont répondu favorablement à l’invitation.

    Au menu de la journée, entre autres, la situation politique et sociale du pays, avec la contre-réforme du travail, la question de l’identité, la création d’une collectivité unique en Corse, la coofficialité et les prochaines échéances électorales.

    Simplement quelques éléments du débat et de la réflexion. On aura l’occasion d’y revenir plus longuement dans les prochains jours.

    Roger Martelli, historien, a abordé la question de l’identité. Cette question a fait l’objet d’un livre qu’il a écrit récemment : « L’identité c’est la guerre ». Le titre de ce livre suscite bien évidemment toute une série de réactions. Qu’entend-on par identité ? Question épineuse, complexe. Pour l’auteur, il n’y a pas de réponse convaincante. Mais une chose est certaine, l’identité n’est pas à confondre  avec le repli identitaire qui menace de gangrèner nos sociétés. Le phénomène n’est pas absent en Corse. On a pu le constater en décembre dernier, avec les graves incidents des Jardins de l’empereur à Ajaccio. Le repli identitaire est exploité sans vergogne par le Front national. Le « On est chez nous ici », ne saurait cacher une autre réalité, celle de l’exploitation de la grande majorité des populations par le capital. La « guerre » entre pauvres ne serait que la pire des solutions. N’ayons pas la mémoire courte.

    Manca alternativa en débat réflexion

    Autres questions abordées. La Collectivité unique et la coofficialité. La suppression des conseils départementaux permettrait-elle de mettre fin au clientélisme? La réponse est non. On change d’étage, mais on reproduit les mêmes effets. Le problème se situe dans de nouveaux rapports de force à mettre en place et en finir avec les dynasties politiques et les professionnels de la politique. Cela suppose une autre manière de faire de la politique, au service exclusif des populations.

    Manca alternativa en débat réflexionSur la question de la coofficialité, le débat n’est pas encore tranché. Des risques existent, ceux de mettre en difficulté les résidents qui ne maîtriseraient pas la langue corse. On assisterait à une nouvelle forme de discrimination. Des réticences se sont manifestées à propos de la charte des langues régionales et minoritaires. Pour contre, les participants se sont prononcés pour la promotion di a lingua nustrale. Oui, donc au bilinguisme, sans oublier la valorisation du patrimoine architectural et culturel de la Corse.

    Deux   autres questions ont fait l’objet de débats : le mouvement social, son ampleur, face à la contre-réforme du Code du travail et les prochaines élection présidentielle et législatives. Pour les membres de Manca alternativa le choix est fait. Il y aura un soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, seul candidat qui se prononce pour une véritable rupture avec la politique d’austérité et de régression sociale menée par François Hollande et son gouvernement. Il a été regretté la position attentiste du Parti communiste. Si l’impatience n’est pas une vertu révolutionnaire, l’attente peut être en revanche mortelle.

    Pour EELV, il semblerait qu’une candidature pourrait émerger d’ici la fin de l’année.

    Donc, une journée de débat et de réflexion forte intéressante et prometteuse.

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :